Jumia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jumia
logo de Jumia

Création 2012
Fondateurs Jérémy Hodara
Sacha Poignonnec
Personnages clés Jérémy Hodara
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Juliet Anammah (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Rocket Internet, Milicom, MTN, Orange, Axa, Goldman Sachs, CDC Group
Activité Commerce en ligne
Effectif 5 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web group.jumia.com

Dette 45 millions d'euros
Chiffre d'affaires 130.6 M€ (2018)[1]
+40 %

Jumia est une entreprise de commerce en ligne présente sur le marché africain. Fondée en 2012 par deux Français, Jumia vend des produits électroniques, d’hygiène, de l’alimentaire et des services.[2]

La plateforme de Jumia est un marché en ligne qui met en relation des vendeurs et des acheteurs, en mettant à leur disposition un service logistique, permettant l'expédition et la livraison des colis en plus d'un service de paiement[1]. En 2019, plus de 80 000 vendeurs proposent une large gamme de produits et de services à la demande[3] : appareils électroménagers et électroniques, mode, jouets pour enfants, mais aussi des services tels des réservations d'hôtels ou d’avion, et la livraison de repas. Jumia est notamment qualifié d'« Alibaba africain » ou d'« Amazon africain ».

L'entreprise est présente dans plus d'une dizaine de pays africains dont le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, le Kenya, l'Égypte, l'Ouganda, le Sénégal, le Ghana, l'Afrique du Sud, le Nigeria et la Côte d'Ivoire, mais aussi dans des pays étrangers à l'Afrique dont le Portugal, la Chine et les Émirats arabes unis[4]. Plus de 5 000 personnes travaillent directement avec Jumia, et presque 100 000 personnes indirectement sur le continent[5]. Le , Jumia est la première entreprise technologique uniquement consacrée au marché africain cotée à la bourse de New York (JMIA - NYSE)[6],[7].

L'entreprise basée à Lagos[8] est critiquée pour s'affirmer africaine alors qu'elle a été fondée à Berlin, que ses dirigeants sont français, que son centre technique est situé au Portugal, que ses capitaux sont majoritairement américains et européens, et que de lourdes pertes ont été autorisées pour permettre sa croissance[7]. Jumia est néanmoins également défendue, en raison de son actionnaire principal sud-africain, mais aussi parce qu'elle montrerait les opportunités à suivre et permettrait de répondre à des problèmes structurels[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jumia a été fondé en 2012 par le groupe panafricain Africa Internet Group[10]. Ce groupe est détenu à plus de 20 % par Rocket Internet, incubateur allemand ayant lancé des start-up telles que Zalando. En , la start-up déclare avoir levé 120 millions d’euros[11], puis en , Goldman Sachs, Axa et Orange investissent 326 millions de dollars pour continuer le développement de Jumia.

Le site permet le paiement en espèces lors de la livraison, permettant un basculement progressif vers le paiement à distance[12]. Au Maroc, ce type de payement atteint ainsi 15 % à la troisième commande sur le site en 2016[13]. Au Cameroun, Jumia signe une convention de partenariat avec la Campost, l'opérateur postal public du Cameroun qui possède un réseau de 234 bureaux de poste disséminés sur le territoire camerounais et une flotte de livraison[14].

En 2015, les revenus de Jumia se montent à 134,6 millions d’euros avec un chiffre d'affaires plus que doublé sur 2014, mais reste avec un Ebitda encore négatif à -111,3 millions d’euros[15].

En , Jumia devient la marque phare du groupe lors d'une opération de rebranding : Kaymu devient Jumia Market, Hellofood devient Jumia Food, Vendito devient Jumia Deals, Lamudi devient Jumia House, Everjobs devient Jumia Jobs, Carmudi devient Jumia Cars, AIGX devient Jumia Services[16]. Lancé en 2017 au Nigeria, Jumia Pay, solution de paiement, assure déjà 40 % des transactions quand, jusqu'ici l'essentiel des règlements se faisait en liquide[5].

En 2018, Jumia connaît plus de 42 % de croissance de son volume d’affaire. En 2018, le groupe est actif dans 14 pays africains couvrant 80 % de la population ayant accès à internet en Afrique[17] et devrait dépasser le milliard d'euros de volume d'affaires en 2019[18]. Son concurrent américain Amazon étant absent du marché, Jumia est surnommé parfois l'« Amazon africain » ou encore l’« Alibaba africain »[19].

Jumia et Carrefour ont signé un partenariat global au mois de pour vendre des produits Carrefour sur la plateforme Jumia[20].

En novembre et , l'entreprise suspend ses activités de commerce en ligne au Cameroun puis en Tanzanie (sauf les petites annonces avec Jumia Deals), et conclut un contrat de distribution avec Travelstart pour Jumia Travel[21],[22],[23].

