La Côte (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Côte vaudoise)
Aller à : navigation, rechercher
La Côte
Image illustrative de l'article La Côte (AOC)
Vue de la région depuis la commune de Gilly

Désignation(s) La Côte
Appellation(s) principale(s) La Côte
Type d'appellation(s) AOC
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Région parente Plateau suisse
Saison Printemps assez précoces, étés chauds et secs et automnes ensoleillés
Climat climat océanique tempéré chaud
Sol Moraine
Superficie totale 2 007 ha
Cépages dominants Chasselas
Gamay
Pinot noir
Garanoir
Chardonnay

La Côte est un vin d'appellation d'origine contrôlée provenant de la région viticole du canton de Vaud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Amphores romaines au musée de Nyon

Nyon, entouré de vignes est à mi-chemin entre Genève et Lausanne. Située au cœur du vignoble de La Côte, cette cité fut un grand marché gallo-romain (Noviodunum)[1]. Le musée romain de Nyon présente une riche collection d'amphores, preuve de l'importance de la vigne et du vin sur les rives du lac Léman après la conquête des Gaules par Jules César[2].

Le village médiéval de Perroy, témoigne que, dès le Xe siècle, grâce aux moines bénédictins le vignoble fut à nouveau prospère. L'arrivée des moines bourguignons de l'abbaye Saint-Philibert de Tournus, en 1132, donna une nouvelle expansion au vignoble puisque la paroisse de Perroy engloba Rolle et les villages voisins[3].

Sur le flanc occidental, l'Aubonne met un terme à La Côte, la rivière délimitant dès le Moyen Âge, le diocèse de Lausanne du diocèse de Genève avant l'occupation bernoise[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce nom désigne initialement les os de la cage thoracique puis, au XVIe siècle, le penchant d'une colline[4].

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Orographie[modifier | modifier le code]

Le vignoble de La Côte étendu sur les flancs des collines est parcouru par des ruisseaux et des rivières qui prennent leur source dans le massif du Jura. Si La Côte jouxte le lac Léman, son altitude moyenne plafonne à 450 mètres, ce qui correspond aux exigences du Chasselas pour une bonne maturité. Les hauts du vignoble se trouvent à Féchy et Mont-sur-Rolle[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le terroir viticole de La Côte est composée de moraine du glacier du Rhône, reliquat de l'époque glaciaire du Würm. Composées de matériaux fins limoneux et argileux, elles recouvrent ou laissent affleurer des dépôts molassiques à caractères plus sableux[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le vignoble est située dans une région au climat océanique tempéré chaud. Ses caractéristiques sont des printemps assez précoces, des étés chauds et secs et des automnes ensoleillés[3]. (Cfb selon la classification de Köppen). Les vignes étant situées en coteaux, ce climat est naturellement plus doux au bord du lac (altitude : 375 m) qu’au sommet des vignobles (max. 600 m), le vignoble bénéficie à la fois de la protection de la chaîne du Jura et de l’effet régulateur thermique du lac Léman[5]. La station de référence est à Changins (Nyon), situé à 455 mètres d’altitude, ce qui correspond pratiquement à la moyenne du vignoble. Au mois de juillet, la température oscille en moyenne entre 14 °C la nuit et 24 °C l’après-midi, avec un ensoleillement maximal et des orages, et entre -1,3 et 3,8 °C au mois de janvier, avec peu de soleil en raison des phénomènes de stratus et de brouillard de vallée dû au Léman. Les précipitations sont réparties tout au long de l'année, parfois sous forme de neige entre le mois de décembre et le mois de mars avec 21,5 jours de neige gisante par an[6].

La bise est un vent froid et sec venu du nord-est, fréquent en hiver. Il provoque alors une chute de température, un ciel dégagé et une impression de froid accentuée par les rafales de vent. L'importante masse d'eau du lac Léman et la pente nord-sud face au soleil ont un effet sur le climat, qui est plus doux que dans les régions avoisinantes de Suisse et de France. Entre 2001 et 2012, la température la plus basse mesurée durant l'année a été de −13,7 °C (2009), la plus élevée de +36,6 °C (2003) et la plus forte rafale a depassé les 180 km/h (2002)[7].

