Gouvernorat de Tozeur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tozeur
Gouvernorat de Tozeur
Localisation du gouvernorat
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Date de création
Chef-lieu Tozeur
Gouverneur Aymen Béjaoui (2019)
Code géographique 62
Démographie
Population 107 912 hab.
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 33° 55′ nord, 8° 08′ est
Superficie 471 900 ha = 4 719 km2
Subdivisions
Délégations 5
Municipalités 6
Imadas 36

Le gouvernorat de Tozeur (arabe : ولاية توزر), créé le 21 juin 1956, est l'un des 24 gouvernorats de la Tunisie. Intégré au gouvernorat de Gafsa en novembre 1958, il est restauré en avril 1980.

Il est situé dans le sud-ouest du pays, à la frontière algéro-tunisienne, et couvre une superficie de 4 719 km2, soit 2,9 % de la superficie du pays. Il abrite en 2014 une population de 107 912 habitants[1], ce qui en fait le gouvernorat le moins peuplé de Tunisie. Son chef-lieu est Tozeur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat de Tozeur est limité par le gouvernorat de Gafsa au nord-est, le gouvernorat de Kébili au sud-est et l'Algérie au nord-ouest.

Administrativement, il est découpé en cinq délégations, six municipalités, quatre conseils ruraux et 36 imadas[2].

Délégation Population en 2014
(habitants)
Degache 28 543
Hazoua 4 700
Nefta 21 731
Tameghza 6 516
Tozeur 46 422
Sources : Institut national de la statistique[3]

Le climat y est de type désertique : la température moyenne est de 23 °C et les précipitations varient entre 0,7 et 10,7 millimètres selon les délégations.

Politique[modifier | modifier le code]

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Voici la liste des gouverneurs de Tozeur depuis l'indépendance :

  • Abdelhamid El Kadhi (1956-1957)
  • Mustapha Khabthani (1957-1958)
  • Tahar Ben Hejal (1980-1986)
  • Mohamed Mâalej (1986-1987)
  • Ahmed Ridha Ouaja (1987-1988)
  • Faouzi El Aouem (1988-1991)
  • Mohamed Belghith (1991-1993)
  • Brahim Fridhi (1993-1995)
  • Youssef Ajlani (1995-1996)
  • Ali Ksiksi (1996-2000)
  • Chabib Daly (2000-2002)
  • Mohamed Sghaïer Mâali (2002-2005)
  • Yassine Barbouche (2005-2007)
  • Slaheddine Ben Romdhane (2007-2011)
  • Abdelhamid Ghanmi (2011, a démissionné)
  • Houcine Ben Frej (2011, a démissionné)
  • Abderrahmane Lamine Zouari (2011-2012)
  • Samir Rouihem (2012-27 août 2012)
  • Noureddine Kamoun (27 août 2012[4]-28 février 2014)
  • Mohamed Mansouri (28 février 2014[5]-22 août 2015)
  • Lotfi Sassi (22 août 2015[6]-16 septembre 2016)
  • Mounir Hamdi (16 septembre 2016[7]-18 mai 2017)
  • Salah Mtiraoui (18 mai 2017[8]-13 février 2019)
  • Aymen Béjaoui (depuis le 13 février 2019[9])

Maires[modifier | modifier le code]

Voici la liste des maires des six municipalités du gouvernorat de Tozeur dont les conseils municipaux ont été élus le 6 mai 2018 et présidés par les maires suivants :

Économie[modifier | modifier le code]

Il compte une population active de 30 000 personnes répartie entre l'agriculture (26,1 %), les services (25,6 %), l'administration (22,8 %), le BTP (15,3 %) et l'industrie (7,6 %).

Corbeille (oasis) de Nefta

L'agriculture est encore l'activité principale de la région avec le tourisme. Il ne s'agit que de cultures irriguées et quasiment exclusivement de palmeraies si l'on excepte quelques serres fonctionnant à la géothermie. On compte sur la région 7 750 hectares de palmeraies[12], répartie pour moitié entre des palmeraies anciennes (Degache, Tozeur, Nefta et El Hamma du Jérid — dont la plantation remonte sans doute à l'Antiquité — et des palmeraies modernes, dont les premières furent l'œuvre des colons français. Les palmeraies, surtout anciennes, abritent des productions de cultures maraîchères (658 hectares) et arboricoles dont la production est surtout autoconsommée.

Le gouvernorat est surtout connu pour ses palmiers-dattiers et sa production d'un cultivar de dattes, la deglet nour ; il existe environ 250 autres cultivars différents cultivés dans la région.

La région connaît actuellement un développement spectaculaire du tourisme saharien : Tozeur possède une infrastructure touristique diversifiée, comportant des unités d'accueils variées (38 unités hôtelières d'une capacité d'accueil de 5 440 lits) et des lieux de loisirs (terrain de golf, musées et palmeraies). La très large majorité de la fréquentation est cependant imputable à nes nuitées uniques de circuits touristiques qui ne visite Tozeur et sa région que lors d'une étape. En 2008, la moyenne du nombre de nuitée par touriste est de 1,34, en diminution depuis 1996 selon la direction du tourisme de Tozeur[réf. nécessaire].

Sport[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recensement de 2014 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur rgph2014.ins.tn
  2. « Gouvernorat de Tozeur »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tunisieindustrie.nat.tn
  3. « Recensement de 2014 », sur dataportal.ins.tn (consulté le 5 septembre 2019)
  4. « Mouvement partiel des gouverneurs : 2 mutations et 4 nouvelles nominations », sur leaders.com.tn, (consulté le 5 septembre 2019)
  5. « Tunisie - Liste des nouveaux gouverneurs nommés par Mehdi Jomâa », sur businessnews.com.tn, (consulté le 5 septembre 2019)
  6. « Nomination de nouveaux gouverneurs par Habib Essid », sur mosaiquefm.net, (consulté le 5 septembre 2019)
  7. « Nomination de 12 nouveaux gouverneurs dont une femme », sur businessnews.com.tn, (consulté le 5 septembre 2019)
  8. « Tunisie : remaniement dans le corps des gouverneurs », sur webdo.tn, (consulté le 5 septembre 2019)
  9. « Nouveaux gouverneurs à Sidi Bouzid, Zaghouan, Tozeur et Jendouba », sur shemsfm.net, (consulté le 5 septembre 2019)
  10. a b c d et e « Tozeur-Municipales 2018 : 9 maires sur 10 des indépendants dont un handicapé visuel », sur tap.info.tn, (consulté le 9 juillet 2018)
  11. « Tunisie – Municipales 2018 : des nouveaux Conseils municipaux installés », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 8 juillet 2018)
  12. Vincent Battesti, Jardins au désert, Évolution des pratiques et savoirs oasiens. Jérid tunisien, coll. À travers champs, éd. IRD, Paris, 2005, p. 42

Bibliographie[modifier | modifier le code]