Io Domenico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Io Domenico

Album de Michel Sardou
Sortie 1984
Enregistré 1984 au Palais des congrès et au studio C.B.E
Durée 40 min
Genre variété française
Producteur Jacques Revaux et Jean-Pierre Bourtayre
Label Tréma

Albums de Michel Sardou

Singles

  1. Les Deux Écoles
    Sortie : 17 juin 1984
  2. Délire d'amour
    Sortie : 1984
  3. Io Domenico
    Sortie : 1985

Io Domenico est le treizième album studio de Michel Sardou enregistré au studio du Palais des Congrès ainsi qu'aux studios C.B.E et Trema et paru chez Tréma en 1984.

Paru à l'origine sous le simple titre Sardou, il est souvent désigné sous le titre Io Domenico, première chanson de l'album ou Rouge (notamment par sa maison de disques Universal Music France), pour des raisons inconnues. La pochette de l'album mentionne quatre titres : Io Domenico, La Débandade, Délire d'amour et Les Deux Écoles.

Genèse et réalisation[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Album original[modifier | modifier le code]

No TitreParolesMusique Durée
1. Io DomenicoMichel Sardou - Pierre DelanoëJacques Revaux - Jean-Pierre Bourtayre 4:08
2. AtmosphèresMichel Sardou - Didier BarbelivienJacques Revaux 3:41
3. Les Deux ÉcolesMichel Sardou - Pierre DelanoëJacques Revaux 3:48
4. RougeMichel Sardou - Didier BarbelivienJacques Revaux 4:12
5. Le Verre videMichel Sardou - Pierre DelanoëJacques Revaux 4:23
6. La DébandadeMichel Sardou - Pierre DelanoëJacques Revaux 3:23
7. Elle revient dans cinq ansMichel SardouJacques Revaux 2:38
8. Parce que c’était lui, parce que c’était moiJean-Loup DabadieMichel Sardou 3:27
9. Du blues dans mes chansonsMichel Sardou - Michel MalloryJacques Revaux 3:03
10. DélivranceMichel Sardou - Pierre DelanoëJacques Revaux 3:16
11. Délire d’amourMichel Sardou - Pierre DelanoëJacques Revaux - Jean-Pierre Bourtayre 4:10

Titres bonus[modifier | modifier le code]

Cet album a été réédité en 2004 sous le label AZ avec les titres bonus suivants :

  • Une femme ma fille
  • Los Angélien

Crédits[modifier | modifier le code]

Principales chansons[modifier | modifier le code]

  • Io Domenico : raconte l'histoire d'un Américain d'origine italienne ayant immigré pour changer de vie. Sardou fait parler cet homme sur son lit de mort qui fait le bilan de sa vie en se confiant à ses proches. Quoique reconnaissant du foyer qu'il a trouvé « sous la bannière américaine », il reste profondément attaché et fier de ses racines italiennes (« j'ai changé de peau, mais pas de sang, pas d'accent, pas d'étoile »). La bande instrumentale a été jouée, pour l'enregistrement studio, par l'Orchestre symphonique de Londres.
  • Les Deux Écoles : en cette époque où les Français se divisent et se mobilisent pour ou contre le projet de loi Savary, Sardou évoque les luttes historiques entre l'école privée et l'école publique, déclare que chacun doit être libre de son choix (« Je veux que mes enfants s'instruisent à mon école ; s'ils ressemblent à quelqu'un, autant que ce soit moi ») et conclut « J'ai fait les deux écoles et ça n'a rien changé ». Mais ce renvoi dos-à-dos des deux institutions scolaires est toutefois interprété comme une opposition au projet Savary, voire comme une défense « radicale » de l'école privée[2].
  • La Débandade : constatation pessimiste sur l'avenir de la société occidentale, qui se dirige d'une manière irréversible vers de nouvelles guerres (« Sœur Anne, si tu n'vois rien venir / Ou tu es sourde, ou tu es folle »), tout en tenant compte des nouvelles formes de menaces, telles que l'islamisme[réf. nécessaire] (« Il y a dans les années qui viennent / Comme un retour au vent d'histoire [...] Croissant de lune et drapeau noir »). Sardou reconnaît ne pas y exprimer véritablement ses propres anxiétés[3].
  • Parce que c'était lui, parce que c'était moi : ode à l'amitié. Le titre est une citation de Michel de Montaigne qui décrivit l'amitié comme ceci : « Si on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne se peut exprimer, qu'en répondant : « Parce que c'était lui, parce que c'était moi ». »[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.clubsardou.com/clubms.php?page=disco_det&b=322&lang=fr / Consulté le 21 mars 2015.
  2. « Michel Sardou. Biographie », sur RFI Musique, (consulté le 21 octobre 2018).
  3. Au Jeu de la vérité du , alors qu'un spectateur lui demande « La chanson La Débandade exprime-t-elle vos convictions personnelles ? », Sardou répond « Disons que je suis plus optimiste que ça. »
  4. Michel de Montaigne, Essais, livre I, chapitre XXVIII

Voir aussi[modifier | modifier le code]