Corine Sombrun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Corine Sombrun
Description de cette image, également commentée ci-après
« Treize Minutes », université Paris-Diderot, 2014.
Naissance (57-58 ans)

Corine Sombrun, née en 1961, est un auteur français, ethnomusicienne et spécialiste du chamanisme mongol formée à la transe par des chamanes de Mongolie. Elle s'inscrit parmi les écrivains voyageurs. Ses livres, en grande partie autobiographiques, ainsi que les entretiens et conférences qu'elle donne, témoignent de son parcours dans le chamanisme puis de sa participation en tant que sujet et coauteure de recherches scientifiques sur la transe chamanique.

Parcours initial et premiers contacts avec le chamanisme[modifier | modifier le code]

Sa petite enfance se passe à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, avec ses parents. De retour en France, elle se consacre à des études de musicologie et de piano et devient compositrice[1].

En 1999, des suites de la perte d'une relation amoureuse décédée d'un cancer[2], elle fuit la France et s'installe à Londres où elle rencontre, lors d'un vernissage, le peintre Francisco Montes[3], chamane péruvien qui l'invite[2]dans son centre Sachamama[4] au Pérou.

Révélation et initiation[modifier | modifier le code]

Elle travaille alors pour BBC World Service pour qui, en 2001, elle part au nord de la Mongolie, pour un reportage sur les traditions chamaniques. Le son du tambour utilisé par le chamane Balgir la fait accéder à un état de transe qu’elle ne peut contrôler[5]. Balgir lui apprend que sa réaction est une signe qu'elle est chamane et que pour cette raison elle doit être initiée pendant 3 ans dans la tradition[6]. Pendant huit ans, elle retourne régulièrement en Mongolie pour suivre l'enseignement d'Enkhetuya, une chamane tsaatan dont la vie est relatée dans le livre Les Esprits de la steppe[7]. En 2005, elle se rend au Nouveau-Mexique pour y rencontrer Harlyn Geronimo, medicine man (en) et arrière petit-fils du guerrier apache Geronimo. Les conditions de leur rencontre et leurs échanges seront rapportés dans le livre Sur les pas de Geronimo[8]. En 2015 parait Sauver la planète : Le message d'un chef indien d'Amazonie[9] qu'elle signe avec Almir Narayamoga. Il y raconte sa lutte pour la préservation de la forêt amazonienne.

Étude de la transe chamanique en laboratoire[modifier | modifier le code]

Son expérience de la transe et sa capacité à l’induire par la seule volonté intéressent certains scientifiques. Elle collabore depuis 2006 avec Pierre Etevenon, docteur ès-sciences, directeur de recherches honoraire à l'INSERM, qui a notamment étudié les effets des EMC (états modifiés de conscience) sur les tracés d’EEG[10]. Elle travaille également avec le professeur Pierre Flor-Henry (en), neuropsychiatre et chercheur à l'Alberta Hospital (en) d'Edmonton, au Canada, dans le but de découvrir les mécanismes physiologiques liés à cet état de conscience volontairement modifié et son influence sur le fonctionnement des hémisphères cérébraux[11],[12]. Les premiers résultats, obtenus par analyse d'EEG quantitative sous la direction du professeur Flor-Henry, ont montré que cette transe chamanique modifiait effectivement les circuits du fonctionnement cérébral. Ils sont à l’origine d’un premier protocole de recherche sur la transe chamanique mongole étudiée par les neurosciences[13], et en 2017 elle co-signe avec Pierre Flor-Henry et Yakov Shapiro, l’étude EEG sur la transe chamanique, à laquelle elle a participé à l’Alberta Hospital[14].

Elle relate[15],[16] qu'il lui a fallu parvenir à induire la transe par sa seule volonté [a], car pour les études EEG l'usage du tambour était impossible à cause des contraintes mécaniques imposées par les fils de raccordement à l'équipement EEG. Elle dit avoir commencé par essayer (sans succès), d'écouter dans sa tête le son du tambour et puis est parvenue à induire la transe en reproduisant volontairement les tremblements que la transe normale induisait. Elle a ensuite parachevé le travail en s'entraînant à sortir volontairement de transe grâce à un assistant qui claquait dans les mains pour la rappeler au bout d'un temps convenu à l'avance. De plus, les expériences ont du se limiter à états de transe légères, car les contractions musculaires provoquent des signaux électromyographiques nettement plus intenses que les signaux neuronaux - qu'elles vont tendre à masquer[18], et imposent un nettoyage du signal[19] qui devient impossible si elles sont trop importantes.

