Institut suisse des sciences noétiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Institut suisse
des sciences noétiques
Issnoe.png
Institut suisse des sciences noétiques — ISSNOE — Noêsis
Histoire
Fondation
1999
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège social
Pays
Langue
Organisation
Membres
Dr Louis Nahum
Dr Claudia Mazzocato
Fondateur
Monique et Marcel Odier
Président
Secrétaire général
Affiliation
Noêsis —
Fondation Odier
de psycho-physique
Publication
Site web

L’Institut suisse des sciences noétiques ou Issnoe — anciennement Noêsis — est une fondation reconnue d’utilité publique vouée à l’étude scientifique et comparative des états modifiés de conscience non-ordinaires (EMC), au décryptage analytique des expériences de mort imminente — désignées par les acronymes EMI ou, plus communément, NDE pour near-death experience — auxquels s’ajoute le déchiffrement contextuel des perceptions extrasensorielles (PES) et des phénomènes de décorporation répertoriés sous l’appellation out-of-body experience ou OBE.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Sylvie Dethiollaz, docteur en biologie moléculaire, présidente de l’Institut suisse des sciences noétiques — ISSNOE — Noêsis.
Bernard Werber dispense des ateliers d’écriture à l’Institut des sciences noétiques — ISSNOE — Noêsis.
Frédéric Lenoir est l’auteur d’une préface expressément rédigée pour le compte de l’un des ouvrages rendant compte des travaux scientifiques effectués par la fondation ISSNOE.

Les prémices fondateurs de la structure originelle naissent de la fusion opérée entre l’association Noêsis[H 1] — créée en 1999[H 2] par Sylvie Dethiollaz, docteur en biologie moléculaire[V 1],[V 2],[1] — et la fondation Odier de psycho-physique promue en 1992 par Marcel et Monique Odier[R 1] dont l’équipe dédiée compta, parmi ses membres émérites, des éminences grises telles que le biologiste Rémy Chauvin et le physicien Olivier Costa de Beauregard[2],[3],[4],[5].

Orientations[modifier | modifier le code]

La fondation se consacre essentiellement aux études scientifiques et comparatives des états modifiés de conscience[V 3],[R 2],[R 3] (EMC) non-ordinaires ; au décryptage analytique des expériences de mort imminente désignées par les acronymes EMI ou, plus communément, NDE pour near-death experience[V 4] ; aux recherches recourant à une panoplie de tests optimisés visant, entre autres segments ciblés, à tenter de mieux appréhender la nature fondamentale des perceptions extrasensorielles (PES) ainsi qu'à tenter de déchiffrer les idiosyncrasismes présidant à l’émergence de phénomènes de décorporation répertoriés sous l’appellation out-of-body experience ou OBE[V 5],[R 4],[H 1],[6].

Le fruit de ce travail est condensé dans deux ouvrages parus sous l’égide de la fondation ISSNOE : États modifiés de conscience (2011) et Voyage aux confins de la conscience (2018).

Symposiums[modifier | modifier le code]

Issnoe axe parallèlement son activité vers des conférences et ateliers spécifiques dispensés par des chercheurs, philosophes, physiciens, psychologues et médecins prodromatiques dont les approches intégratives abordent respectivement la thématique du deuil dans une acception holiste qui permet d’esquisser les prémices d’une éventuelle « survivance de l’âme[H 3] » voire d’une possible forme de pérennisation de la conscience au-delà du seul substrat charnel[H 3].

Parmi les intervenants évoqués figurent notamment l’ancien reporter de guerre puis réalisateur et écrivain Stéphane Allix, le professeur d’urgences et d’action humanitaire Piero Calvi-Parizetti, le philosophe, sociologue et historien des religions Frédéric Lenoir[H 4],[V 6],[V 7], le médecin-anesthésiste-réanimateur Jean-Jacques Charbonier, le médecin-psychiatre et psychothérapeute Olivier Chambon[V 8], le médecin anesthésiste-réanimateur Jean-Pierre Postel, l’ethnomusicienne Corine Sombrun, le physicien Philippe Guillemant[V 9],[7], le sinologue Cyrille Javary et l’écrivain Bernard Werber[8]

