Saint-Priest-la-Feuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Priest (homonymie).

Saint-Priest-la-Feuille
Saint-Priest-la-Feuille
église de Saint-Priest-la-Feuille
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton La Souterraine
Intercommunalité C.C. du Pays Sostranien
Maire
Mandat
Josiane Vigroux-Aufort
2014-2020
Code postal 23300
Code commune 23235
Démographie
Population
municipale
770 hab. (2016 en diminution de 2,28 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 09″ nord, 1° 32′ 10″ est
Altitude Min. 328 m
Max. 456 m
Superficie 27,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Saint-Priest-la-Feuille

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Saint-Priest-la-Feuille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-la-Feuille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-la-Feuille
Liens
Site web Site officiel

Saint-Priest-la-Feuille est située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine. La commune est située au Sud de La Souterraine, à 55 km au nord de Limoges et 35 km à l’ouest de Guéret. La commune fait 2 744 hectares, elle est agricole : 80 % du territoire est de la surface agricole utile (SAU) ; les deux tiers de la SAU sont des prairies qui accueillent quelque 1 600 bovins.  Son altitude varie de 457 m vers Mazeirat (nord-est) à 332 m vers Chatelus près de la Gartempe. Les habitants de Saint-Priest-la-Feuille s'appellent Baracats[1]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Gartempe. Le territoire communal est arrosé par la rivière Gartempe. La commune est à la limite du plateau de la Basse-Marche vers l’Ouest et le Nord, et du plateau collinéen et vallonné du Piémont d’Ambazac au sud-est.

Il y a aussi l’étang de Néravaud qui repose sur un fond sableux l’étang est utilisé pour l’élevage des carpes, brochets ou encore de gardons[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lieu de passage des pèlerins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle sur la Via Lemovicensis.

Une voie romaine passait a Saint Priest quand la Gaule, va connaître des progrès pour trois siècles. Pour se déplacer rapidement dans l’empire il faut des chemins solides praticables par presque tous les temps. Dans le Limousin on dégage la terre végétale, on empierre et on dalle ou on pave-le tout sur une profondeur conséquente en utilisant parfois un mortier. Aux confins aujourd’hui de notre commune et de celle de La Souterraine deux voies importantes se croisaient. La voie Est-Ouest de Lyon à Saintes (ou Poitiers) via Clermont-Ferrand, et la voie Nord-sud de Bourges à Bordeaux via Limoges. Ce fut la voie est-ouest de Lyon à Saintes (ou Poitiers) via Clermont-Ferrand, qui passait par Saint Priest La Feuille[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 Mars 2014 Gilles Neveu PS Cadre
Mars 2014 En cours Josiane Vigroux-Aufort DVD Professeur des Universités de France
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 770 habitants[Note 1], en diminution de 2,28 % par rapport à 2011 (Creuse : -2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1471 1431 1731 3091 3661 4031 4361 4681 490
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4311 3801 4491 5001 5381 4591 5161 4841 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4631 3971 3361 2041 1851 1161 053997971
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
901790689638635619650788770
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hameaux et lieux-dits de la commune[modifier | modifier le code]

La Rebeyrolle est un village agricole et une étape sur la Via Lemovicensis, le chemin de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle à travers le Limousin.

Néravaud Petit hameau au bord d'un étang de pêche à la ligne.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À partir de 1923, Léon Binet venait passer ses vacances dans la maison de sa belle-famille à Saint-Priest-la-Feuille (Creuse), où il rédigea de nombreux livres d'histoire naturelle (Scène de la vie animal, Au bord de l'étang, Cent pas autour de ma maison, Creuse mon beau pays, Leçons de biologie dans un parc), étudiant et observant la campagne creusoise.

Le premier concert de Cocoon a été fait à Saint-Priest-la-Feuille[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :