Hamster d'Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cricetus cricetus

Cricetus cricetus
Description de cette image, également commentée ci-après

Hamster d'Europe adulte photographié à Lublin (Pologne)

Classification selon MSW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Ordre Rodentia
Famille Cricetidae
Sous-famille Cricetinae
Genre Cricetus

Nom binominal

Cricetus cricetus
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Répartition géographique

Description de l'image Répartition hamster d'europe.png.

Le Hamster d'Europe (Cricetus cricetus) est une petite espèce de rongeur de silhouette massive et d'aspect robuste, qui se rencontre en Europe et en Asie. C'est le plus grand des hamsters et la seule espèce contemporaine du genre Cricetus[1]. C'est aussi le seul hamster qui vit à l'état sauvage en Europe occidentale même si, malgré des mesures de protection et de réintroduction, cette espèce compte en 2009 parmi les « mammifères les plus menacés d'Europe » selon la Commission européenne. On l'y rencontre encore notamment dans l'est de la France, en Alsace, ainsi qu'en Belgique, où il est au bord de l'extinction en raison de la destruction de son habitat par l'agriculture intensive et l'urbanisation. L'espèce est en revanche toujours assez abondante en Europe de l'Est et en Asie, ce qui explique son statut de conservation peu préoccupant à l'échelle mondiale, selon l'Union international pour la conservation de la nature[2].

Il est appelé aussi Grand hamster, Hamster commun, Cochon de seigle[3] , Grand Hamster d'Alsace[réf. nécessaire] ou encore Cochon des blés[4] ou plus simplement hamster comme les espèces du même genre.

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

hamster sorti de son terrier dans un champ
Hamster d'Europe laissant voir sa courte queue

C'est un hamster qui possède une queue courte, de relativement grandes oreilles, un pelage tricolore : blanc et roux dessus et noir en dessous.

L'adulte atteint un poids de 220 à 460 g (valeurs extrêmes de 150 à 500 g) pour une longueur de 20 cm pour le corps, et 5 cm pour la queue. Ses yeux sont assez petits et ses oreilles arrondies.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les accouplements ont lieu d'avril à août. La femelle donne naissance à deux portées par an en moyenne. La gestation dure de 18 à 20 jours. Une portée compte entre 4 et 12 petits. Ils pèsent en moyenne 7 g à la naissance[5]. La maturité sexuelle est atteinte au bout de deux à trois mois. La longévité est d'environ un an et demi en milieu naturel.

Comportement[modifier | modifier le code]

Rongeur brun et blanc à ventre noir, à oreilles rondes et yeux noirs, dressé sur les pattes arrières
Hamster d'Europe en position d'observation

Ce hamster est un animal nocturne et solitaire qui hiberne d'octobre-novembre à mars-avril. Il se réveille régulièrement pour consommer ses provisions. Son alimentation est composée de graines, racines, fruits, insectes, mollusques et grenouilles.

Répartition[modifier | modifier le code]

Rongeur tricolore devant un trou situé dans un champ de graminées
Hamster d'Europe à l'entrée de son terrier

Son aire de répartition principale est liée à la steppe eurasiatique et aux steppes boisées d'Europe de l'Est, depuis la plaine de Pannonie jusqu'au nord de l'Asie centrale et le sud de la Sibérie. Mais à la faveur des déboisements et de l'extension des terres cultivées par l'homme à partir du Néolithique, il a pu s'étendre vers l'ouest de l'Europe en trouvant de nouveaux milieux créés par l'homme qui lui sont favorables.

On rencontre cette espèce en Europe ainsi qu'en Asie jusqu'à l'Iénisséi supérieur et l'Altaï[6] : Belgique, France, Pays-Bas, Luxembourg, Allemagne, Autriche, République tchèque, Hongrie, Slovaquie, Pologne, Slovénie, ex-Yougoslavie, Bulgarie, Croatie, Moldavie, Roumanie, Ukraine, Biélorussie, Russie, Kazakhstan[7],[8].

En France il ne se rencontre que dans la plaine d'Alsace[9].

En Belgique, il se retrouve essentiellement en Hesbaye et au Pays de Herve occidental[10].

Si le hamster d'Europe est encore répandu et susceptible de pulluler en Europe de l'Est, à l'heure actuelle en Europe centrale et occidentale les pratiques agricoles ont changé et ne lui sont souvent plus guère favorables, les populations subsistantes sont toutes au seuil de l'extinction[8].

