Esquire (titre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Esquire (abrégé en Esq.) est un terme d'origine britannique (lui-même dérivé du moyen français esquier, de l'ancien français escuyer, du latin vulgaire scutarius, « porteur de bouclier »[1]). Il s'agit d'un titre de respect non officiel utilisé pour dénoter un certain statut social[2].

Jusqu'au début du XXe siècle, il s'appliquait aux membres de la gentry qui ne possédaient aucun titre de rang supérieur.

À l'époque victorienne, pouvaient porter le titre d'esquire en Angleterre[3],[4] :

  • les fils aînés des enfants de pairs du royaume, et leur fils aîné en descendance perpétuelle,
  • les fils des baronets,
  • les lords of the manor, chefs de clans ou de famille noble non titrée,
  • les personnages nommés à ce rang par ordonnance spéciale (patent), ainsi que leur fils aîné en descendance perpétuelle,
  • les titulaires d’offices accordés par la couronne (juges de paix, maires [durant leur mandat], sheriffs de comté [à vie]), durant l’exercice de leur mandat,
  • les membres du Parlement,
  • les avocats,
  • les bacheliers en théologie, droit et médecine,
  • enfin, toute personne désignant comme telle dans une commission de la couronne (officiers) (usage à vie).

Ce titre demeure en usage au Royaume-Uni pour certaines charges ou fonctions officielles (juges) ou symboliques (lord of the manor), Depuis le milieu du XXe siècle, son usage s'est toutefois élargi au point d'être assimilable au Mr., avant d'être considéré comme archaïque ou désuet et de voir son emploi s'atténuer. Il semble que, depuis les années 2010, son usage réapparaisse. Certaines institutions n'ont jamais cessé de l'employer, comme Christie's ou le palais de Buckingham (dont les courriers et les invitations réservent toutefois le Esq. aux seuls sujets britanniques)[5].

Il est par ailleurs aujourd'hui conventionnellement employé aux États-Unis par les avocats et les diplomates. Il se place systématiquement après le nom, le plus souvent en version abrégée (par exemple : K.S. Smith, Esq.).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etymonline
  2. (en) esquire sur le site du Dictionary.com Unabridged, 3 mai 2010
  3. (en) John H. Young, Our Deportment, or the Manners, Conduct and Dress of the Most Refined Society, Chicago, (lire en ligne), p. Chapitre XXVIII
  4. « Esquire - Parker's Heraldry », sur web.archive.org, (consulté le 12 juin 2020)
  5. (en) « Esquire », dans Wikipedia, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :