À la volonté du peuple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
À la volonté du peuple
Do You Hear the People Sing?

Chanson de Michel Sardou (premier interprète)[1]
extrait de l'album Les Misérables
Sortie 1980
Auteur Alain Boublil et Jean-Marc Natel (version originale française)
Herbert Kretzmer (adaptation anglaise)
Compositeur Claude-Michel Schönberg

À la volonté du peuple, aussi connu sous le titre de sa version anglaise Do You Hear the People Sing? (traduisible en français par « Entendez-vous le Peuple qui chantent ? ») est l'une des chansons principales et des plus connues de la comédie musicale Les Misérables créée en 1980. Chantée à deux reprises dans la comédie musicale, composée par Claude-Michel Schönberg et écrite par Alain Boublil et Jean-Marc Natel, son premier interprète fut Michel Sardou[1]. L'adaptation en anglais de la comédie musicale, et donc de la chanson, est effectuée par Herbert Kretzmer en 1985.

Historique[modifier | modifier le code]

La chanson est d'abord interprétée dans l'acte I par Enjolras et les autres étudiants de l'ABC Café alors qu'ils se préparent à lancer une rébellion dans les rues de Paris lors de la procession funèbre du général Jean Maximilien Lamarque. Elle est à nouveau chantée dans le final. Cette deuxième version est chantée par Jean Valjean et l’ensemble de la troupe. Les paroles ont été modifiées et deviennent progressivement plus fortes à chaque strophe.

La chanson est un appel à la révolution pour que les gens surmontent l'adversité. Les barricades mentionnées dans la chanson sont érigées par les étudiants rebelles dans les rues de Paris lors du deuxième acte de la comédie musicale. Ils doivent entraîner la garde nationale au combat et déclencher un soulèvement civil visant à renverser le gouvernement, mais leur rébellion échouera finalement.

L'originale : la version francophone[modifier | modifier le code]

Dans l'album-concept de 1980, le premier interprète est Michel Sardou[1]. Christian Ratellin reprend le rôle d'Enjolras dans la première version sur scène au Palais des Sports.

La version originale en français n'était pas prévue comme chanson finale par l'ensemble de la troupe. Ce n'est que plus tard qu'elle devint la chanson finale de la comédie musicale lorsqu'elle a été réorganisée pour la version anglaise. Ce changement fut également adopté dans les versions ultérieures en français et les paroles de la version chantée dans le finale francophone de ces versions ultérieures se rapprochent plus de la version anglophone, mais la version chantée dans l'acte I reste l'originale.

Adaptations étrangères[modifier | modifier le code]

Version anglaise[modifier | modifier le code]

La version anglaise est écrite en 1985[2] par Herbert Kretzmer[3] pour créer la version anglophone de la comédie musicale avec l'appui du producteur Cameron Mackintosh[2]. C'est à partir de ce moment-là qu'elle fut chantée deux fois au cours de la comédie musicale.

Version multilingue[modifier | modifier le code]

Lors du concert spécial du 10e anniversaire des Misérables en 1995, À la volonté du peuple a été chantée par 17 acteurs différents qui ont joué Jean Valjean à travers le monde. Chaque acteur a interprété une ligne de la chanson dans sa propre langue : en anglais, français, allemand, japonais, hongrois, suédois, polonais, néerlandais, norvégien, tchèque, danois et islandais.

Version turque[modifier | modifier le code]

Une autre adaptation non officielle de À la volonté du peuple en turc, intitulée Duyuyor Musun Bizi İşte Çapulcu'nun Sesi a été chantée pendant les manifestations du parc Gezi[4].

Version philippine[modifier | modifier le code]

En 2017, à l'occasion du 45e anniversaire de la déclaration de la loi martiale prononcée par le président et dictateur philippin Ferdinand Marcos, une adaptation non officielle en philippin, intitulée Di Mo Ba Naririnig?, a été utilisée comme chanson de protestation[5].

Version en chinois[modifier | modifier le code]

Dans les pays et régions de langues chinoises, il existe de nombreuses versions dialectales de la chanson. Parmi les plus populaires, celle en mandarin (en chinois standard : 普通话 -民众呐喊)[6] est une traduction authentique des paroles en anglais. Celle en cantonais - 問誰未發聲 - et celle en taïwanais - 你敢有聽着咱的歌 - sont des versions qui mélangent traductions dialectales et paroles en anglais. Elles comprennent des références spécifiques aux manifestations politiques correspondantes (voir ci-dessous).

