Faut-il brûler Sardou ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Faut-il brûler Sardou ?
Auteur Louis-Jean Calvet
Jean-Claude Klein
Pays Drapeau de la France France
Genre essai
Éditeur Savelli
Date de parution 1978
Nombre de pages 113

Faut-il brûler Sardou ? est un essai de Louis-Jean Calvet et de Jean-Claude Klein portant une analyse sociologique du chanteur Michel Sardou. Paru en 1978, cet opuscule est symbolique du climat hostile entourant l'artiste à cette époque[réf. insuffisante][1], puisqu'il s'agit en effet d'un livre rédigé par des détracteurs[réf. nécessaire].

Contexte[modifier | modifier le code]

L'essai paraît après la sortie de l'album La Vieille (1976) qui valut de nombreux déboires à Michel Sardou. Ses récitals sont perturbés par des manifestations d'opposants[2] qui s'indignent notamment contre la chanson Je suis pour, dans laquelle ils voient un plaidoyer en faveur de la peine capitale. Une bombe est par ailleurs retrouvée dans la chaufferie du Forest National à Bruxelles alors que le chanteur doit s'y produire.

Dans cette atmosphère hostile au chanteur, les auteurs de Faut-il brûler Sardou ? affirment que celui-ci est soutenu par des journalistes d'extrême droite appartenant au journal hebdomadaire Minute[2] :

«  L’engagement de plusieurs journalistes de l’hebdo Minute dans l’équipe rédactionnelle de Michel Sardou n’est pas passé inaperçu.  »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mireille Dumas, Qui êtes-vous Michel Sardou ?, émission diffusée en septembre 2012
  2. a et b http://www.satiricon.be/?p=5963