Publications[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

En , dans un article publié par Association française pour l'information scientifique via son périodique Sciences et pseudo-sciences, Thomas Durand écrit :

« Les surprenantes capacités paranormales de Nicolas Fraisse sont présentées comme prouvées par un certain nombre de gens grâce au travail de communication de l’ISSNOE. Il s’agit pourtant d’allégations tout à fait stupéfiantes. Nicolas Fraisse serait capable de rapporter des événements se déroulant très loin de son corps, dans un autre bâtiment. Il pourrait deviner le sujet de photographies enfermées dans des enveloppes. Il pourrait aussi lire dans les pensées, et se retrouver dans le corps d’autres personnes, et même d’animaux. [...] Malheureusement, les « travaux » de l’ISSNOE se limitent désormais à des apparitions télévisées, des conférences rémunérées et la vente du livre paru dans une maison spécialisée dans les textes pseudoscientifiques (psychologie quantique, reiki, astrologie, etc.). Dans ces conditions, les rationalistes ne peuvent que rester dubitatifs. Pour lever le doute, il faudrait que Monsieur Fraisse se plie à un protocole expérimental sérieux et soumis à la validation par la publication dans une revue scientifique[9]. »

Sources[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

 : la chaîne de télévision C8 diffuse un entretien entre Thierry Ardisson et Sylvie Dethiollaz confrontée à son « expérienceur[N 1] » ISSNOE — Nicolas Fraisse — dans le cadre de l’émission hebdomadaire Salut les terriens ![V 5].
  • Faut pas croire, , débat présenté par Christophe Boisset avec : Sylvie Dethiollaz, docteur en biologie moléculaire, fondatrice du centre d’étude et de recherche noétiques Noêsis ; Michel Fontaine, frère dominicain, théologien, infirmier, docteur en sciences sociales (présentation en ligne, lire en ligne [vidéo]), « Je suis revenu de l’au-delà »
  • Claude Corse, La science aux confins de la conscience, t. 2, Alternative Studio, , Nicolas Fraisse pratique des expériences de sortie de corps à l’Institut suisse des sciences noétiques (Issnoe – Noêsis) de Genève dirigé par Sylvie Dethiollaz (lire en ligne [vidéo]), Des décorporations depuis l’enfance, « Entretien exclusif avec Nicolas Fraisse »

Radiophonie[modifier | modifier le code]

  • Nancy Ypsilantis, États modifiés de conscience, Babylone, Espace 2, Radio télévision suisse, , pour évoquer ce sujet, [...] Sylvie Dethiollaz, scientifique, et Claude Charles Fourrier, thérapeute, fondateurs du Centre Noêsis à Genève [...], Bertrand Méheust, anthropologue et historien de la psychologie, et Charles Genoud, maître de méditation. Un documentaire de Jean-Marc Falcombello (résumé)
  • Comment la scientifique Sylvie Dethiollaz analyse les sorties de corps de Nicolas Fraisse, BTLV Media, , Nicolas Fraisse, Sylvie Dethiollaz, et Claude-Charles Fourrier témoignent sur BTLV (lire en ligne [vidéo]) [audio]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Joseph Banks Rhine : pionnier en matière de protocoles statistiques dévolus à l’étude des perceptions extra-sensorielles et la psychokinèse, auteur du livre Extrasensory Perception.
  • Dr Patrick Theillier, Expériences de mort imminente : un signe du ciel qui nous ouvre à la vie invisible, Paris, Perpignan, éditions Artège, (1re éd. 2015 (notice BnF no FRBNF44426280) (OCLC 933773775)), 232 p. (OCLC 1041233953, lire en ligne), p. 45
    « Nous avons déjà parlé du Centre Noêsis à Genève, ou Issnoe « Institut Suisse des Sciences Noétiques », créé en 1999, fondation reconnue d’utilité publique « consacrée à l’étude de la conscience à travers les états modifiés de conscience (EMC) non ordinaires », fondé par Sylvie Dethiollaz, directrice de recherche, et Claude-Charles Fourrier, psychothérapeute. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Un « expérienceur » — dans le jargon EMI, OBE ou NDE — est une personne ayant vécu un EMC.

