La Fanette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Fanette
Chanson de Jacques Brel
extrait de l'album Les Bonbons
Sortie 1963 - 1966
Durée 4:04
Genre chanson française
Format super 45 tours, 33 tours 25cm (1963)
33 tours 30cm (1966)
Auteur-compositeur Jacques Brel
Label Barclay Records[1]

Pistes de Les Bonbons

La Fanette est une chanson de l'auteur-compositeur-interprète Jacques Brel ; elle sort en 1963 sous le format super 45 tours et en 33 tours 25 cm. Il faut attendre 1966 pour sa parution en disque 30 cm sur l'album Les Bonbons. La Fanette s'inscrit parmi les grands classiques de Jacques Brel.

Historique[modifier | modifier le code]

Jacques Brel écrit La Fanette, en 1962, dans sa maison de Roquebrune. Il la chante en public pour la première fois le 10 décembre à Schaerbeek et l'enregistre studio en . Isabelle Aubret, alors en tournée avec Jacques Brel, lui demande l'autorisation d'interpréter la chanson. Il consent et elle l'enregistre peu de temps avant d'être victime d'un accident de la route qui la rend invalide pour une durée a priori longue. Ému, Jacques Brel décide de lui céder tous ses droits sur La Fanette, par l'intermédiaire de son producteur Gérard Meys[1].

La chanson[modifier | modifier le code]

La Fanette est l'histoire d'une double trahison : celle de l'être aimé, La Fanette, quittant le locuteur car amante de son meilleur ami.

Au début, le bonheur du narrateur est total, il a l'amour de La Fanette, il a l'amitié, la confiance est là :

« Nous étions deux amis et Fanette m'aimait
La plage était déserte et dormait sous juillet
[...]
Faut dire qu'elle était brune
Tant la dune était blonde
Et tenant l'autre et l'une
Moi je tenais le monde »

Puis vient le doute qui précède la désillusion, la vérité cruelle qui s'offre à son regard :

« Faut dire que j'étais fou
De croire à tout cela
Je le croyais à nous
Je la croyais à moi
Faut dire
Qu'on ne nous apprend pas
À se méfier de tout
[...]
Faut dire qu'en sortant
D'une vague mourante
Je les vis s'en allant
Comme amant et amante
Faut dire qu'ils ont ri
Quand ils m'ont vu pleurer
Faut dire qu'ils ont chanté
Quand je les ai maudits »

L'homme les regarde s'éloigner au loin...

« Faut dire
[...]
Qu'ils ont nagé si loin
Qu'ils ont nagé si bien
Qu'on ne les revit pas »

Souvent il revient sur la plage observer le large et croit encore parfois y entendre la voix de celle qu'il aimait :

« Nous étions deux amis et Fanette l'aimait
La plage est déserte et pleure sous juillet
Et le soir quelquefois [...]
J'entends comme une voix
J'entends c'est la Fanette »

(Paroles Jacques Brel, extraits)

Analyses et interprétations du texte[modifier | modifier le code]

Selon Bruno Hongre et Paul Lidsky les vers suivants évoquent la mort des deux amants[2]. :

« Faut dire
Que c'est bien ce jour-là
Qu'ils ont nagé si loin
Qu'ils ont nagé si bien
Qu'on ne les revit pas »

(paroles Jacques Brel, extraits)

Pour Eddy Przybylski, il s'agit d'un meurtre[précision nécessaire]. Il explique également comment Isabelle Aubret a ajouté, avec l'aval de Jacques Brel, un texte d'introduction pour justifier l'interprétation par une femme de la chanson[1]. Elle y évoque comment « en flânant sur la plage » elle rencontre un « homme qui regarde la mer [...], et qui disait : « Nous étions deux amis et...»[3]

Comme dans de nombreuses chansons de Brel, le texte joue des séries d'opposition : elle/moi, nous/elles, moi/eux, « Faut dire qu'elle était belle Et je ne suis pas beau », « Faut dire qu'elle était brune Tant la dune était blonde »[2].

La rhétorique des couplets intermédiaires s'appuie sur l'anaphore « Faut dire ». Le sentiment de puissance amoureuse est traduit par un recours à l'espace : « Et tenant l'autre et l'une Moi je tenais le monde »[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

1963 :

1966 :

Réception[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Eddy Przybylski Brel, la valse à mille revers, Éditeur Archipel, 2008, (ISBN 9782809811131), 600 pages
  2. a, b et c Bruno Hongre, Paul Lidsky L'univers poétique de Jacques Brel, Éditions L'Harmattan, 1998, (ISBN 9782738467454), 126 pages, p. 34 ; 51-58
  3. https://www.youtube.com/watch?v=R3aI7O1Or10 / consulté le 5 octobre 2016.
  4. http://www.encyclopedisque.fr/disque/3146.html / consulté le 5 octobre 2016.
  5. http://www.encyclopedisque.fr/disque/59565.html / consulté le 5 octobre 2016.
  6. http://www.encyclopedisque.fr/disque/59559.html / consulté le 5 octobre 2016.

Articles connexes[modifier | modifier le code]