Fondateurs[modifier | modifier le code]

En 2012, Jérémy Hodara et Sacha Poignonnec (EDHEC), ex-consultants McKinsey ont fondé Africa Internet Group, connu aujourd'hui sous le nom de Jumia[24],[25].

L'entreprise est fondée à Berlin, mais son siège est au Nigeria[7]. Les dirigeants sont eux basés à Paris puis Dubaï[7].

Investisseurs[modifier | modifier le code]

En 2012, Jumia a été lancé avec l'aide de Rocket Internet, MTN Group, et Tigo. En , Jumia lève plus de 300 millions d'euros auprès de MTN Group, Rocket Internet, Axa, Goldman Sachs, Orange et CDC Group[26][source insuffisante]. Pernod Ricard entre aussi au capital en [27],[28]. En , Mastercard investit 50 millions d'euros[29].

En 2019, le premier actionnaire est la société sud-africaine MTN Group, avec 30 %, mais les capitaux viennent majoritairement d'Europe et des États-Unis[7].

L'entreprise entre à la bourse de New York le [30] et aurait levé plus de 200 millions de dollars[29].

Statistiques[modifier | modifier le code]

En 2020, plus d'un milliard de visites sont effectuées sur le site, plus de 110 000 vendeurs actifs proposent plus de 40 millions de produits au total, 6,9 millions de consommateurs actifs sont répertoriés en Afrique, plus de 28 millions de commandes sont effectuées en 2020 et une transaction est effectuée toutes les deux secondes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Jumia devient la première start-up africaine à être cotée à Wall Street », sur france24.com,
  2. « Jumia: la jeune pousse africaine qui vient d'entrer en Bourse », franceinter,
  3. « Jumia, leader africain de l’e-commerce, veut faire son entrée à Wall Street », Le Monde,
  4. « Jumia Group Locations », sur Jumia Group (consulté le )
  5. a et b « Jumia, le premier site marchand africain ne cesse de faire évoluer son modèle », Les Echos,
  6. « La licorne africaine Jumia arrive en Bourse », Les Echos,
  7. a b c d et e « Économie. Jumia, l’“Amazon africain”, nouveau visage du colonialisme ? », sur Courrier international, (consulté le )
  8. « Jumia devient la première start-up africaine à être cotée à Wall Street », France 24,
  9. « Jumia, l'histoire de la première licorne africaine », Les Echos,
  10. Laure Belot, « Quatorze start-up qui font bouger l’Afrique », lemonde.fr, (consulté le )
  11. « La marketplace africaine Jumia lève 120 millions d'euros - FrenchWeb.fr », sur FrenchWeb.fr, (consulté le ).
  12. Agence France Presse, « Jumia, un site de e-commerce à la conquête du marché nigérian », leparisien.fr, (consulté le )
  13. Ayoub Ibnoulfassih, « Jumia redéploie ses business units », leconomiste.com, (consulté le )
  14. Investir au Cameroun Télécom, Banque, Energie, Com, Média, Droit, Assurances, Gestion publique, Tourisme, Economie, « Jumia se déploie davantage au Cameroun via le réseau postal de l’opérateur public Campost - Investir au Cameroun » (consulté le )
  15. Benjamin Polle, « E-commerce : Jumia double son chiffre d’affaires en 2015 mais reste dans le rouge », jeuneafrique.com, (consulté le )
  16. Rémy Darras, « Africa Internet Group fait de Jumia la marque unique de ses principales sociétés », jeuneafrique.com, (consulté le )
  17. « Interview de Jérémy Hodara, cofondateur de Jumia », TV5 Monde,
  18. « Interview de Jérémy Hodara, co-fondateur de Jumia », Les Echos,
  19. Anne-Sophie Bellaiche et Emmanuelle Delsol, « E-commerce : Flipkart et Jumia, plus forts qu'Amazon dans les pays émergents », usine-digitale.fr, (consulté le )
  20. « carrefour s'allie à l'e-commercant jumia pour renforcer sa présence en afrique », Frenchweb.fr,
  21. « Après le Cameroun, Jumia ferme ses portes en Tanzanie », sur AfrikMag, (consulté le )
  22. « E-commerce : en difficulté, Jumia suspend son activité au Cameroun », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  23. « Jumia Travel to be taken over by Travelstart, part of drastic company changes »,
  24. « e-commerce Jeremy Hodara a créé la première licorne africaine », La Tribune.fr,
  25. « Sacha Poignonnec, co-CEO Jumia », The Africa Report,
  26. « Africa Internet Group (Jumia) lève 225 millions d’euros supplémentaires », Jeune Afrique,
  27. « E-commerce : Jumia annonce une prise de participation de Pernod Ricard », Jeune Afrique,
  28. (en) « Pernod Ricard invests in Africa's online retailer Jumia », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. a et b (en) « Mastercard to Join Investors in Africa Online Retailer Jumia », Bloomberg,
  30. « Comment Jumia est devenu le leader du e-commerce en Afrique », Challenges,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]