Références vidéographiques[modifier | modifier le code]

  1. Seguin et Bachy 2018, cf. minutage 20:04 à 23:43 → [lire en ligne]
  2. a et b Seguin et Bachy 2018, cf. minutage 19:01 à 23:50 → [lire en ligne]
  3. 36.9° : Moncada, Goetelen & Bonnenblust 2014
  4. Boisset, Dethiollaz, Fontaine 2011
  5. a et b C8 : Ardisson, Fraisse & Dethiollaz 2017
  6. Staune et UIP 2017, à partir du minutage 02:44 → [lire en ligne]
  7. Gilbert et Salem 2017, cf. minutage 18:18 à 18:47
  8. Seguin et Bachy 2018, cf. minutage 17:41 à 18:36 → [lire en ligne]
  9. Seguin et Bachy 2018, cf. minutage 26:03 à 26:48 → [lire en ligne]

Références radiophoniques[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b Neirynck et Garey 2009, p. 79-83
  2. a et b Theillier, p. 45
  3. a et b Beauregard et O’Leary 2008
  4. Lenoir 2018, p. I à IV

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Patrick Eichenberger, New York University ; Sylvie Déthiollaz, University of Geneva ; Henri Buc, Institut Pasteur International Network ; Hans Geiselmann, Université Grenoble Alpes (avec un résumé en français de 15 p. ; directeur de thèse : professeur Ueli Schibler, co-directeur : Docteur Johannes Geiselmann), « Structural kinetics of transcription activation at the malT promoter of Escherichia coli by UV laser footprinting », Proceedings of the National Academy of Sciences, Académie nationale des sciences,‎ (OCLC 716234845, PMID 9256428, DOI 10.1073/pnas.94.17.9022, résumé, lire en ligne)
  2. (en) Olivier Costa de Beauregard, « Wavelike Coherence and CPT Invariance: Sesames of the Paranormal », Journal of Scientific Exploration (en), Fondation Louis Dr Broglie, 75012 Paris — fondation Odier de psycho-physique, 1223 Cologny – Genève, vol. 16 « Commentary », no 4,‎ , pp. 651-654 (lire en ligne [PDF])
  3. Olivier Costa de Beauregard, « Bref commentaire sur la réfutation expérimentale de la multisimultanéité » [« Brief comment on the experimental disproof of multisimultaneity »], Bulletin de la fondation Odier de psycho-physique, no 4,‎ , pp. 79-82
  4. Monique Odier, « Interview d’Olivier Costa de Beauregard » [« Interview with Olivier Costa de Beauregard by Monique Odier »], Bulletin de la fondation Odier de psycho-physique, no 4,‎ , pp. 83-98
  5. « La parapsychologie en deuil », Bulletin Métapsychique, Institut métapsychique international, no 1,‎ (lire en ligne)
    « Olivier Costa de Beauregard était un des membres de la fondation Odier de psycho-physique et insistait sur l’intérêt pour la physique théorique des expériences de rétro-psycho-kinèse. »
  6. Cyril Dépraz, Christian Denisart, Sebastian Dieguez, Didier Rossat, « Sors de ce corps ! », Extraordinaire, Radio télévision suisse,‎ (résumé, lire en ligne [audio])
  7. La question d’ISSNOE à Philippe Guillemant : quelle est votre définition de la spiritualité ?, ISSNOE : Institut suisse des sciences noétiques, , réalisation et montage : Alban Kakulya ; organisation et interview : Sylvie Dethiollaz & Claude-Charles Fourrier (lire en ligne [vidéo]), « une interview de Philippe Guillemant »
  8. Interview complète de Bernard Werber, ISSNOE : Institut suisse des sciences noétiques, , réalisation et montage : Alban Kakulya ; organisation et interview : Sylvie Dethiollaz & Claude-Charles Fourrier (lire en ligne [vidéo]), durée : 01:02:49
  9. Thomas Durand, « Qu’y a-t-il à penser dans l’au-delà ? », Sciences et pseudo-sciences, Paris, Afis Science – Association française pour l’information scientifique « Science et religion – Paranormal »,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Institutions apparentées[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]