Institut de recherche sur les expériences extraordinaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (septembre 2009).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

L’Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires (INREES) se consacre à l’étude des expériences humaines inhabituelles, telles que des expériences de mort imminente ou des rencontres avec des esprits. Il a été fondé par le journaliste et écrivain Stéphane Allix et le docteur Bernard Castells sous la forme d'une association à but non lucratif en 2007. Depuis 2011 c'est une SAS consacrée à l'édition de revues et périodiques[1]. L'institut publie un trimestriel, le magazine Inexploré.

Démarche et objectif[modifier | modifier le code]

L'objectif de l'INREES est de sensibiliser les professionnels de la santé et le grand public aux expériences extraordinaires qu'un certain nombre de personnes disent avoir vécues. Pour cela, il se propose de créer un réseau de professionnels en santé mentale, de médecins et de soignants pour recevoir les personnes déclarant avoir eu des visions qualifiées de surnaturelles, des phénomènes physiques de nature inconnue, une expérience de mort imminente, des communications, des rencontres avec des esprits, etc.

Selon ses responsables, ces personnes sont aidées à « dissocier dans un comportement ou un récit d'expérience extraordinaire ce qui est pathologique de ce qui ne l'est pas »[2].

Membres d'honneur[modifier | modifier le code]

Plusieurs professionnels du monde scientifique et médical appuient la démarche de l'INREES[3], comme le professeur en sciences sociales Paul Bernstein, le neurologue Mario Beauregard, l'astrophysicien Morvan Salez, les psychiatres Stanislav Grof et Patrick Lemoine, le psychologue Kenneth Ring ou l'astronaute Jean-François Clervoy.

D'autres personnalités du milieu artistique et littéraire soutiennent l'INREES, notamment les écrivains Bernard Werber, Jan Kounen, Romain Sardou, Didier Van Cauwelaert, Sylvain Tesson, Patrice Van Eersel ou Evelyn Elsaesser-Valarino[3].

Critiques sceptiques[modifier | modifier le code]

Dans le communiqué de presse annonçant sa création, l'INREES a affirmé que les expériences inhabituelles ne sont pas encore explicables scientifiquement à l'heure actuelle[réf. nécessaire], mais il faut signaler que la psychologie des expériences inhabituelles a fait de nombreux progrès ces dernières décennies[4] dans l'explication matérialiste de ces phénomènes[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « SAS INREES à Paris : Édition de revues et périodiques », sur www.journal-legal.fr (consulté le 24 mars 2015)
  2. L'extraordinaire, c'est quoi ?, sur le site inrees.com
  3. a et b Ils soutiennent l'INREES..., sur le site inrees.com
  4. Voir par exemple (1) Etzel Cardena, Stephan Jay Lynn, Stanley C. Krippner (2000) (Ed.). Varieties of Anomalous Experience: Examining the Scientific Evidence. American Psychological Association, et (2) Ron Roberts, David Groome (2001) (Ed.). Parapsychology: The Science of Unusual Experience. Hodder Arnold.