Elle raconte également qu'à l'examen des tracés EEG pendant la transe (parfaitement normaux hors transe), les chercheurs ont observé des similitudes avec les trois groupes de troubles psychiatriques avec lesquels ils ont fait la comparaison, et l'ont avertie du danger qu'elle courrait à rester "bloquée" dans cet état. Dans les traditions chamaniques, l'objet de la formation réside justement, entre autres, dans le développement de la capacité à entrer et à sortir de transe à volonté. C'est cette capacité qui a le plus surpris les chercheurs. Elle va même plus loin en expliquant[20] qu'après la transe qui l’a révélée comme chamane, le chamane Balgir lui a explicitement dit qu'il avait failli ne pas parvenir à la ramener et que ça lui avait pris 2 h - ce qui pour elle signifie que non seulement les chamanes ont la capacité de sortir de ces états que notre médecine psychiatrique considère comme des pathologies du cerveau, mais qu'en plus ils auraient[b] la capacité d'en faire sortir d'autres personnes. Par ailleurs, en termes de neuroplasticité, elle explique également que la pratique de la transe sur une longue durée fait qu'après 25-30 ans, les chamanes mongols n'ont souvent plus besoin d'entrer en transe pour obtenir les mêmes perceptions.

Elle mentionne encore dans l’émission « Autour de la question » de Radio France Internationale[21], avoir aussi, en tant que musicienne, identifié dans les rythmes du tambour des moments particuliers qui semblaient déclencheurs de la transe. Une tentative de modélisation en boucle de ces sons a été réalisée en collaboration avec le chercheur chercheur Elie Desmond-Le Quéméner, et a été expérimentée avec succès lors du stage "Transe et Création" à l'École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole en décembre 2015, avec 20 participants dont 16 sont entrés en transe.

Médias[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le film Un monde plus grand de Fabienne Berthaud, sorti en 2018, l'actrice belge Cécile de France incarne le rôle de Corine Sambrun[22].

Des scènes sont tournées dans l'unité neurologie de l'hôpital.

Postface[modifier | modifier le code]

Entretiens et conférences en ligne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ce que les chamanes mongols ne font jamais[17]
  2. avertissement au lecteur : On doit cependant rester prudent face à telle affirmation. En effet, si rien ne permet d'exclure la réelle intervention du chamane, rien ne permet non plus de conclure que Corine Sombrun n'est pas spontanément sortie de transe. Il faut néanmoins observer qu'il reste interpellant que le chamane lui-même en transe, ait su à quel moment elle en était sortie pour pouvoir lui-même interrompre son action. Pour être réellement interprétable, ce genre de point devrait faire l'objet d'investigations scientifiques systématiques pour identifier :
    1. la corrélation réelle entre les actions du chamane et les réactions du sujet, ainsi que
    2. une éventuelle dépendance statistique entre l'action ou l'absence d'action d'un chamane, sur des populations de sujets atteints de pathologies mentales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. En Sol majeur, entretien avec Pierre-Edouard Deldique, écouter.
  2. a et b Corine Sombrun, Journal d'une apprentie chamane, Pocket, (ISBN 2266129503, OCLC 469882525)
  3. « Francisco Montes », sur www.jardinsachamama.com (consulté le 5 septembre 2017)
  4. « Jardin Sachamama - jardin ethnobotanique - Pérou », sur www.jardinsachamama.com (consulté le 5 septembre 2017)
  5. Partir avec… Corine Sombrun, histoire d'une métamorphose, écouter.
  6. Les Racines du ciel : Le chamanisme avec Corine Sombrun, écouter.
  7. « Fiche du livre Les Esprits de la steppe », sur Éditions Albin Michel
  8. « Fiche du livre Sur les pas de Geronimo », sur Éditions Albin Michel
  9. « Fiche du livre Sauver la planète », sur Éditions Albin Michel
  10. « Biographie de Pierre Etevenon », sur Société des gens de lettres
  11. Journal en ligne « Human Cognitive Neurophysiology », 2010, pages 7 et 20.
  12. Corine Sombrun - Du chamanisme aux neurosciences, visionner.
  13. Corine Sombrun - La transe chamanique, capacité du cerveau ?, visionner.
  14. (en) Pierre Flor-Henry, Yakov Shapiro et Corine Sombrun, « Brain changes during a shamanic trance: Altered modes of consciousness, hemispheric laterality, and systemic psychobiology », Cogent Psychology, vol. 4, no 1,‎ (DOI 10.1080/23311908.2017.1313522, lire en ligne)
  15. entretien avec Lilou Macé, (à partir de 9 min 14 s).
  16. entretien avec Nice Future 5, (à partir de 19 min 48 s).
  17. entretien avec Nice Future 5, (à 22 min 18 s).
  18. « EEG - Description des artefacts », sur www.samuelboudet.com (consulté le 5 septembre 2017)
  19. entretien avec Nice Future 5, (à 26 min 00 s).
  20. entretien avec Nice Future 5, (à 27 min 45 s).
  21. émission « Autour de la question », (à partir de 13 min 57 s).
  22. Luc Gochel, « Cinéma: Cécile de France joue le rôle d’une chamane à Liège », sur lameuse, (consulté le 30 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]