Relevé météorologique de Nyon / Changins (455 m)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,3 −0,8 1,8 4,5 8,7 11,9 14,2 13,9 10,9 7,3 2,5 −0,1 6,1
Température moyenne (°C) 1,3 2,8 6 9,4 13,7 17,2 19,7 19,1 15,1 10,7 5,3 2,4 10,2
Température maximale moyenne (°C) 3,8 5,4 10,1 14 18,7 22,4 25,2 24,6 19,8 14,5 8,1 4,7 14,3
Ensoleillement (h) 64 94 155 177 197 232 259 233 185 122 73 54 1 844
Précipitations (mm) 84 73 70 67 86 83 78 78 92 102 91 96 998
Nombre de jours avec précipitations 10 8,2 9,2 8,9 11,6 9,6 8,6 8,8 7,8 10,2 9,8 10 112,7
Source : www.meteosuisse.ch (1981-2010)


Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le vignoble de La Côte étend ses 2 007 hectares[5] sur 45 km de l'arc lémanique, de Commugny, à la frontière genevoise aux abords de Lausanne[8], et comprend toutes les communes viticoles des districts de Morges et de Nyon situées à l'ouest de la ville de Lausanne, hormis La Sarraz, Pompaples, Orny et Éclépens. Cela représente 52,4 % de la surface viticole vaudoise[5].

L'AOC La Côte est produite par les vignobles des communes d'Aubonne, Begnins, Bursinel, Féchy, Gilly, Lonay, Luins, Mont-sur-Rolle, Morges, Nyon, Perroy, Tartegnin, Vincy et Vinzel.

Dans ce terroir viticole, la « Bonne Côte » comprend les communes situées entre les rivières de l'Aubonne et de la Serine.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Le chasselas, le pinot noir et le gamay, cépages de tradition dans ce terroir, occupent 90 % de l’encépagement. Depuis la fin du XXe siècle, les variétés rouges sont en augmentation avec le gamaret et le garanoir, variétés autochtones, ainsi que le plant Robert (gamay) et le servagnin (pinot noir). Mais le chasselas reste le cépage dominant. Les primes à l'arrachage ont été peu efficace et l'orientation viticole actuelle tend plus à réhabiliter le blanc vaudois. Ce vin est apte au vieillissement et son potentiel n'a été que peu ou pas exploité[8].

D'autres cépages ont été implantés comme le chardonnay, le traminer ou l'aligoté [3].

Méthodes culturales et réglementaires[modifier | modifier le code]

Vin blanc

Seuls les domaines homogènes et les châteaux de La Côte pratiquent une viticulture mécanisée[8].

Vinification et élevage[modifier | modifier le code]

C'est l'ensemble des opérations nécessaires à la transformation du moût (nom du jus de raisin) et à l'élaboration du vin. Certaines de ces opérations sont nécessaires, telle la fermentation alcoolique, et d'autres permettent d'affiner le profil du vin, tant au niveau aromatique (olfactif) que gustatif (goûts).

Vinification en blanc[modifier | modifier le code]

Dans la vinification en blanc la fermentation se déroule en dehors de tout contact avec les parties solides de la vendange (pépins, peaux du raisin, rafles). Ce qui explique que l'on peut faire indifféremment du blanc à partir de cépages blancs et rouges. C'est le cas du Champagne. Le but de cette vinification est de faire ressortir le maximum des arômes contenus d'abord dans le raisin, ensuite en cours de fermentation, enfin lors du vieillissement[9].

L'extraction du jus et sa séparation des partie solides peuvent être précédés par un éraflage, un foulage et un égouttage, pour passer ensuite au pressurage. Mais ces phases sont évités par nombre de vinificateurs pour éviter l'augmentation des bourbes[9]. Le choix se porte sur une extraction progressive du jus puis un débourbage qui permet d'éliminer toute particule en suspension. Là aussi, encore plus que pour une vinification en rouge, s'impose la maîtrise des températures lors de la fermentation alcoolique. Elle se déroule entre 18 et 20° et dure entre 8 et 30 jours selon le type de vin désiré[10].

