Institut privé de préparation aux études supérieures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut privé de préparation aux études supérieures
Logo de l'Institut privé de préparation aux études supérieures.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Fondateurs
Patrick Noël (d), Gérard Larguier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
Bertrand Leonard
Site web
Carte

L'Institut privé de préparation aux études supérieures (groupe IPESUP[1]) est un établissement privé laïc hors contrat de préparation aux concours des grandes écoles. Historiquement basé près de Notre-Dame, à Paris, il organise ses programmes de préparation aux concours d'entrée des grandes écoles de commerce, des grandes écoles d’ingénieur, de Sciences Po et de l’ENA[2]. Il propose également des formations courtes, des stages intensifs et des cycles de formation continue pour préparer aux Écoles de journalisme, à l’expertise comptable ou aux certifications en anglais.

Le groupe IPESUP est constitué de trois établissements : Ipesup, Prépasup et Optimal Sup-Spé.

Historique[modifier | modifier le code]

L’Institut privé de préparation aux études supérieures (groupe IPESUP) est créé en 1974 par deux anciens élèves de l'École normale supérieure: Gérard Larguier et Patrick Noël[3].

Le groupe IPESUP est repris en 2017[4],[5] par Bertrand Leonard, cofondateur de la société d'investissements financiers Exane et alors président de la fondation HEC et ancien élève de l’Ipesup.

En 2017, à la suite de l'instauration de l'affectation des lycéens via Affelnet, Ipésup déclare vouloir ouvrir un lycée de 30 classes[6],[7]. En 2023, l'établissement revendique 93 % de mentions bien et très bien sur trois ans au baccalauréat.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le groupe est constitué de trois établissements[8] :

La sélection s'effectue en dehors de la plateforme numérique Parcoursup et est limitée à une centaine d'intégrations par an pour Ipésup[9]. L'établissement est qualifié d'« élitiste »[10],[11],[12] du fait des frais de scolarité s’élevant à près de 10 000 /an en 2018[9].

L'établissement obtient en 2020 selon la revue L'Étudiant un taux d'admission de 80 % dans l'une des trois grandes commerciales[13].

Classement des CPGE[modifier | modifier le code]

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2023, Challenges et L'Étudiant donnaient le classement suivant :

Filière Élèves admis dans

une grande école*

Taux

d'admission*

Classement

national

Évolution

sur un an

ECE[14] 35 / 64 élèves 54,7% 3e

sur 104

en augmentation 1
ECS[15] 32 / 54 élèves 59,3% 7e

sur 54

=
Source : Classement 2023 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2022).et Classement 2023 des prépas économiques - Challenges (Concours de 2022)

* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. Par exemple, en filière ECE et ECS, ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP

Quelques personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Anciens enseignants[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Groupe IPESUP », sur societe.com.
  2. a et b Adrien de Tricornot, « A Ipesup, la prépa privée des beaux quartiers, le changement dans la continuité », contenu réservé aux abonnés, Le Monde, (consulté le ).
  3. Dirigeants.
  4. « Ipesup change de mains pour grandir », Challenges,‎ (lire en ligne).
  5. « Ipesup, le changement dans la continuité », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Affectation des lycéens via Affelnet : "Parents, si vous saviez…" », sur www.marianne.net, 2022-01-21utc14:35:27+0200 (consulté le ).
  7. le figaro, « Ipesup ouvre deux classes de seconde à la rentrée 2022 », sur Le Figaro Etudiant, (consulté le ).
  8. Nos établissements.
  9. a et b Géraldine Dauvergne, « Les prépas privées hors contrat qui ne sont pas sur Parcoursup », Le Figaro Étudiant, (consulté le ).
  10. Diversité sociale dans les classes préparatoires aux grandes écoles : mettre fin à une forme de « délit d'initié », Rapport d'information du Sénat.
  11. Jean-Luc Barberi, Julien Brondillant et Laure Dumont, « Le privé règne sur les prépas », L'Expansion, (consulté le ).
  12. Patrick Arnoux, « Les classes prépas les plus efficaces pour intégrer les plus grandes écoles », contenu réservé aux abonnés, Le Nouvel Économiste, (consulté le ).
  13. « Institut de préparation aux études supérieures - Classement 2020 des prépas », sur www.letudiant.fr, L'Étudiant, (consulté le ).
  14. « Classement 2018 des prépas aux écoles de commerce, option Eco (ECE) », sur Challenges (consulté le )
  15. « Classement 2018 des prépas aux écoles de commerce, option Sciences (ECS) », sur Challenges (consulté le )
  16. a b et c Tout savoir sur la réforme de notre Prep’ ENA.
  17. « Culture générale ECE 1 », Groupe Ipesup,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. [1].
  19. [2].
  20. Mokhtar Lakehal.
  21. Jessica Gourdon, « Eric Cobast, grand manitou de la « culture gé » », Le Monde, (consulté le ).
  22. « Teulon Frédéric », sur Presse Universitaire de France (consulté le )
  23. a b et c Ipesup, la prépa chérie des CSP+, est à vendre.
  24. a b et c Ipésup truste les premières places.
  25. « http://ipesupalumni.com/dmunzer/ », sur ipesupalumni.com (consulté le ).
  26. [3].
  27. [4].

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]