Joseph Roger de Benoist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benoist.
image illustrant le catholicisme image illustrant l’Afrique
image illustrant un journaliste image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant le catholicisme, l’Afrique et un journaliste français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Joseph Roger de Benoist
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Ordre religieux

Le père Joseph Roger de Benoist est un missionnaire, un journaliste et un historien français, spécialiste de l’Afrique-Occidentale française (AOF), de l’histoire de l’Église catholique en Afrique subsaharienne, tout particulièrement au Sénégal où il a vécu durant plusieurs décennies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père Joseph Roger de Benoist appartient à la congrégation des Pères blancs. Né en 1923, il rejoint la Tunisie en 1941, passe les trois années suivantes sous les drapeaux dans le corps de spahis marocains (campagne d'Italie ...), puis est ordonné prêtre à la basilique Saint-Louis de Carthage en 1950. Envoyé à l'École Supérieure de Journalisme de Lille, il est affecté par sa congrégation en 1952 à l'hebdomadaire catholique Afrique Nouvelle qui installe dans la région une formule indépendante et participative inédite et « dérangeante »; à la fin de 1954, il reste seul temporairement à la tête de l'hebdomadaire, provisoire qui dura jusqu'en 1959. Il passe la main aux laïcs mais reste probablement influent tout en retournant à des activités missionnaires et culturelles (fondation de la Librairie Djoliba, longtemps la seule digne de ce nom à Dakar). Après une vingtaine d’années de ces activités, il entre en 1973 comme chercheur à l'Institut fondamental d’Afrique noire (I. F. A. N.) de Dakar. En 1986, il obtient le doctorat d'État d'histoire africaine avec une thèse sur l'histoire de l'Afrique occidentale française de 1944 à 1960 puis une thèse d'État sur les rapports entre l'Église et l'État colonial au Sénégal. En 1993, il prend sa retraite comme directeur de recherches.

Il est considéré par l'africaniste Bernard Lugan comme « un des plus "pointus" parmi les historiens du Sénégal »[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Docteur Lumière, éditions S.O.S., 1975 (vie du P. Jean-Louis Goarnisson M.Afr., médecin en Haute-Volta)
  • La Balkanisation de l'Afrique occidentale française, (préface de Léopold Sédar Senghor), 1979
  • L'Église catholique et la naissance des nouvelles nations en Afrique occidentale francophone, 1981
  • L'Afrique occidentale française de la Conférence de Brazzaville (1944) à l'indépendance (1960) (préface de Amadou Mahtar Mbow), 1982
  • Les missionnaires catholiques du Soudan français et de la Haute-Volta entrepreneurs et formateurs d'artisans, 1983
  • Colonisation et évangélisation, 1985
  • Église et pouvoir colonial au Soudan français : les relations entre les administrateurs et les missionnaires catholiques dans la Boucle du Niger, de 1885 à 1945 (préface de Catherine Coquery-Vidrovitch), 1987
  • L'Hebdomadaire catholique dakarois "Afrique Nouvelle" et la décolonisation de l'AOF, 1986
  • Félix Éboué et les missions catholiques, 1987
  • L'Église catholique en Afrique : deux millénaires d'histoire, 1991
  • Gorée, Guide de l'île et du Musée historique, 1993 (en collaboration avec Abdoulaye Camara)
  • Le Mali, 1998
  • Histoire de Gorée, 2003 (en collaboration avec Abdoulaye Camara, Françoise Descamps, Xavier Ricou et James Searing)
  • Léopold Sédar Senghor (avec un témoignage de Cheikh Hamidou Kane), 1998
  • Histoire de l'Église catholique au Sénégal : du milieu du XVe siècle à l'aube du troisième millénaire, 2008

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Lugan,Quand François Hollande cautionne le mythe de Gorée, 12 octobre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]