Habitat, écologie[modifier | modifier le code]

A l'origine il peuplait surtout les prairies steppiques naturelles en Europe orientale, mais il s'est très bien adapté aux milieux anthropisés: les champs cultivés et les jachères. En Europe de l'Ouest il vit de nos jours essentiellement dans les champs de céréales, de légumineuses (trèfle, luzerne…) et de betteraves. Il peuple les régions dont l'altitude est inférieure à 650 m. Il évite les milieux humides et les prairies intensivement pâturées[6],[11]. Les champs de maïs quant à eux ne lui conviennent pas.

Il creuse un terrier jusqu'à 2 mètres de profondeur. Il est particulièrement lié aux conditions pédologiques. Il a besoin de sols meubles et assez drainants, tout en conservant assez d'humidité et pouvant porter de riches cultures, ainsi les sols lœssiques sont recherchés en priorité en Europe de l'Ouest, ainsi que les tchernozioms en Europe de l'Est.

Dans certains pays de l'Europe de l'Est la population peut aller jusqu'à plusieurs centaines d'individus par hectare[8]. Les densités de populations sont difficiles à estimer car très fluctuantes durant l'année, et surtout selon les années, en fonction des conditions climatiques, du milieu et de la gestion du milieu par l'homme.

Histoire, pression et menaces sur les populations et statut de conservation[modifier | modifier le code]

Le hamster d'Europe a été surabondant à certaines époques, en Russie on en capturait 16 millions en 1953 et 12 millions entre 1952 et 1956 en ex-RDA pour leur fourrure[12].

En Europe de l'Ouest cette espèce pullulait encore dans les années 1960 et était un ravageur redouté par les agriculteurs, car il était parfois capable de causer des pertes très importantes dans les cultures. Des campagnes d'éradication ont été lancées. À l'aide de pièges, de produits chimiques ou en les noyant. Ces opérations, avec parfois l'octroi de primes, ont été si efficaces que ce hamster a pratiquement disparu de ces pays. Les pouvoirs publics essaient au contraire maintenant de préserver les rares populations restantes[8].

En France, il semble que les principales causes de régression de l'espèce soient l'artificialisation, la dégradation et la fragmentation écologique des paysages par les routes, couplée à l'augmentation excessive de la taille des parcelles (le hamster ne peut plus migrer facilement d'une parcelle à une autre quand le type de culture change d'une année sur l'autre), les changements dans les méthodes agricoles et la disparition des rotations avec périodes de jachères. La culture intensive du maïs qui a envahi près de 80 % de la plaine d'Alsace en quelques décennies, semble être la principale cause dans cette région, car les champs de maïs ne sont pas favorables à l'espèce contrairement aux champs de céréales, de légumineuses et les jachères. La périurbanisation est un autre facteur plus localisé, et peut être éventuellement les pesticides, la dégradation croissante de l'environnement nocturne par la pollution lumineuse, certains microbes ou parasites véhiculés par des populations de tiques, elles-mêmes favorisées par une surabondance de sangliers et chevreuils et certains déséquilibres écopaysagers.

Après avoir été considéré comme « nuisible » et à éliminer par de nombreux agriculteurs alsaciens, le Hamster d'Europe est protégé depuis 1993, mais il compte en 2009 parmi des « mammifères les plus menacés d'Europe » selon la Commission européenne ; en effet le nombre de terriers a encore chuté (de 1.167 en 2001 à 161 en 2007 et cette tendance s'est poursuivie jusqu'en 2009[13]. À ce jour, le nombre d'individus semble légèrement augmenter avec une population estimée passée de moins de 200 individus en 2007 à 800 individus en 2011[14]. Une nette baisse du nombre de terriers a été relevée en 2012, la situation reste extrêmement critique[15].

Statut de protection en Europe[modifier | modifier le code]

Sur le plan juridique, le hamster commun cricetus cricetus est :

Plan de conservation en France[modifier | modifier le code]

