Jacno (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacno.
Jacno
Nom de naissance Denis Quilliard
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 52 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale chanteur, musicien, compositeur, producteur
Genre musical rock, musique électronique, pop
Années actives 1976 - 2009
Site officiel www.jacno.fr

Denis Quilliard dit « Jacno » est un musicien, chanteur et producteur français, né le à Paris et mort d'un cancer, dans la même ville, le .

Il choisit ce nom de scène car sur les paquets de cigarettes Gauloises qu'il appréciait, figurait un casque gaulois, motif signé « Jacno »[1].

Parcours et collaborations[modifier | modifier le code]

Même s'il ne se revendiqua jamais comme tel[2], il est le fondateur d'un des tout premiers groupes assimilés à la première vague du punk français, Stinky Toys, avec Elli Medeiros dès juillet 1976, d'où découleront deux albums sortis chez Polydor et produits par Celluloïd, loués en autres par Alain Pacadis.

Changeant radicalement de style en 1979, il connaît le succès en solo avec un morceau instrumental joué au synthétiseur et à la guitare, Rectangle — que l'on retrouve plus tard dans les publicités de la marque Nesquik, et qui connaîtra par la suite des reprises dont celle, en 1999, de Gigi d'Agostino sous le titre La Passion. Rectangle impose le « son Jacno », épuré et cristallin, dont la clarté et la simplicité font mouche au tout début des années 1980. Ce qui ne s'appelle pas encore un clip, mais consiste en une sorte de court métrage promotionnel d'une durée de 8 minutes, appelé Rectangle, deux chansons de Jacno, est tourné par Olivier Assayas dans l'une des tours Perspective du Quartier de Beaugrenelle en 1979 pour le nouveau label Dorian - Le Disque moderne fondé par Jean-Luc Besson qui coproduisit le premier 33 tours de Jacno. Assayas avait intégré auparavant quatre morceaux de Jacno dans son premier film, le court-métrage Copyright, dans lequel tourne Elli Medeiros.

Jacno lance ensuite le duo pop Elli & Jacno et accomplit également un important travail de producteur de singles et d'albums pour : Pauline Lafont, Lio (Amoureux solitaires), Mathématiques Modernes, le premier album d'Étienne Daho (Mythomane) accompagné d'un clip de lancement sur fond d'images de synthèse, Daniel Darc (Sous influence divine) et Jacques Higelin (Tombé du ciel)[3],[4].

Elli & Jacno participe à la BO du film Les Nuits de la pleine lune d'Éric Rohmer (1984). Jacno collabore aussi avec Jean-Charles de Castelbajac, qui crée son costume de scène pour le concert de l'Olympia en 1985. Il poursuit sa carrière en solo avec la chanson Tant de baisers perdus — sur un texte de Françoise Hardy

Jacno a également écrit des paroles de chansons, notamment pour Les Valentins (J'ai triste) et Paul Personne (Le Bourdon). Il a aussi chanté en duo avec Romane Bohringer (D'une rive à l'autre, 1994) et Helena Noguerra (Désamour, 2002). En 2002, il reprend Sentimental Bourreau de Boby Lapointe sur l'album Boby Tutti-Frutti - L'hommage délicieux à Boby Lapointe. Il collabore également au renouveau yéyé en partageant deux chansons avec l'ex miss France Mareva Galanter, Bang Bang et Ne Dis Rien, sur son album Ukuyéyé by Mareva en 2006. En 2003, il interprète la chanson Mobile pour Concorde Music Club (Thomas Deligny), titre resté inédit à ce jour.

Des échantillons de ses musiques ont également été repris en sampling par Gigi d'Agostino (Rectangle), Concorde Music Club (Triangle)...

Si Jacno a peu bénéficié de succès populaires (hormis Rectangle), il a en revanche toujours obtenu la reconnaissance de ses pairs. En témoignent les dédicaces de deux de ses albums, Une idée derrière la tête et French Paradoxe : pour le premier, la mention dans le livret « avec l'enivrante participation » de personnalités comme Jacques Higelin au clavecin, Paul Personne à la guitare, Gérard Blanchard (également compositeur de la chanson Poubelle et Fleurs) à l'accordéon, Étienne Daho et Elli Medeiros aux chœurs ; pour le second, la participation d'artistes comme Helena Noguerra et Miossec (également coauteur de Toi et Moi) aux voix, Thomas Dutronc à la guitare et Arthur H au piano (également compositeur du morceau Les Objets).

Sur son dernier album Tant de temps figure un featuring de Stereo Total (sur le titre "Mars rendez-vous").

Jacno Future[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jacno Future.

La sortie d'un disque hommage consacré à Jacno intitulé Jacno Future a été annoncée en janvier 2011[5], initialement prévue en avril 2011 mais repoussée au 6 juin 2011. L'album, dont la pochette est dessinée par son ami Jean-Charles de Castelbajac[6], revisite l’œuvre de Jacno, depuis The Stinky Toys jusqu'à ses disques en solo, en passant par le duo Elli & Jacno.

Sur ce disque, Étienne Daho reprend avec Calypso Valois — la fille de Jacno et d'Elli[7] — "dans une version danceflooresque" le titre Amoureux solitaires, produit par Jacno pour Lio. Le lien qui unit Daho à Jacno n'est pas récent : Jacno a réalisé le premier album de Daho, Mythomane, et Daho a réalisé notamment Faux témoin, deuxième album solo de Jacno ; par ailleurs Jacno a repris sur l'album hommage Tombés pour Daho le titre On s'fait la gueule — son dernier enregistrement — en 2008.

Outre Étienne Daho, Dominique A, Brigitte Fontaine, Jacques Higelin, Katerine, Thomas Dutronc, Miossec, Arthur H, Benjamin Biolay, Alex Beaupain, Stereo Total, Alexandre Chatelard ou encore Coming Soon lui rendent hommage sur cet album.

Discographie[modifier | modifier le code]

Album hommage[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme compositeur
Comme acteur [8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacno, itinéraire du dandy pop. Entretiens avec la collaboration d’Albert Algoud, collection SL, Éditions du Rocher, 2006.
  • Stéphane Loisy, Pierre Mikaïloff et Jean-Éric Perrin, Jacno, l'amoureux solitaire, Éditions Didier Carpentier, avril 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]