Jean-Baptiste Ludger Hould

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Baptiste Ludger Hould
Fonctions
BarreauQuebec Logo.png 15e Bâtonnier du Québec
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean-Baptiste-Ludger Houle
Nationalité
Activité
Père
Jean-Baptiste Houlde
Mère
Olive Tourigny
Conjoint
Marie-Julie-Sara Turcotte
Autres informations
Organisation
Titres honorifiques
Esquire

Jean-Baptiste Ludger Hould, ou Jean Baptiste Hould, baptisé Jean-Baptiste-Ludger Houle (3 septembre 1841, Sainte-Angèle-de-Laval, Bas-Canada - 5 mars 1910, Trois-Rivières, Québec, Canada), est un avocat québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ludger Hould est le fils de Jean-Baptiste Houlde (1818-1905), cultivateur et fils de Pierre Houle et Geneviève Deshaies[1], et Olive Tourigny (1816-1893), fille de François Deshaies et Charlotte Bourbeau[2]. Baptisé le jour de sa naissance, il est l'aîné des dix enfants du couple Houlde-Tourigny[1]. Il reçoit d'abord son éducation primaire au Séminaire de Nicolet, puis entame des études en droit à l'Université Laval de Québec[3]. Il poursuit avec un stage de clerc à la firme Casault, Langlois & Angers dans la même ville, est admis au Barreau en juillet 1864 et commence sa carrière à Trois-Rivières, en 1865[3].

En 1867, Jean-Baptiste Ludger Hould s'oppose à la création de la paroisse de Sainte-Angèle, mais son père sera tout de même élu au conseil de ville et deviendra subséquemment le premier maire de la ville[4].

Le 30 juin 1869, il épouse Marie-Julie-Sara Turcotte à la paroisse de St-Maurice, près de Trois-Rivières[5],[6]. Ils ont sept enfants ensemble, mais deux sont morts en bas âge[3].

En 1878, Jean-Baptiste Ludger Hould et son père ont été nommé parmi les parrains des nouvelles cloches de l'église de la paroisse de Sainte-Angèle[4]. La même année, le 1er mai, Hould est syndic du Barreau de section de Trois-Rivières sous le bâtonnat de Nazaire Lefebvre-Denoncourt[7]. Par la suite, Jean-Baptiste Ludger Hould devient bâtonnier du Québec pour le bâtonnat de 1883-1884[8].

De 1880 à 1883, Jean-Baptiste Ludger Hould enseigne le droit à Edmond de Nevers pendant son stage de clerc[9],[10]. Il deviendra éventuellement conseiller municipale au courant des années suivantes et entamera une association avec Joseph-Adolphe Tessier, futur maire de Trois-Rivières[11]. Les deux hommes deviennent ensemble les procureurs du Parti national lors d'une contestation d'élection et font partie, en 1890, du comité chargé d'accueillir Philippe d'Orléans, comte de Paris, à Trois-Rivières[11].

En 1887, Hould devient président honoraire du club Saint-Maurice[11]. Il a aussi aidé à établir une section de la bibliothèque du Barreau de Trois-Rivières.

Jean-Baptiste Ludger Hould est décédé en 1910 à Trois-Rivières, à l'âge de 68 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Généalogie Jean-Baptiste Hould », sur www.nosorigines.qc.ca (consulté le 4 octobre 2020)
  2. « Généalogie Olive Tourigny », sur www.nosorigines.qc.ca (consulté le 4 octobre 2020)
  3. a b et c (en) American Biographical Publishing Co., The Canadian Biographical Dictionary and Portrait Gallery of Eminent and Self-made Men: Quebec and Maritime Provinces Volume, Toronto ; Chicago ; New York : American Biographical Publishing Company, , 759 p., p. 184
  4. a et b Pierre Harnois, « Mémoire d’ici... Revue informatisée de Patrimoine Bécancour - Jean-Baptiste Hould : L’homme public »,
  5. « Généalogie Ludger Houle », sur www.nosorigines.qc.ca (consulté le 4 octobre 2020)
  6. [https://www.mesaieux.com/Genealogie/Jean-Baptiste-Ludger_Hould/1 « G�n�alogie Jean-Baptiste-Ludger Hould »], sur www.mesaieux.com (consulté le 4 octobre 2020)
  7. « Bases de données en histoire de la Mauricie », sur mauricie.cieq.ca (consulté le 4 octobre 2020)
  8. Le Barreau du Québec, « Bâtonnier du Québec », sur Le Barreau du Québec (consulté le 4 octobre 2020)
  9. « Edmond de Nevers », sur FQS, (consulté le 4 octobre 2020)
  10. Maurice Lemire, La vie littéraire au Québec, Volume 5, Québec, Presses Université Laval, , 680 p., p. 152
  11. a b et c « Le crépuscule d'un rouge: J.-A. Tessier, maire de Trois-Rivières, et l'Enquête Desy de 1920 »