Utilisations sociales et politiques[modifier | modifier le code]

Reprise comme chanson de protestation[modifier | modifier le code]

La chanson utilisée comme slogan lors des manifestations de 2014 à Hong Kong

Il y a des adaptations non officielles de À la volonté du peuple en cantonais et en taïwanais, il s’agit de chansons de protestation. Les versions les plus connues incluent Asking Who That Hasn't Spoken Out ( 未 發聲 ), écrit en cantonais pour Occupy Central with Love and Peace (en), et Lí Kám Ū Thiann-tio̍h Lán Ê Kua (你 敢 有 聽 着 的歌) en taïwanais[7].

La chanson est chantée lors de manifestations à Hong Kong en 2019[1],[8]. La chanson a été censurée et sa version anglaise a été interdite sur diverses plateformes de musique en Chine continentale en raison de son utilisation répandue dans les manifestations anti-extradition[2].

Outre les adaptations susmentionnées en cantonais et en taïwanais, The Daily Telegraph a déclaré que la chanson est souvent utilisée par les gens qui protestent un peu partout dans le monde, ajoutant qu'elle avait été entendue lors des manifestations dans le Wisconsin en 2011, lors des manifestations en Turquie en 2013 ou encore lors des manifestations contre l'ouverture d'un restaurant McDonald's en Australie en 2013[9]. Elle a également été utilisée par des manifestants anti-TTIP qui ont interrompu les congrès du TTIP en faisant une flash mob sur cette chanson[10].

La chanson a également été utilisée pour soutenir les manifestations de Maïdan par Ukraine 2020, qui a diffusé un clip vidéo de la chanson sur YouTube[11].

En 2016, la chanson a été utilisée comme une chanson de protestation par le mouvement réclamant la démission de Park Geun-hye en Corée du Sud[12].

Utilisation en politique[modifier | modifier le code]

Le 16 septembre 2016, durant sa campagne présidentielle, Donald Trump a utilisé cette chanson lors d'un rassemblement à Miami sous le titre parodique Les Déplorables, en réponse au label controversé de « panier de déplorables » d'Hillary Clinton[13],[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Olivier Arendt, « Les manifestants de Hong-Kong chantent… Du Michel Sardou (vidéo) », RTBF,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c « Comment une chanson des Misérables (et de Michel Sardou) est devenue l'hymne des manifestants hongkongais », LCI,‎ (lire en ligne)
  3. « Chanson de Michel Sardou, cartes postales, drapeaux: les symboles des manifestants de Hong Kong », BFM TV,‎ (lire en ligne)
  4. « Duyuyor musun bizi İşte Çapulcunun Sesi Do you hear the people sing HD) »,
  5. (en) « Filipino Version of Iconic 'Les Miserables' Song Becomes National Day of Protest Anthem », Preen.ph,
  6. « 中文演唱2分钟起 Do You Hear The People Sing?悲惨世界 民众呐喊 人民之歌 in Chinese from 2:00 闪聚 快闪 »,‎
  7. (en) Malcolm Moore, « How a song from Les Misérables became Hong Kong's protest anthem », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2014)
  8. (en) Helen Regan, Ben Westcott, Steve George et James Griffiths, « Hong Kong protest sees hundreds of thousands call for city's leader to step down », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2019).
  9. (en) Moore, « How a song from Les Misérables became Hong Kong's protest anthem », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Flashmob choir interrupts TTIP congress », Boing Boing
  11. (uk) « Чи ви чуєте цей спів? »,‎
  12. (kr) « "박 대통령 퇴진" 추위 녹인 촛불 … 평화시위 새 역사 썼다 », www.dt.co.kr
  13. (en) Robinson, « Donald Trump Enters Stage to 'Les Mis' Theme, Welcomes 'Deplorables' », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Darcy, « Trump walks onstage to theme of 'Les Miserables,' greets 'deplorables' at his Miami rally », Business Insider,‎ (lire en ligne)