Nombre de terriers dénombrés par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage[21],[22],[23]
Commune 2010 2011 2012 2013 2014
Altorf 17 15 7 3 37
Bischoffsheim 19 25 27 3 3
Blaesheim 11 10 12 41 34
Breuschwickersheim 1 7 0 0 0
Brumath 0 0
Dorlisheim 15 21 0 0 0
Duppigheim 41 10 3 6 28
Duttlenheim 19 3 9 7 14
Elsenheim 45 69 58 55 68
Entzheim 2 4 1 0 1
Ernolsheim-Bruche 5 1 1 0 52
Geispolsheim 119 120 54 38 49
Geudertheim 1 2 0 0 0
Griesheim-près-Molsheim 5 0 0 0 1
Grussenheim 5 8 6 18 6
Hurtigheim 1 1 0 0 0
Innenheim 7 6 3 2 12
Ittenheim 1 0 4 0 0
Jebsheim 0 0 8 39 16
Kolbsheim 2 2 3 0 0
Krautergersheim 2 8 1 6 7
Niedernai 6 22 3 14 26
Obernai 148 116 105 87 74
Oberschaeffolsheim 0 2 4 0 0
Pfettisheim 2 0 0 0 0
Rosheim 1 7 0 0 0
Stutzheim-Offenheim 4 1 0 0 8
Wahlenheim 1 0 0 0 0
Total 480 460 309 319 436

La première illustration naturaliste est une gravure sur bois datée de 1546, due au médecin strasbourgeois Herr[24] et le grand naturaliste Conrad Gessner signale à cette époque le rongeur dans la région de Strasbourg.

Encore très abondant en Alsace dans les années 1960, parfois appelé grand hamster d'Alsace ou marmotte de Strasbourg, le hamster d'Europe a été pourchassé et piégé avec tant d'efficacité qu'il a disparu de 90 % de son aire de répartition au XXe siècle.

On n'atteste plus sa présence que dans quelques communes proches de Strasbourg. Le défi est donc maintenant de reconstituer son habitat menacé par des cultures industrielles ou inappropriées (maïsiculture en particulier), l'urbanisation et la périurbanisation galopante et le développement routier qui détruisent et morcellent son territoire[25].

Depuis 1998 de nombreuses actions coordonnées entre la région et les associations de protection de la nature ont été engagées en Alsace pour sa sauvegarde et celle des cultures où il niche (jachères en particulier [26]).
Un plan de conservation a été élaboré sous l'égide du Ministère français de l'écologie. Il planifie les actions à mener pour la période 2007-2011. Il s'agit par exemple d'encourager les agriculteurs à cultiver la luzerne dont le hamster se nourrit[27]. Un arrêté du 6 août 2012 a étendu les zones de protection à toutes les surfaces situées dans un rayon de 600 m autour d'un terrier connu, concernant au total plus de 9 000 ha[28].

La Commission européenne a attaqué la France devant la Cour européenne de justice pour son manque d'action en faveur du Grand Hamster[29],[14]. La France, en dépit des injonctions de la Commission, n'a pas su ou voulu protéger les 240 000 hectares nécessaires à la survie de la population relictuelle alsacienne de Grand Hamster, mais seulement 3 490 hectares, pendant qu'ailleurs les habitats ruraux continuaient à se dégrader sous la pression d'une agriculture de plus en plus intensive[30].

En 1972 le Grand Hamster était encore observé dans 329 communes alsaciennes, mais en 2011, bien que reconnu comme espèce-parapluie et patrimoniale[31], on ne le retrouvait plus que dans 22 communes d'Alsace, celles de Geispolsheim, Obernai et Elsenheim abritant les deux tiers des terriers[32]. Voir le tableau ci-contre. En 2014 communes, seules 14 communes en abritaient encore, presque toutes situées au Sud-Ouest de Strasbourg[33].

En 2013, en complément du Plan National d’Actions (PNA) qui vise une consolidation à court terme des populations sauvages, un programme européen Life + apporte son aide au projet "LIFE ALISTER" porté par la Région Alsace visant à vérifier la pertinence, l’efficacité et les conditions préalables des mesures visant à améliorer la viabilité des populations de hamster en Alsace[34]. Le programme Alister bénéficie de 3,1 M€ (pour moitié financé par l'Europe[35]) pour financer durant 5 ans (jusqu'en 2018) 32 actions prévues. Il a été lancé en mai 2014 par Philippe Richert, Président du Conseil Régional d’Alsace en partenariat avec la Chambre régionale d'agriculture[33],[31]. pour éviter les effets de dérive génétique et limiter les effets de goulot d'étranglement génétique, le projet vise à faire passer la population du hamster à une population jugée viable de 1500 rongeurs (il n'en resterait que 500 à 1 000 début 2014). Dans le même temps (en novembre 2013) un projet de rocade autoroutière de contournement de Strasbourg, le « grand contournement ouest » (GCO) a été relancé ; « très critiqué par les opposants et les écologistes, qui dénoncent la mise en danger du hamster ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pour l'Alsace:

  • Gerard Baumgart, Le Hamster d'Europe (Cricetus cricetus L. 1758) en Alsace
  1. Données anciennes et récentes (1546 - 1995)
  2. Hypothèses sur les causes de sa régression. Office National de la Chasse. Décembre 1996, 267 pages. (Disponible à la Bibliothèque nationale et Universitaire de Strasbourg) Référence  : ALS 590 BAUM

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Référence Mammal Species of the World : Cricetus Leske, 1779 (en) (consulté le )
  2. Cricetus cricetus sur la liste rouge de l'UICN
  3. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  4. (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. (ISBN 0-444-51877-0), 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  5. Référence Animal Diversity Web : Cricetus cricetus (en)
  6. a et b Schilling D., Singer D. & Diller H. (1986) Guide des Mammifères d'Europe. Delachaux & Niestlé, Lausanne, Paris, 280 p.
  7. fiche Faumaeur, partie distribution
  8. a, b, c, d, e et f Le hamster d'Europe - Cricetus cricetus, fiche sur Environnement.wallonie.be
  9. http://mapage.noos.fr/baumgart d'Alsace
  10. http://environnement.wallonie.be/ong/refuges/hamster.html
  11. S.Aulagier, P.Haffner, A.J Mitchell-Jones, F. Moutou, J. Zima, Guide des mammifères d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, Delachaux & Niestlé, 2008, (ISBN 978-2-603-01505-6)
  12. Les Rongeurs de France. Faunistique et biologie. 2e édition revue et corrigée. Lire le document numérisé, p. 34.
  13. « Site de l'association sauvegarde faune sauvage responsable d'un « Plan de conservation du Grand Hamster » »[html]
  14. a et b (en) Ruling Favors a 10-Inch Citizen of France dans The New York Times du 10 juin 2011.
  15. [1] dans L'Alsace du 12 juillet 2012.
  16. Directive 92/43/CEE du conseil du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, Annexe 4 : Espèces animales et végétales d'intérêt communautaire qui nécessitent une protection stricte
  17. a, b et c Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables, Le hamster commun, mis à jour le 14 novembre 2007, consulté le 20 février 2008
  18. Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe : APPENDIX II / ANNEXE II - révision 2002
  19. [PDF]Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire, fac-similé du journal officiel, sur legifrance.fr
  20. article L411-1 sur legifrance.fr, consolidé au 26/01/2008
  21. J. Eidenschenck et P. Migot, Actualisation de l’aire de répartition de l’espèce en 2010 et tendances d’évolution de l’abondance de l’espèce sur certains territoires, Office national de la chasse et de la faune sauvage, juin 2010, p. 20
  22. J. Eidenschenck, A. Villemey, R. Rey et J. Grandadam, Actualisation de l’aire de répartition de l’espèce en 2011 et tendances d’évolution de l’abondance de l’espèce sur certains territoires, Office national de la chasse et de la faune sauvage, juin 2011, p. 27.
  23. « Oncfs - Suivi des populations de Grand hamster », sur www.oncfs.gouv.fr (consulté le 17 mars 2016)
  24. ham_p5. Page sur l'aire de répartition récente du hamster
  25. Sauvegarde du Grand Hamster d’Alsace : des mesures retenues pour 2008
  26. Les Rongeurs de France. Faunistique et biologie. 2e édition revue et corrigée. Lire le document numérisé, p. 35.
  27. Plan d’action pour le Hamster commun [PDF] Tome 1 Tome 2
  28. Hamster d'Alsace : des communes du Bas-Rhin refusent d'être transformées en "réserves"
  29. Le Monde, « Grand hamster », 27 juin 2009
  30. Dépêche AFP-LUXEMBOURG, 25 juin, 2009
  31. a et b Dossier de presse d'Alister, et fiches présentant http://www.region-alsace.eu/sites/default/files/fichier_joint/actualite/annexe_schema_gouvernance_3.pdf la gouvernance du projet], et les acteurs mobilisés
  32. J. Eidenschenck, A. Villemey, R. Rey et J. Grandadam, Actualisation de l’aire de répartition de l’espèce en 2011 et tendances d’évolution de l’abondance de l’espèce sur certains territoires, Office national de la chasse et de la faune sauvage, juin 2011, p. 9.
  33. a et b Région Alsace (2014) Lancement du projet LIFE ALISTER , lundi 05 mai 2014
  34. projets soutenus par Life + élus en 2013
  35. avec AFP, « Le grand hamster d'Alsace va être préservé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Taxinomie de l'espèce Cricetus cricetus[modifier | modifier le code]

Autres sites[modifier | modifier le code]