Heiligenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heiligenstein
La fontaine de l'ours (1558).
La fontaine de l'ours (1558).
Blason de Heiligenstein
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Obernai
Intercommunalité C.C. Barr-Bernstein
Maire
Mandat
Jean-Georges Karl
2014-2020
Code postal 67140
Code commune 67189
Démographie
Population
municipale
958 hab. (2014)
Densité 240 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 26″ nord, 7° 27′ 03″ est
Altitude Min. 189 m – Max. 640 m
Superficie 3,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Heiligenstein

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Heiligenstein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Heiligenstein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Heiligenstein

Heiligenstein est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au pied du mont Sainte-Odile, Heiligenstein est surtout connue pour son Klevener, cépage unique dans la région et servant à produire un vin blanc classé AOC alsace : le klevener de Heiligenstein.
Sa vocation viticole remonte au IIIe siècle, à l'époque galloromaine.

Heiligenstein est un petit village dont le code postal est 67140.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune abrite une partie de la « forêt de Landsberg » ; propriété d'un groupement forestier familial, gérée par 6 gestionnaires depuis 1800. La forêt s'étend sur 158 hectares (dont près de 25 ha improductifs), répartis sur 3 communes (Heiligenstein, Barr et Obernai). Elle fait l'objet d'une gestion dite « proche de la nature » (selon les principes sylvicoles recommandés par Prosilva), sans coupes rases. Elle a été certifiée FSC en décembre 2000 et PEFC en décembre 2002[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Heiligenstein est un village viticole accroché au flanc de la colline, au pied du mont Sainte-Odile, entre 240 m et 300 m d'altitude. La vigne y a vraisemblablement été introduite au IIIe siècle par des Romains colonisant la province rhénane. Une charte datée de 1181 cite pour la première fois le nom de Hellgenstein qui fait partie de la seigneurie de Barr. L'abbaye de Truttenhausen y possède des biens. Une ruine identifiée à un ancien ermitage se situe à la limite ouest du ban, en contrebas du Kappelhusfelsen.

L'ancien cimetière entourant l'église était contigu au château-fort de Hell, d'où ce nom de Hellgenstein. Le nom actuel de Heiligenstein (sans doute modifié pour des raisons religieuses, Hell étant traduisible par « enfer ») apparaît pour la première fois en 1460. La rue du Rempart subsiste toujours elle est appelée « d'Hell » qui se traduit en alsacien par « l'enfer ». Une autre étymologie est admissible. En effet le mot Helgen dérivé du celte ancien se traduirai par « héros ». Associé à Stein, cela signifierai « Pierre des Héros ».

Au XVIe siècle, le village vit une tragédie. Les paysans de la région se soulèvent contre les abus des puissants, nobles et clergé. Réfugiés sur les hauteurs plusieurs mois durant, ils trouvent leur village entièrement pillé et détruit par les mercenaires des seigneurs à leur retour. C'est ainsi qu'ils s'installent sur la colline voisine qui deviendra le village actuel. La Réforme est introduite en 1554. Une paroisse protestante luthérienne avec son propre culte est introduite en 1869.

Au XVIIIe siècle, un nouveau cépage, le klevener, que l'on dit rapporté d'Italie du Nord par le Bourgmestre du village Ehret Wantz, y est introduit. Le sol de silex permettant son épanouissement optimal, les vignerons demandent vite l'agrandissement de l'aire viticole. Après maintes péripéties et un long procès avec les villages voisins qui veulent garder pour leur usage les terres convoitées, le Conseil des échevins de Strasbourg autorise en 1742 le village de Heiligenstein à planter sur ses terres ce fameux klevener. Ce nouveau cépage connaît un succès tel que les vignerons sont bientôt invités à payer la dîme en klevener qui, à cette époque, vaut le double des autres vins. Il est rapidement autorisé par le même conseil à agrandir sa surface de production, car la dîme rapporte beaucoup plus sur de bonnes vignes que sur de maigres pâturages.

Depuis, le Klevener de Heiligenstein jouit d'une reconnaissance officielle[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Heiligenstein (variante 1)

Les armes d'Heiligenstein se blasonnent ainsi :
« De sinople aux trois coupeaux d'or mouvant de la pointe, surmontés à dextre par une grappe de raisin d'or et à senestre par une serpe d'argent. »[3].
ou (deuxième variante) :
« Coupé au premier de sinople aux trois coupeaux d'or mouvant de la partition, au deuxième d'argent. »[4].

Blason d'Heiligenstein (variante 2)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Marcel Kirstetter[5] - Maire
2014 2020 Jean-Georges Karl - Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 958 habitants, en diminution de -2,24 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560 542 597 619 614 655 607 611 641
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
687 738 798 807 788 831 757 766 778
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
746 753 709 644 623 647 615 654 595
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
580 608 694 728 730 861 974 952 958
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Willm, enseignant et philosophe, né à Heiligenstein en 1790.
  • Maurice Regnaut (1928-2006) écrivain, poète et traducteur a vécu aux années soixante-dix et quatre-vingts à Heiligenstein.
  • Rolf BALL, peintre, travaillant des icônes traditionnelles dérivent des portraits funéraires gréco-égyptiens peints à l’encaustique que l’on plaçait sur les sarcophages contenant les momies.
  • Madeleine ROULAND, travaillant le bois en réalisant des sculptures.
  • Nils BOYNY, talentueux musiciens, vivant à Heiligenstein.
  • Albert Koerttge (1861-1940) peintre aquarelliste

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de la forêt de Landsberg , Prosilva, consulté 2012-07-01
  2. Source : Site du village de Heiligenstein.
  3. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  4. Source : "L'Armorial des communes du Bas-Rhin", Edition des Archives départementales du Bas-Rhin.
  5. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Bernard Vogler, « Liste de localités ayant de nos jours une église simultanée », in Antoine Pfeiffer (dir.), Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie, SAEP, Ingersheim ; Oberlin, Strasbourg, 2006, p. 298 (ISBN 2-7372-0812-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :