Chamborand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Grand Neyrat)
Aller à : navigation, rechercher
Chamborand
Paysage aux environs de Chamborand
Paysage aux environs de Chamborand
Blason de Chamborand
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Grand-Bourg
Intercommunalité C.C. de Bénévent-Grand-Bourg
Maire
Mandat
Jean-François Lebon
2014-2020
Code postal 23240
Code commune 23047
Démographie
Population
municipale
246 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 24″ nord, 1° 34′ 23″ est
Altitude Min. 340 m
Max. 479 m
Superficie 11,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Chamborand

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Chamborand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamborand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamborand

Chamborand est une commune française située dans le département de la Creuse et la région Nouvelle-Aquitaine. Les habitants de Chamborand sont les "Chamborantais", Chamborand s'écrivant autrefois "Chamborant".

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par le Peyroux, affluent de La Gartempe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Famille de Moras

Le château et ses dépendances échurent en 1566 à la famille de Moras, barons d'extraction Napolitaine.

Fabien de Morra (ou de Moras), légataire de son père par son testament du 15 avril 1555. Comme son frère César, il obtint des lettres de naturalité française le 20 juillet 1565, après avoir été reconnu noble par lettres de 1565. Avec son frère César, il acquit par contrat du 22 (ou 2) septembre 1566, la part qu’Antoine Faulcon, chevalier, seigneur des Lèzes et Françoise Chauvet sa femme, avaient obtenu en la terre de Chamborant (Creuse) par suite du partage que firent entre eux les héritiers de Chamborant le 7 juillet 1559.

Françoise avait reçu le tiers de la terre de Chamborant avec le château et « le vol du chapon ». César et sa femme acquirent peu après de Louise Chauvet et de Charles d’Eschizadour son mari, la portion qui leur était échue. Le 19 avril 1593, sa femme et lui cédèrent à leurs quatre fils Antoine, Horace, Gaspard et Charles des droits sur cette terre auxquels prétendait Guy Brachet, seigneur de Peyrusse.

Il rendit hommage pour Chamborant le 13 septembre 1595 à Paul de Couhé seigneur de la Roche-Agait, vicomte de Bridiers. En 1597, il tenait en confidence l’abbaye de Bénévent (Creuse) Le 9 mars 1598 dans une transaction, César, frère de Dèce, alors décédé, confirma les aliénations qu’il avait déjà faites, entre autres la pension due à ladite abbaye sur la commanderie de Lascroux (en Le Grand-Bourg, Creuse). Le conflit entre les abbés de Bénévent et la famille de Moras commencé avec l’abbé Paul Pélisson, se continua avec Jean-Baptiste de la Croix de Saint-Vallier, évêque de Québec (Canada), seigneur abbé de Bénévent. La même année 1598, César reçut quittance de Philippe Roussel, abbé de Bénévent « de tous les revenus qu’il pouvait avoir perçus de ladite abbaye de Bénévent ». Le 27 septembre 1598, il acheta le quart des dîmes de la paroisse de Chamborant aux auteurs de Francois-Léonard de Bony, chevalier, seigneur de Ventenat (en Châteauponsac Haute-Vienne).

Il existe de très nombreux descendants de la famille de Moras (Morra) en France et en Amérique (Canada, Amérique du Sud).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Chamborand 23.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D’or au lion de sable armé et lampassé de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Région[modifier | modifier le code]

Le Limousin est l'une des 26 régions françaises composée des trois départements : Corrèze, Creuse et Haute-Vienne. Situé presque en totalité sur le Massif central, au 1er janvier 2005, il regroupait 724 243 habitants sur près de 17 000 km2. Ses habitants sont appelés les Limousins.

Jean-Paul Denanot est président du Conseil régional du Limousin depuis 2004.

Département[modifier | modifier le code]

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, essentiellement à partir de l'ancienne province de la Marche. Ses habitants sont appelés les Creusois. Les conseillers généraux sont élus dans le cadre des cantons pour une durée 6 ans. En Creuse, il y a 27 cantons et donc 27 conseillers généraux. Ces derniers élisent en leur sein le président du conseil général de la Creuse. Depuis 2001, c'est Jean-Jacques Lozach, conseiller général de Bourganeuf, qui en est le président.

Le conseiller général du canton de Le Grand-Bourg est Didier Bardet (PS) depuis 2011.

Circonscription[modifier | modifier le code]

Chamborand appartenait à la 1re circonscription composée des cantons de Bénévent-l'Abbaye, Bonnat, Bourganeuf, Dun-le-Palestel, Le Grand-Bourg, Guéret-Nord, Guéret-Sud-Est, Guéret-Sud-Ouest, Saint-Vaury et La Souterraine jusqu'aux élections de juin 2012.

Depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010, la Creuse ne comporte plus qu'une seule circonscription. Lors des élections législatives françaises de 2012, Michel Vergnier qui était le député (PS) de la 1re circonscription depuis 1997 a été élu député de la Creuse face à Jean Auclair qui était le député (UMP) de la deuxième circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2007 André Bouteille    
mars 2008 2013 Thomas Bernard[1] (décédé)    
2013 en cours Jean-François Lebon DVD Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 246 habitants, en augmentation de 5,13 % par rapport à 2009 (Creuse : -2,49 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
473 513 493 664 592 614 590 626 632
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
596 634 700 732 760 797 791 793 744
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
748 768 724 637 593 524 504 430 387
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
381 310 283 277 266 237 234 243 246
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Donjon inscrit au titre des monuments historiques en 1939[6].
  • Etang de la Chaise: Il s'étend au pied du donjon, et du hameau de La Chaise.
  • Ancienne mine d'or : elle est située près du hameau de La petite Faye[7], elle a fonctionné jusqu'en 1962, actuellement, il ne reste que de vieux bâtiments ruinés, c'est une propriété privée.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article(s) connexe(s)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :