Anne Sullivan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne Sullivan
Image dans Infobox.
Anne Mansfield Sullivan.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Feeding Hills (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Johanna Mansfield Sullivan MacyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Perkins School for the Blind (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Distinction

Anne Mansfield Sullivan (4 avril 1866 – ) est une éducatrice connue pour avoir enseigné à lire, à écrire et à parler à une jeune fille sourde, muette et aveugle, Helen Keller.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Son enfance est assombrie par les souvenirs de l'émigration de ses parents, John et Alice Sullivan, lors de la grande famine irlandaise (1845-1849). Arrivés aux États-Unis vers 1860, ils s'installent dans les colonies irlandaises, à Feeding Hills dans le Massachusetts, où ils vivent dans des conditions difficiles. Malgré ses grossesses répétées, Alice Sullivan ne parvint à élever que trois de ses enfants : May, Anne et Jimmie.

La mort d'Alice Sullivan[1] (Anne est alors âgée de 8 ans) entraîne la séparation des membres de la famille, malgré les efforts du père pour maintenir unie la cellule familiale. May fut prise en charge par des parents, alors que Anne, qui souffre de problèmes oculaires, et son petit frère Jimmie, handicapé par une coxalgie, sont envoyés à l'hospice de Tewksbury[2]. Ce dernier succombe quatre mois après son admission, en . Elle subira aussi dans cet hospice deux opérations oculaires infructueuses.

Le 7 octobre 1880, elle commence à étudier dans l'école pour aveugle de Perkins[3]. Là-bas, elle subira à nouveau des opérations pour ses yeux qui cette fois amélioreront sa vue[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Anne Mansfield Sullivan à droite, avec Helen Keller, en 1888.

À l'âge de 20 ans, elle fut diplômée de l'école pour aveugle Perkins (en) en 1886. Michael Anagnos, le directeur de l'institut, lui demanda de devenir la professeur d'une enfant sourde, muette et aveugle, Helen Keller, malgré son handicap et son jeune âge. Anne Sullivan arriva donc dans la maison des Keller dans la petite ville de Tuscumbia en Alabama le . Ce fut le début d'une relation de 49 ans avec Helen, d'abord comme enseignante, puis comme amie[5].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Le 3 mai 1905, John Macy, qui l'aidera à résoudre des problèmes financiers dans la maison qu'elle partage avec Hélène deviendra son mari après de nombreuses demandes[6]. En 1914, ils se séparent mais ne divorceront jamais de manière officielle.

Elle fut déficiente visuellement pendant presque toute sa vie, mais en 1935, elle devint complètement aveugle des deux yeux. Le 15 octobre 1936, elle développe une thrombose coronaire, et tombe dans le coma. Cinq jours plus tard, elle décède dans le quartier de Forest Hills du Queens, à New York, Helen Keller lui tenant la main[7].

Hommages[modifier | modifier le code]

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Helen Keller a raconté sa « libération » par Anne Sullivan dans :

  • Sourde, muette, aveugle : histoire de ma vie, première publication en 1903, traduction de l'anglais par A. Huzard, Payot & Rivages, 2001 (ISBN 2-228-89413-3)

Cette œuvre a été adaptée au théâtre, puis au cinéma et à la télévision :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • (en) Kim E. Nielsen, Beyond the Miracle Worker : The Remarkable Life of Anne Sullivan Macy and Her Extraordinary Friendship with Helen Keller, Beacon Press, (ISBN 978-0-8070-5046-0, lire en ligne).
  • (en) Marfe Ferguson Delano, Helen's Eyes : A Photobiography of Annie Sullivan, Helen Keller's Teacher, National Geographic Books, , 63 p. (ISBN 978-1-4263-0209-1, lire en ligne).
  • (en) Sarah Miller, Miss Spitfire : Reaching Helen Keller, Atheneum, , 208 p. (ISBN 978-1-4169-2542-2, lire en ligne).
  • (en) Helen Keller, Teacher, Anne Sullivan Macy : A Tribute by the Foster Child of Her Mind, Doubleday, (lire en ligne) ; traduit sous le titre Ma libératrice : Anne Sullivan Macy, Payot, 1956.
  • (en) Nella Braddy, Anne Sullivan Macy : The Story Behind Helen Keller, Doubleday, Doran & Company, (lire en ligne).
  • Lorena A. Hickok, L'histoire d'Helen Keller, Paris, Pocket Jeunesse, , 224 p. (ISBN 2-266-08662-6).

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kim E. Nielsen, Beyond the Miracle Worker : The Remarkable Life of Anne Sullivan Macy and Her Extraordinary Friendship with Helen Keller, Beacon Press, (ISBN 978-0-8070-5046-0), p. 5, 7 :

    « 1874 death of Alice Sullivan. […] stories indicate she had tuberculosis »

  2. (en) [Tewksbury, Massachusetts] — Dans le chapitre Noteworthy residents, il est question de Anne Sullivan
  3. (en) « Anne Sullivan », sur Perkins School for the Blind (consulté le )
  4. « Anne Sullivan Macy - Anne Sullivan Macy Biography », sur web.archive.org, (consulté le )
  5. Charles Gardou, « Helen Adams Keller : de la fillette sourde et aveugle à l'écrivain et à la conférencière », Reliance, vol. no 16, no 2,‎ 0000-00-00, p. 106–114 (ISSN 1774-9743, lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) Melissa Davenport Berry, « John Albert Macy and Anne Sullivan Macy » (consulté le ) : « Sullivan refused Macy's advances for several years, partly on the grounds that she was eleven years his senior. Eventually, however, she consented, and they were married in 1905. »
  7. (en) Dorothy Herrmann, Helen Keller : a life, A. Knopf, (ISBN 0-679-44354-1, 978-0-679-44354-4 et 0-226-32763-9, OCLC 38527933, lire en ligne), p. 255
  8. Philippe MAGNERON, « Annie Sullivan & Helen Keller », sur www.bedetheque.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :