Satellites Himawari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Japon image illustrant la météorologie ou la climatologie
Cet article est une ébauche concernant le Japon et la météorologie ou la climatologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GMS et Himawari.
Le satellite GMS de sa série Himawari

Himawari (ひまわり?, tournesol) est le nom de la série de satellites météorologiques géostationnaires lancés l'agence météorologique du Japon (JMA) depuis 1977. De 1977 à 1994, les 5 premiers sont appelés GMS (Geostationary Meteorological Satellite[1]) et ont été dédiés exclusivement à la météorologie. Les suivants ont combiné données météorologiques et aides à la navigation aérienne. Leurs produits sont utilisés dans le cadre de la veille météorologique mondiale par tous les pays du Pacifique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier GMS fut lancé le 16 juillet 1977 par une fusée américaine[2]. Les GMS suivants furent montés sur des fusées de l'agence spatiale japonaise (National Space Development Agency) depuis 1981. Le but de ces satellites est de collecter les données atmosphériques, les disséminer sous formes numériques ou analogiques, et de participer ainsi à la veille météorologique mondiale. Ces satellites étaient la contribution du Japon au programme GARP[3]. Ils ont également des capteurs pour suivre les particules solaires.

GMS[modifier | modifier le code]

Chaque satellite de la série GMS était composé d'un corps cylindrique contenant les antennes orientées vers la Terre et d'une section centrale qui effectue cent rotations par minute. Cette dernière contient les capteurs dans les spectres visibles et infrarouges permettant de sonder l'atmosphère terrestre[4].

MTSAT[modifier | modifier le code]

La série Multi-Functional Transport Satellite est exploité par le ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme et l'Agence météorologique du Japon en remplacement du satellite GMS-5 à partir de 2005[2]. Ils ont, en plus des capteurs météorologiques, une charge utile destinée à la navigation aérienne et servent également de relais pour les messages de stations météorologiques automatiques en régions éloignées où d'autres moyens de communications sont impraticables[5]. Ceci a permis d'étendre sa vie utile jusqu'au 4 décembre 2015[6].

Himawari 8 et 9[modifier | modifier le code]

Himawari 8 et 9 sont des satellites développés pour remplacer les MTSAT à partir de 2014, avec des performances nettement améliorées[2]. Les deux satellites utilisent une plate-forme MELCO DS-2000 stabilisée 3 axes. Le satellite a une masse de 3,5 tonnes, dont 2,2 tonnes d'ergols, et ses dimensions hors tout une fois ses appendices déployés sont de 5,2 m (axe X) x 8,0 m (axe Y) x 5,3 m (axe Z). Les panneaux solaires produisent 2,6 kW. Le satellite est conçue pour une durée de vie de 8 ans pour la charge utile et 15 ans pour la plateforme. Les télécommunications sont assurées en bande Ku, en UHF et en bande Ka (débit de 66 mégabits/s[7]

Historique des lancements[modifier | modifier le code]

Nom Date de lancement[2]
(UTC)
Lanceur Centre de lancement Masse
Himawari 1 (GMS-1) 14 juillet 1977 Delta 2914 Cape Canaveral 325 kg[4]
Himawari 2 (GMS-2) 11 aout 1981 N-II (N8F) Tanegashima 296 kg[4]
Himawari 3 (GMS-3) 3 aout 1984 N-II (N13F) Tanegashima 303 kg[4]
Himawari 4 (GMS-4) 6 septembre 1989 H-I (H20F) Tanegashima 325 kg[4]
Himawari 5 (GMS-5) 18 mars 1995 H-II (3F) Tanegashima 344 kg[4]
MTSAT-1 (Mirai 1) 15 novembre 1999 H-II (F8) Tanegashima 2 900 kg (masse sèche 1 250 kg)[5]
MTSAT-1R (Himawari 6) 26 février 2005 H-IIA (F7) Tanegashima 2 900 kg (masse sèche 1 250 kg)[5]
MTSAT-2 (Himawari 7) 18 février 2006 H-IIA (F9) Tanegashima 2 900 kg (masse sèche 1 250 kg)[5]
Himawari 8 7 octobre 2014 H-IIA (F25) Tanegashima 3,5 tonnes (masse sèche 1,3 t)[7]
Himawari 9 2016 (date prévue)

Couverture[modifier | modifier le code]

Vue de la tempête tropicale Caitlin prise par le satellite GMS-4, le

Les GMS ont été placés sur une orbite géostationnaire à environ 140 degrés de longitude est permettant de couvrir les régions du Pacifique ouest, de l'Arctique à l'Antarctique, à une fréquence de 30 minutes entre chaque image.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centres régionaux de formation aux sciences et techniques spatiales, Nations unies, Météorologie par satellite et climat mondial : Programme d'études, New York, (ISBN 92-1-200263-3, lire en ligne [PDF]).
  2. a, b, c et d (en) « The history of meteorological satellites at JMA », JMA (consulté le 5 décembre 2015).
  3. (en) « GMS 1 », sur http://www.nasa.gov/ (consulté le 6 décembre 2015)
  4. a, b, c, d, e et f (en) « About Geostationary Meteorological Satellite "Himawari" (GMS) », JAXA (consulté le 5 décembre 2015).
  5. a, b, c et d (en) « MTSAT (Multi-functional Transport Satellite) » (consulté le 5 décembre 2015).
  6. (en) « Internal Waves in the Banda Sea » (consulté le 5 décembre 2015).
  7. a et b (en) « Himawari-8 and -9 Meteorological Missions », EO Portal (ESA) (consulté le 5 octobre 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rao, P.K., S.J. Holmes, R.K. Anderson, J.S. Winston et P.E. Lehr, Weather Satellites: Systems, Data, and Environmental Applications, American Meteorological Society, Boston, MA,, , p. 503
  • A.R. Curtis, Space Satellite Handbook, Gulf Publishing, Houston, TX, , p. 346

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]