Gouvernorat de Tataouine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tataouine
Gouvernorat de Tataouine
Localisation du gouvernorat
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Date de création
Chef-lieu Tataouine
Gouverneur Adel Ouerghi (2017)
Code géographique 53
Démographie
Population 149 453 hab.
Densité 3,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 55′ 32″ nord, 10° 26′ 39″ est
Superficie 3 888 900 ha = 38 889 km2
Subdivisions
Délégations 7
Municipalités 6
Imadas 64

Le gouvernorat de Tataouine (arabe : ولاية تطاوين), créé le par une scission du gouvernorat de Médenine, est l'un des 24 gouvernorats de la Tunisie. Il est situé dans le sud-est du pays à la frontière avec l'Algérie et la Libye. Avec une superficie de 38 889 km2[1], le gouvernorat de Tataouine est le plus grand gouvernorat de Tunisie. Il abrite en 2014 une population de 149 453[2] habitants. Son chef-lieu est Tataouine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 500 kilomètres de la capitale, il est limité par les gouvernorats de Kébili et Médenine au nord, par la Libye à l'est et par l'Algérie à l'ouest.

La température moyenne y est de 22 °C et la pluviométrie annuelle varie entre 88 et 157 millimètres[1].

Administrativement, le gouvernorat est découpé en sept délégations, six municipalités, cinq conseils ruraux et 64 imadas[1]. Remada est la plus grande des délégations de Tunisie pour ce qui est de la superficie.

Délégation Population en 2014
(habitants)
Bir Lahmar 8 460
Dehiba 4 295
Ghomrassen 15 957
Remada 10 173
Smâr 14 793
Tataouine Nord 61 431
Tataouine Sud 34 344
Sources : Institut national de la statistique[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Tataouine connaît durant son histoire la succession et le brassage de plusieurs civilisations dont notamment les civilisations puniques, romaines, berbères et enfin arabo-musulmane.

Les Arabes venant de l'Orient se sont installés dans les plaines proches des puits pour exercer leurs activités agricoles et ont construit par la suite les ksour sur les montagnes pour y conserver les produits de leurs récoltes.

En 1903, on enregistre le regroupement de plusieurs tribus qui étaient jusque-là de simples nomades pour constituer le noyau de l'actuelle ville de Tataouine (dont le nom signifie en berbère « source d'eau »)[1].

Politique[modifier | modifier le code]

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat de Tataouine est dirigé par un gouverneur dont la liste depuis l'indépendance est la suivante :

  • Fayçal Chahdoura (1981-1984)
  • Abderrazak Ayoub (juillet-décembre 1984)
  • Othman Naghmouchi (1985-1988)
  • Mohamed Essid (1988-1990)
  • Mohamed Marzouki (1990-1991)
  • Mohamed Lajnef (1991-1992)
  • Béchir Ben Thabet (1992-1993)
  • Hassen Alaya (1993-1996)
  • Mohamed Ben Salem (1996-2000)
  • Mohamed Laïd Kidoussi (2000-2003)
  • Fethi Boussoffara (2003-2007)
  • Mohamed Ridha Belhaj (2007-2009)
  • Nouri Ben Saïd (2009-2011)
  • Youssef Hidri (2 février 2011, empêché d'exercer)
  • Amor Chouchène (19 février-5 août 2011)
  • Nejib El Ghali (5 août 2011-22 février 2012)
  • Mourad Achour (22 février 2012-28 février 2014)
  • Saber Mednini (28 février 2014[4]-9 avril 2015)
  • Mohsen Ben Ali (9 avril 2015[5]-29 avril 2017)
  • Mohamed Ali Barhoumi (29 avril[6]-24 mai 2017[7])
  • Adel Ouerghi (depuis le 2 juin 2017[8])

Maires[modifier | modifier le code]

Voici la liste des maires des six municipalités du gouvernorat de Tataouine dont les conseils municipaux ont été élus le 6 mai 2018 et présidés par les maires suivants :

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la région est fondée sur l'agriculture. En effet, doté d'une importante superficie agricole (200 000 hectares), la région est dominée par les oliviers, les légumineuses, les primeurs et l'asperge qui est destiné à l'exportation ainsi que la production de viande rouge et de lait.

