Benjamin Vallotton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallotton.
Benjamin Vallotton
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Sanary-sur-MerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Benjamin Vallotton, né le à Gryon et mort le à Sanary-sur-Mer, est un écrivain, enseignant, journaliste, conférencier et bellettrien vaudois[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Benjamin Vallotton est né le 10 janvier 1877 à Gryon[2]. Originaire de Vallorbe, Benjamin Vallotton est le fils du pasteur Paul Vallotton. Il entreprend des études de théologie à Munich, puis à Paris. Il s'inscrit à la Société d'étudiants des Belles-Lettres le 19 novembre 1895 et sera nommé secrétaire de 1897 à 1898, vice-président en 1898 et président de 1898 à 1899 et 1899.

Dès 1911, il s'installe à Lausanne où il enseigne la littérature au gymnase cantonal vaudois jusqu'en 1921. Journalier et conférencier, il vit en Alsace à partir de 1921. Bourgeois d'honneur de Vallorbe, il écrit plus de cinquante romans.

Son installation à Lausanne parait résulter de la mention du nom de son père dans le testament d'Emmanuel Pétavel-Olliff qui suscite la réunion d'une Commission testamentaire dès le 9 décembre 1910. Cette dernière chargera Benjamin Vallotton d'écrire une Préface pour l'ouvrage qui sera publié en 1913, et qui rendra possible la publication d'une biographie dédiée à Héli Chatelain disparu vingt-sept mois auparavant, son décès ayant pu être annoncé par celui de William Wrede.

Auteur populaire d'une œuvre abondante dans la tradition d'Urbain Olivier, Benjamin Vallotton crée le personnage du commissaire Potterat, héros de plusieurs histoires, type du Vaudois sentencieux et pittoresque, plein de bonhomie, emporté par des indignations récurrentes. Il publie de nombreux romans qui analysent soit les mœurs vaudoises, soit les caractéristiques psychologiques des temps de guerre. Il est mort le 19 mai 1962 à Sanary-sur-Mer[2].

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Benjamin Vallotton » dans la base de données du centenaire du Palais de Rumine de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.
  • Histoire de la littérature en Suisse romande, sous la dir. de R. Francillon, vol. 2
  • A. Nicollier Dictionnaire des écrivains suisses d'expression française
  • H.-Ch. Dahlem, vol. 2, p. 870-873
  • H.-Ch. Dahlem, Sur les pas d'un lecteur heureux guide littéraire de la Suisse, p. 602
  • Livre d'or du 150e anniversaire 1806-1956, Belles Lettres de Lausanne, p. 390 (1459)
  • Dictionnaire Historique et Biographique de la Suisse, vol. 7, p. 37 photographie Patrie suisse, 1916, no 588, p. 73-74
  • photographie Ed. Bornand, Lausanne Patrie suisse, (Jean Violette) 1906, no 324, p. 36-37

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]