Vinification en rouge[modifier | modifier le code]

Vin rouge

La vinification en rouge consiste à faire un pressurage après que la fermentation a commencé. Pendant toute cette phase, le moût est en contact avec les matières solides de la vendange. Celles-ci sont très riches en tanins, matières colorantes, odorantes, minérales et azotées. Ces substances vont alors se dissoudre plus ou moins dans le moût et se retrouver dans le vin[11].

C'est la cuvaison pendant laquelle les sucres se transforment en alcool (fermentation alcoolique) et le jus se voit enrichi par les composants du moût. Plus la macération est longue, plus la coloration du vin sera intense[11]. Se disolvent également les tanins, leur taux sera aussi fonction du temps de la cuvaison. Plus elle sera longue, plus les vins seront aptes à vieillir. Durant cette phase, se produit une forte élévation de la température. Celle-ci est de plus en plus contrôlée par la technique de maîtrise des températures[12].

Terroirs et vins[modifier | modifier le code]

Le terroir influence la structure des vins. Les terres graveleuses, situées à proximité des eaux, donnent des vins tout en finesse. Les terres plus lourdes des contreforts du Jura, produisent des vins charpentés. Les premiers se distinguent par leurs arômes floraux, les seconds par leurs saveurs fruitées[5].

Ce vignoble produit la moitié des vins blancs du Canton de Vaud. On remarque ceux de chasselas à leur caractère vif et fruité, léger et séduisant ainsi que les spécialités, comme les vins de chardonnay, de pinot gris et de gewurztraminer qui sont finement aromatiques. La région fournit également la moitié des vins rouges vaudois, ceux issus de pinot noir sont élégants et ceux de Gamay fruités et généreux. Preuve que les vins prennent le caractère de la terre qui les élève[3].

Vignoble de Lonay

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Sur 42 châteaux historiques que compte le canton, 32 se trouvent sur La Côte[3].

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie de la région se marie parfaitement aux vins qui y sont produits : les Malakoffs, pâte de fromage cuite sur du pain, les saucissons vaudois et pain mimosa, avec des rondelles de lard, les fondues au fromage[3], sans oublier les poissons du lac et des rivières[1].

Commercialisation et producteurs[modifier | modifier le code]

Hormis le marché valaisan, très fermé, les AOC de La Côte se commercialisent fort bien sur le marché intérieur, en particulier en Suisse alémanique, débouché historique des vins du canton de Vaud depuis l'époque de la tutelle bernoise[8]. Vignerons-encaveurs, propriétaires de châteaux ou de demeures bourgeoises reçoivent les visiteurs dans leurs caveaux[3].

