Gouvernorat de Tataouine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique en Tunisie
Cet article est une ébauche concernant la politique en Tunisie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tataouine
Localisation du gouvernorat
Localisation du gouvernorat
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Date de création
Chef-lieu Tataouine
Gouverneur Mohsen Ben Ali (2015)
Démographie
Population 149 453 hab.
Densité 3,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 55′ 32″ nord, 10° 26′ 39″ est
Superficie 3 888 900 ha = 38 889 km2
Subdivisions
Délégations 7
Municipalités 6
Imadas 64

Le gouvernorat de Tataouine (ولاية تطاوين), créé le 2 mars 1981, est l'un des 24 gouvernorats de la Tunisie. Il est situé dans le sud-est du pays à la frontière avec l'Algérie et la Libye. Avec une superficie de 38 889 km2[1], le gouvernorat de Tataouine est le plus grand gouvernorat de Tunisie. Il abrite en 2014 une population de 149 453[2] habitants. Son chef-lieu est Tataouine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 500 kilomètres de la capitale, il est limité par les gouvernorats de Kébili et Médenine au nord, par la Libye à l'est et par l'Algérie à l'ouest.

La température moyenne y est de 22 °C et la pluviométrie annuelle varie entre 88 et 157 millimètres[1].

Administrativement, le gouvernorat est découpé en sept délégations, six municipalités, cinq conseils ruraux et 64 imadas[1]. Remada est la plus grande des délégations de Tunisie pour ce qui est de la superficie.

Délégation Population en 2014
(habitants)
Bir Lahmar 8 460
Dehiba 4 295
Ghomrassen 15 957
Remada 10 173
Smâr 14 793
Tataouine Nord 61 431
Tataouine Sud 34 344
Sources : Institut national de la statistique[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Tataouine connaît durant son histoire la succession et le brassage de plusieurs civilisations dont notamment les civilisations puniques, romaines, berbères et enfin arabo-musulmane.

Les Arabes venant de l'Orient se sont installés dans les plaines proches des puits pour exercer leurs activités agricoles et ont construit par la suite les ksour sur les montagnes pour y conserver les produits de leurs récoltes.

En 1903, on enregistre le regroupement de plusieurs tribus qui étaient jusque-là de simples nomades pour constituer le noyau de l'actuelle ville de Tataouine (dont le nom signifie en berbère « source d'eau »)[1].

Politique[modifier | modifier le code]

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat de Tataouine est dirigé par un gouverneur dont la liste depuis l'indépendance est la suivante :

  • Fayçal Chahdoura (1981-1984)
  • Abderrazak Ayoub (juillet-décembre 1984)
  • Othman Naghmouchi (1985-1988)
  • Mohamed Essid (1988-1990)
  • Mohamed Marzouki (1990-1991)
  • Mohamed Lajnef (1991-1992)
  • Béchir Ben Thabet (1992-1993)
  • Hassen Alaya (1993-1996)
  • Mohamed Ben Salem (1996-2000)
  • Mohamed Laïd Kidoussi (2000-2003)
  • Fethi Boussoffara (2003-2007)
  • Mohamed Ridha Belhaj (2007-2009)
  • Nouri Ben Saïd (2009-2011)
  • Youssef Hidri (2 février 2011, empêché d'exercer)
  • Amor Chouchène (19 février-5 août 2011)
  • Nejib El Ghali (5 août 2011-22 février 2012)
  • Mourad Achour (22 février 2012-28 février 2014)
  • Saber Mednini (28 février 2014[4]-9 avril 2015)
  • Mohsen Ben Ali (9 avril 2015[5]- )

Maires[modifier | modifier le code]

Voici la liste des maires des municipalités du gouvernorat, sachant que tous les conseils municipaux du gouvernorat ont été dissous et remplacés par des délégations spéciales :

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la région est fondée sur l'agriculture. En effet, doté d'une importante superficie agricole (200 000 hectares), la région est dominée par les oliviers, les légumineuses, les primeurs et l'asperge qui est destiné à l'exportation ainsi que la production de viande rouge et de lait.

Le secteur industriel est en voie de développement. Le gouvernorat compte quinze entreprises industrielles opérant essentiellement dans les industries des matériaux de construction et de l'agroalimentaire ainsi que trois entreprises industrielles étrangères ou à capital mixte à la cité 7-Novembre qui s'étend sur 8,5 hectares. Une nouvelle zone industrielle d'une superficie de vingt hectares est programmée.

La zone désertique au sud du gouvernorat compte de nombreux champs pétrolifères : le plus ancien, El Borma, a été développé à partir de 1965. À la suite de découvertes récentes dans la région de Oued Zar, la région connaît une forte activité de prospection pétrolière. Le développement de nouveaux champs vient en partie compenser l'épuisement des réserves des gisements les plus anciens : le champ d'El-Borma, qui produisait quatre millions de barils par an en 1970 n'en produit plus que 600 000[11]. Ces dernières années, la région connaît un développement remarquable du tourisme saharien et ce grâce à l'existence de sites géologiques, des ksour sahariens, des villages berbères ainsi que des oasis qui font le charme et la spécificité du Sahara tunisien.

Cinéma[modifier | modifier le code]

George Lucas filme plusieurs séquences de la saga de Star Wars, en 1977, et de sa suite, à la fin des années 1990, dans la région. Il s'installe pour cela à Tataouine, Ksar Hadada, dans la région de Matmata et dans les étendues salées du Chott el-Jérid.

Radio[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

  • Avenir sportif de Tataouine
  • Espoir sportif Rogba Tataouine
  • Gazelle sportive de Remada
  • Olympique Ghorghar Tataouine
  • Stade sportif de Smâr
  • Union sportive de Tataouine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Présentation du gouvernorat de Tataouine (Portail de l'industrie tunisienne)
  2. Recensement de 2014 (Institut national de la statistique)
  3. Recensement de 2014 (Institut national de la statistique)
  4. « Tunisie - Liste des nouveaux gouverneurs nommés par Mehdi Jomâa », Business News, 28 février 2014
  5. « Nomination de six nouveaux gouverneurs », La Presse de Tunisie, 10 avril 2015
  6. a, b et c Décret du 25 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°47, 28 juin 2011, pp. 1064-1069
  7. Décret du 7 juillet 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°50, 8 juillet 2011, pp. 1172-1174
  8. Décret du 8 mars 2013 modifiant le décret du 25 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire de la République tunisienne, Journal officiel de la République tunisienne, n°56, 17 juillet 2012, p. 1019
  9. Décret du 8 avril 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°26, 15 avril 2011, pp. 469-474
  10. Décret du 10 juillet 2012 portant modification du décret du 8 avril 2011 relative à la nomination des délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°56, 17 juillet 2012, p. 1666
  11. (en) Production nationale de pétrole entre 1966 et 2006 (Entreprise tunisienne d'activités pétrolières)