Le secteur industriel est en voie de développement. Le gouvernorat compte quinze entreprises industrielles opérant essentiellement dans les industries des matériaux de construction et de l'agroalimentaire ainsi que trois entreprises industrielles étrangères ou à capital mixte à la cité du 7-Novembre qui s'étend sur 8,5 hectares. Une nouvelle zone industrielle d'une superficie de vingt hectares est programmée.

La zone désertique au sud du gouvernorat compte de nombreux champs pétrolifères : le plus ancien, El Borma, a été développé à partir de 1965. À la suite de découvertes récentes dans la région de Oued Zar, la région connaît une forte activité de prospection pétrolière. Le développement de nouveaux champs vient en partie compenser l'épuisement des réserves des gisements les plus anciens : le champ d'El-Borma, qui produisait quatre millions de barils par an en 1970 n'en produit plus que 600 000[15]. Ces dernières années, la région connaît un développement remarquable du tourisme saharien et ce grâce à l'existence de sites géologiques, des ksour sahariens, des villages berbères ainsi que des oasis qui font le charme et la spécificité du Sahara tunisien.

Cinéma[modifier | modifier le code]

George Lucas filme plusieurs séquences de la saga de Star Wars, en 1977, et de sa suite, à la fin des années 1990, dans la région. Il s'installe pour cela à Tataouine, Ksar Hadada, dans la région de Matmata et dans les étendues salées du Chott el-Jérid.

Radio[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

  • Avenir sportif de Tataouine
  • Espoir sportif Rogba Tataouine
  • Gazelle sportive de Remada
  • Olympique Ghorghar Tataouine
  • Stade sportif de Smâr
  • Union sportive de Tataouine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Gouvernorat de Tataouine »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tunisianindustry.nat.tn.
  2. « Recensement de 2014 », sur rgph2014.ins.tn (consulté le 23 janvier 2020).
  3. « Recensement de 2014 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur dataportal.ins.tn.
  4. « Tunisie - Liste des nouveaux gouverneurs nommés par Mehdi Jomâa », sur businessnews.com.tn, (consulté le 23 janvier 2020).
  5. « Nomination de six nouveaux gouverneurs »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lapresse.tn, .
  6. « Mohamed Ali Barhoumi nouveau gouverneur de Tataouine », sur kapitalis.com, (consulté le 23 janvier 2020).
  7. « Tunisie : le gouverneur de Tataouine présente sa démission dans un contexte de forte tension sociale », sur jeuneafrique.com, (consulté le 23 janvier 2020).
  8. « Adel Ouerghi nommé gouverneur de Tataouine », sur mosaiquefm.net, (consulté le 23 janvier 2020).
  9. « Municipales 2018 : l'heure à l'installation des Conseils municipaux », sur radioexpressfm.com, (consulté le 8 juillet 2018).
  10. (ar) « Élection de M. Ali Amer en tant que maire de Dehiba », sur radiotataouine.tn,‎ (consulté le 20 juin 2018).
  11. (ar) « Élection de la tête de liste d'Ennahdha Oulfa Guedidi en tant que maire de la municipalité de Ghomrassen », sur radiotataouine.tn,‎ (consulté le 23 juin 2018).
  12. (ar) « Élection de M. Habib Hefyane en tant que maire de la municipalité de Remada », sur radiotataouine.tn,‎ (consulté le 20 juin 2018).
  13. (ar) « Tataouine : M. Miloud Tounekti a été élu maire de Smâr », sur radiotataouine.tn,‎ (consulté le 23 janvier 2020).
  14. (ar) « Élection de M. Boubaker Souid en tant que maire de la municipalité de Tataouine », sur radiotataouine.tn,‎ (consulté en 210 juin 2018).
  15. (en) « National Hydrocarbon Resources. 1966-2003 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur etap.com.tn.