Liste des caveaux de dégustation des producteurs de La Côte[13].
  • Château Rochefort, 1165 Allaman
  • Caveau du Château d’Aubonne, 1170 Aubonne
  • Domaine La Capitaine, 1268 Begnins
  • Domaine de Sarraux-Dessous, 1268 Begnins
  • Domaine de Serreaux-Dessus, 1268 Begnins
  • Cave Meylan, 1172 Bougy-Villars
  • Domaine au Grand Clos, 1195 Bursinel
  • Cave Beetschen, 1183 Bursins
  • Château Le Rosey, 1183 Bursins
  • Domaine de Corbière, 1183 Bursins
  • Cave de la Charrue, 1291 Commugny
  • Cave du Brantard, 1135 Denens
  • Cave du Château, 1135 Denens
  • Cave Mugnier, 1226 Dullier
  • Château de Duillier, 1226 Dullier
  • Domaine Parfum de Vigne, 1195 Dully
  • Domaine des Ours, 1195 Dully
  • Cave du Bon, 1112 Echichens
  • Domaine Henri Cruchon, 1112 Echichens
  • Château d'Etoy, 1163 Etoy
  • Domaine des Chentres, 1163 Etoy
  • Domaine de la Treille, 1297 Founex
  • Cave Dupuis, 1173 Féchy-Dessous
  • Kursner Vins, 1173 Féchy-Dessous
  • Cave Saint-Vincent, 1182 Gilly
  • Domaine de Chantegrive, 1182 Gilly
  • Domaine de la Vissenche, 1182 Gilly
  • Cave Philippe Bove, 1271 Givrins
  • Cave du Village, 1175 Lavigny
  • Domaine des Remans, 1175 Lavigny
  • Cave du Treyblanc, 1184 Luins
  • Caveau des vignerons de Luins-Vinzel, 1184 Luins
  • Caves du Château de Luins, 1184 Luins
  • Domaine des Sieurs, 1184 Luins
  • Domaine la Passion, 1184 Luins
  • Maison Dutruy, 1184 Luins
  • Cave Girardet, 1132 Lully-sur-Morges
  • Abbaye de Mont, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Caveau des vignerons, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Château de Mont, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine Le Point du Jour, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine Les Dames de Hautecour, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine Montbenay, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine d'Autecour, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine de Beau-Soleil, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine de Haute-Cour, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine de Maison Blanche, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine de Roliebot, 1185 Mont-sur-Rolle
  • Domaine de Valmont, 1110 Morges
  • Caveau des vignerons de Nyon, 1260 Nyon
  • Cave Clair Obscur, 1166 Perroy
  • Cave du Consul, 1166 Perroy
  • Château de Malessert, 1166 Perroy
  • Domaine de La Couronnette, 1166 Perroy
  • Domaine du Feuillerage, 1166 Perroy
  • Domaine de La Dolle, 1180 Rolle
  • Domaine de Marcy, 1162 Saint-Prex
  • Domaine de Terre-Neuve, 1162 Saint-Prex
  • Domaine du Capitole, 1274 Signy
  • Domaine de Chantemerle, 1180 Tartegnin
  • Domaine de Chatagneréaz, 1180 Tartegnin
  • Domaine de Penloup, 1180 Tartegnin
  • Domaine de la Brazière, 1180 Tartegnin
  • Domaine de la Montardière, 1180 Tartegnin
  • Domaine des Chantailles, 1180 Tartegnin
  • Château La Bâtie, 1184 Vinzel
  • Domaine de la Tuilière, 1184 Vinzel
  • Domaine de la Balle, 1134 Vufflens-le-Château
  • Domaine du Plessis, 1134 Vufflens-le-Château
  • Cave Jean-Daniel Coeytaux, 1169 Yens-sur-Morges

Formation technique[modifier | modifier le code]

L'École d'ingénieurs de Changins assume la formation en viticulture, œnologie et arboriculture[14].

La route du vignoble de la Côte[modifier | modifier le code]

Panoramique du vignoble

La Route du Vignoble de la Côte a été tracée à partir de Versoix, près de Genève, jusqu'à Morges[1]. Cet itinéraire parfaitement balisé s'étale sur plus de 50 kilomètres et permet la découverte de divers métiers, nombre d'exploitations et de la gastronomie vaudoise. De plus la route offrant une vue imprenable sur le lac Léman, les Alpes et le Mont-Blanc[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Nyon sur le site MySwitzerland.com
  2. Edgar Pelichet, Amphores romaines trouvées à Nyon, Éd. Musée historique et des porcelaines, Nyon, 1948
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Producteurs, historique et terroir de l'AOC La Côte
  4. Étymologie de La Côte
  5. a, b, c et d « La Côte AOC sur l'office des vins vaudois » (consulté le 23 février 2012)
  6. « Normes climatologiques Nyon / Changins »
  7. « Climat annuel pour Nyon / Changins (Suisse) »
  8. a, b, c et d Vaud et son vignoble
  9. a et b Jean-Luc Berger, op. cit., p. 76.
  10. Jean-Luc Berger, op. cit., p. 77.
  11. a et b Colette Navarre, op. cit., p. 131.
  12. Colette Navarre, op. cit., p. 132.
  13. Caveaux de dégustation sur La Côte
  14. (fr) (en) L'École d'ingénieurs de Changins
  15. La route du vignoble de La Côte

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Meylan, Pays de Vaud, une terre, une histoire, éditions Cabédita, 1996 en ligne
  • Jean-Luc Berger, Les filières de la vinification, in La vigne et le vin, numéro hors série trimestriel de Science & Vie, no 155, septembre 1986, p. 72-79, (ISSN 0151-0282)
  • Colette Navarre, L'œnologie, Éd. J. H. Baillière, (Technique et Documentation - Lavoisier), Paris, 1988, (ISBN 2852064316)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]