Sainte-Angèle-de-Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laval.
Sainte-Angèle-de-Laval
Regroupée à Bécancour
Église Sainte-Angèle-de-Laval, construite en 1870.
Église Sainte-Angèle-de-Laval, construite en 1870.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Statut de la municipalité Municipalité de paroisse
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 25″ nord, 72° 31′ 19″ ouest
Divers
Date de constitution 1870
Date de dissolution 1965
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Sainte-Angèle-de-Laval

Sainte-Angèle-de-Laval est une ancienne municipalité de paroisse du Québec, située dans le comté de Nicolet dans la province de Québec au Canada. Elle a existé de 1870 à 1965, et son territoire est aujourd'hui inclus dans le secteur Sainte-Angèle de la ville de Bécancour.


Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse Sainte-Angèle-de-Mérici est érigée canoniquement en 1868[1]. En 1870, la municipalité de paroisse du même nom est créée, avec un territoire prélevé sur celui des municipalités de Bécancour et de Saint-Grégoire-le-Grand[2]. Le nom de la municipalité évoque le souvenir de sainte Angèle Merici, la fondatrice des Ursulines, à Brescia, en Italie, en 1535. Quant au deuxième élément du nom, il rappelle la mémoire de Monseigneur François de Laval (Montigny-sur-Avre, France, 1623 - Québec, 1708), premier évêque du diocèse de Québec (1674-1688). En 1909, la municipalité de Laval, constituée du noyau villageois, s'en est détachée.

Le 17 octobre 1965, la municipalité de paroisse a été fusionnée avec d'autres municipalités pour former la ville de Bécancour qui résultait ainsi de la fusion des villages de Bécancour, de Gentilly, de Larochelle, de Laval et de Villers ainsi que des municipalités de paroisse de Bécancour, de Sainte-Angèle-de-Laval, de Saint-Édouard-de-Gentilly, de Sainte-Gertrude, de Saint-Grégoire-le-Grand et de Très-Précieux-Sang-de-Notre-Seigneur[3].

Avant la construction du pont Laviolette, qui relie la rive sud du fleuve Saint-Laurent à Trois-Rivières depuis 1967, il existait un service de traversier entre le quai de Sainte-Angèle-de-Laval et la ville de Trois-Rivières. Sainte-Angèle possède depuis 2003 le plus grand cadran solaire analemmatique en Amérique du Nord et le seul de la province[1].


Éducation[modifier | modifier le code]

Sainte-Angèle-de-Laval possède plusieurs infrastructures scolaires dont l'École secondaire Mont-Bénilde. L'institution a annoncé sa fermeture le 9 mai 2008. Les activités éducatives ont pris fin le 31 août 2008. Jusqu'en 2012, cette ancienne école privée devenait pendant la saison estivale le Centre d'instruction d'été des cadets de la marine, plus communément appelé NCSM Québec et qui s'adresse aux cadets de la Marine royale canadienne. Également, durant les jeux olympiques de Pékin 2008, on a annoncé la présence de l'académie mondiale de boxe dans les locaux du Mont-Bénilde, ainsi que la construction d'un nouvel édifice à proximité.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Secteur Sainte-Angèle, sur le site de la ville de Bécancour.
  2. Sainte-Angèle-de-Laval (paroisse), sur Maires du Québec.
  3. Gouvernement du Québec, « Modification aux municipalités du Québec », Historique des modifications aux municipalités du Québec : Période 1961-1990,‎ , p. 139 (ISSN 1715-6408, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]