Gérard Blanchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanchard.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérard Blanchard (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gérard Blanchard
Gérard Blanchard 1983.jpg

Gérard Blanchard, lors d'un spectacle sous chapiteau à La Baule, le .

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Gérard Blanchard, né le à Tours, est un auteur-compositeur-interprète français. Il est un des premiers à avoir utilisé l'accordéon pour jouer du rock (rockaccordéon), bien avant les mouvements alternatif et néo-réaliste.


Biographie[modifier | modifier le code]

Premiers pas[modifier | modifier le code]

Gérard Blanchard naît à Tours le . Il grandit à Saint-Pierre-des-Corps. S'intéressant très tôt à toutes les formes d'art, de la peinture à la musique, il apprend l'accordéon et se met à s'en servir comme d'un orgue afin d'y jouer du rock. À la fin de ses études, le certificat d'études en poche, il rentre dans un CET afin d’y apprendre le métier de carreleur mais son goût du dessin amène son instituteur à pousser sa mère à l'inscrire aux Beaux-Arts en 1967. Il en devient le chef de la fanfare. Il obtient le CAFAS à 18 ans.

Après son service militaire à Châteaudun en 1971, sans projet, il rentre chez lui mais repart en 1973 pour s'installer un peu plus loin. Il commence une série de petits boulots (vendeur d’huîtres, ouvrier dans une fabrique de miroirs, professeur de dessin…). Intéressé par la musique, il ressort son accordéon mais il joue mal ; de plus, il ne considère guère cet instrument et ne s'en sert que pour faire rire ses amis. Ceux-ci l'emmènent animer un jour un bal populaire dans la campagne tourangelle, afin de le persuader d'abandonner l'instrument. Mais, si effectivement il y massacre le Petit Vin Blanc et Vient Poupoule, il assure également l'ambiance. Finalement, il écrit et compose ses premières chansons.

Son premier groupe, Roxy Musette (rock décadent) dure un peu plus de deux ans. Puis, attiré par la montée du mouvement punk en 1977, il remonte un nouveau groupe, Gueule d'Amour, où il délaisse son accordéon. Plus violent, avec des textes plus durs (sa lecture à l'époque était d'ailleurs du Louis-Ferdinand Céline), la période " gueule d'amour " ne dure qu'un mois et trois jours. En parallèle, toujours dans le dessin, il sort un album de dessins à compte d’auteur la même année, dessiné intégralement au stylo à bille de marque BiC d’où une première idée de titre : Crotte de Bic, finalement abandonné au profit de Tête à Claques Mais Sans Plus. Il dessine aussi l'après punk avec Ian Dury (Sex, Drug & rock'n'roll), c'est le retour à un certain humour que Gérard affectionnait quand il écoutait Frank Zappa. Avec tout ça, il monte encore un groupe, Jo BB Folk, qui connaît un plus grand succès et connaît une audience nationale. Ils font notamment une première partie de Starshooter, ex-groupe du chanteur Kent avant de se séparer finalement au bout d’un an et demi.

La carrière solo[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, il reprend son accordéon et décide de s'aventurer en solo. Il fait les premières parties de divers spectacles avec ses propres chansons, tourne dans deux cafés-théâtres de province, notamment avec une troupe d’acteurs, l'Escarpolette, à Orléans. Il continue de sillonner la France jusqu’au Petit Faucheux à Tours où il rencontre celle qui deviendra l’une de ses plus fidèles amies, la chanteuse Danielle Messia.

En 1981, il monte à Paris et produit ses chansons à La Vieille Grille et à La Tanière. C'est à cette dernière qu'un soir, face à un public restreint (quatre personnes exactement : Danielle Messia, un ami, et deux inconnus), il ne se laisse pas démonter. Les deux inconnus sont en fait Guy Floriant et Jean Freneducci, directeurs artistiques de la maison de disques Barclay. Sentant un bon potentiel en Gérard, ils lui décrochent un contrat. Quoiqu'encore connoté « bal musette » et « campagne profonde », Gérard va bientôt balayer les préjugés.

Les années 1980, succès et déclin[modifier | modifier le code]

C'est en 1981 que sort son premier album Troglo dancing, rempli de calembours et de contrepèteries dans la lignée de Boby Lapointe et Serge Gainsbourg. Puis arrive son premier tube, Rock Amadour (jeu de mots sur Rock et Rocamadour), il arrive en tête des hit-parades pour s'écouler à 1,7 million copies et reste d'ailleurs une des principales marques de son passage. Blanchard est alors le seul à faire du rock sans guitare et à adopter une certaine rock-attitude sur de l’accordéon, à tel point qu'on le surnomme le « père du rock alternatif ».
Un deuxième, mais plus minime, succès, Marylou, conforte le chanteur dans son succès.

En 1983 sort son deuxième album intitulé Matinée et Soirée qui remporte le Grand Prix au Festival de Spa. Dans le même temps, alors qu'il dénigre la télé et ce qu'elle représente, il joue le rôle d’un prêtre ouvrier dans un film des Charlots, « histoire de faire le con une fois de plus ».

Son troisième album est une version pauvre du Lac des cygnes, enregistrée en 1984 à Londres pour bénéficier des synthétiseurs les plus récents. Mais l'album, tout comme l'album précédent, n'arrive pas à obtenir le même succès que le premier, sans compter que la tournée connaît quelques difficultés. Gérard Blanchard tombe alors dans une période de doute, et décide de s'éloigner de la scène française. Sa notoriété aidant, il se réessaie alors au cinéma avec Josiane Balasko qui lui commande en 1985 l’écriture de la musique du film qu’elle réalise, Sac de nœuds.

Il gardera une mauvaise expérience de ses quelques années dans le show-business : des vedettes qu'il fréquentait entre 1981 et 1983 l'évitent désormais, à partir de 1984, il sera moins invité à la télé, surtout pour les grands shows de variétés, mais pour les programmes régionaux de FR3, il était toujours le bienvenu, et il ferra le tour de France des régions, plaidant pour le retour à la mode de l'accordéon, et des valses musettes. à travers ses revisites du terroir, il va rencontrer un public fidèle, mais exigeant,

Il revient en 1987 avec son quatrième album Amour de Voyou qui entre dans le top 50, notamment grâce à Elle voulait revoir sa Normandie, pastiche d'un tube des années 1940 chanté par Jean Lumière. Cela relance sa carrière et lui permet de renouer avec le succès. Un clip est réalisé, ainsi que pour Les Escrocs du Rock'n Roll, Vis-à-Vis d’Elle, et Amour de Voyou. En 1988, il renoue avec le public à travers une tournée en province et en participant à la Fête de l’Huma au Parc de la Courneuve. C'est un succès. De plus, l'accordéon commence à revenir à la mode et de nombreux groupes de rock se l'approprient. Les années du show-business de 1981-1983 étaient déjà pour lui déjà loin, mais l'album de 1987 était un dernier baroud d'honneur, surtout pour montrer qu'il était toujours un artiste qui comptait, mais qui avait décidé d'orienter sa carrière en restant loin d'un certain milieu, et des décideurs Parisiens, visibles dans l'"institution" des "victoires de la musique", par exemple. Gerard Blanchard se revendique comme un auteur/compositeur singulier, et indépendant.

L’année suivante, en 1989, il sort son cinquième album Moteur la Vie, tournée nationale à l'appui (notamment les Francofolies de La Rochelle en juillet). En dehors de sa musique, il continue dans le graphisme et expose en septembre et octobre ses dessins dans la galerie du Forum des Halles à Paris. Il en profite pour faire un passage en octobre au Casino de Paris.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Il change de label en 1991 pour aller chez EMI France où il enregistre son sixième album, Clochard Milliardaire et la tournée qui s'ensuit. Parallèlement, en 1992 et 1993, il s'investit de plus en plus dans la peinture et sort un recueil de dessins consacrés à l’accordéon, intitulé Branle Poumon en , en même temps que son septième album du même nom (celui-ci est une désignation argotique de l’accordéon). Son répertoire lorgne de plus en plus vers certains accents jazz ou blues, tout en conservant un son plus populaire. En , sort le deuxième single tiré de l’album, Johnny Revient de la Guerre.

Malgré les succès mitigés de ses derniers albums, très loin du fameux Rock Amadour, qu'il ne renie pourtant pas, il sort le 11 mars 1997 Blanchard s'la joue solo, une compilation qui reprend d'anciens titres, mais cette fois-ci dans une veine plus réaliste, sobre, grave et drôle.

Les deux titres inédits implémentés dans la compilation annoncent la sortie d'un nouvel album et c'est début 1998 que sort celui-ci, nommé Taciturne Cromagnon, produit à compte d'auteur.

Depuis 2000[modifier | modifier le code]

Juin 2000, sortie d’une chanson pour Paris Port de Pêche. Mais ce n’est qu’en 2003 que sort son dixième album Migraine du Moineau. Il y rend hommage à ses deux références en matière de composition : Boby Lapointe dont il reprend Aragon et Castille et Alain Bashung dont il réorchestre la Nuit je mens. Aragon et Castille est également présent sur l'album Boby Tutti-Frutti - L'hommage délicieux à Boby Lapointe de Lilicub sorti en 2002.
Sollicité par son ami accordéoniste Jean-Michel Moal, il participe en 2008 à l'album Le Banquet de cristal de Red Cardell, puis prend part à la tournée des quinze ans du groupe breton en compagnie de nombreux invités (Stéfane Mellino, Thomas Fersen, Yann Tiersen, Jimme O'Neill, Dan Ar Braz...). On le retrouve également sur le live La Fête au village qui sort en 2009 chez Keltia musique.
Le 26 juin 2010, Gérard Blanchard revient sur scène avec la Lyscène, un festival place Strasbourg à Tours.

Le 18 juin 2011, à Vix (Vendée), il donne un concert seul avec sa voix et son accordéon. Produit par l'association "Matière d'Art" devant un public rural durant lequel il reprendra, outre les grands classiques tels que Troglo dancing, Rock amadour, quelques chansons de Georges Brassens et de Bashung.

Deux nouveaux albums auto-produits sortent en 2011 : un album de 13 titres inédits, La Peau du Cancre, et un album de 17 reprises de chansons de Georges Brassens, G. Blanchard chante G. Brassens.

Le 24 juin 2013, Gérard Blanchard, présenté par le producteur Jean-Claude Camus, se produit sur la scène du Théâtre du Petit Saint Martin à Paris.

Un coffret 4 CD comprenant les albums Troglo Dancing, Version Pauvre du Lac des Cygnes (pour la première fois en CD), Amour de Voyou et Moteur la Vie est sorti le 30 septembre 2013.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Coffret et Compilations[modifier | modifier le code]

Bande originale de film[modifier | modifier le code]

Liens Externes[modifier | modifier le code]

Interview video avec Gérard Blanchard - Aout 2014

Autres[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Tête à claque mais sans plus, recueil de dessins (supplément au "P'tit rouge de Touraine", collection "L'encre sur les dentelles")
  • 1989 : "Blanchard, Moteur la Vie", coll. Poésie et chansons, par Geneviève Beauvarlet, Paris, Éditions Seghers (livre); N.B.: Titre de la couv.; ISBN 2-232-10251-3