Geoffroy III de Lusignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Geoffroy III de Lusignan
Contre-sceau Geoffroy III de Lusignan.png
Premières armoiries de Geoffroy III (issues de son contre-sceau appendu en 1246)
Titre de noblesse
Vicomte de Châtellerault
-
Successeur
Biographie
Naissance
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Famille
Père
Mère
Enfant
Armoiries Geoffroy III de Lusignan.svg
Secondes armoiries de Geoffroy III de Lusignan (issues de ses contre-sceaux appendus en 1248 et 1269)

Geoffroy III de Lusignan (né après 1223-1224 et mort avant )[1],[2] était le seigneur de Jarnac, de Château-Larcher, de Bois Pouvreau, de Châteauneuf, de Brûlain, de Sainte-Hermine et vicomte de Châtellerault. Il était le fils de Hugues X de Lusignan (v. 1185 † 1249) et de son épouse Isabelle d'Angoulême (v. 1188 † 1246).

Geoffroy III de Luisgnan ne doit pas être confondu avec Geoffroy Ier de Lusignan et son fils Geoffroy II, tous deux seigneurs de Vouvant et de Mervent.

Famille[modifier | modifier le code]

Il épouse[1],[2] :

  1. Adalmode de Sainte-Hermine avant 1246, d'où :
  2. Jeanne de Châtellerault (dame de Lillebonne et vicomtesse de Châtellerault) en 1259, d'où :
    • Geoffroy IV de Lusignan († 1305), succède à son père en tant que seigneur de Jarnac et de Château-Larcher. Il épouse Pernelle de Sully († après le ) en 1296.

Sceau et armoiries[modifier | modifier le code]

Le sceau de Geoffroy III de Lusignan[4] se compose d'une scène équestre qui comporte un homme à cheval marchant à droite, tenant les rênes de la main gauche et un chien (posé sur la croupe du cheval) de la main droite.

Les armoiries de Geoffroy III de Lusignan sont les suivantes : un burelé au lion rampant à la queue nouée sur le tout (selon son sceau appendu à une charte datée de 1269)[5]. Ce blasonnement est quasiment similaire aux armoiries portées par Geoffroy Ier de Lusignan[6] (v. 1150 † 1216/24) ainsi que son fils Geoffroy II de Lusignan[7],[5] (1198/99 † 1247/48). Seule l'orientation du lion est différente : vers la droite (lion rampant contourné) pour Geoffroy Ier et Geoffroy II, vers la gauche pour Geoffroy III.

Avant de porter ces armoiries, le contre-sceau de Geoffroy III de Lusignan comporte un écu burelé, à un lion rampant brochant sur le tout, brisé d'un lambel de quatre pendants[5],[4]. Le lambel est donc supprimé des armes de Geoffroy III à une date indéterminée.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alfred Hérault, Histoire de Châtellerault, t. I, Châtellerault, Imprimerie A. Videau, , 424 p. (lire en ligne), p. 413-420
  2. a et b (en) Généalogie de Geoffroy III de Lusignan sur le site Medieval Lands
  3. (en) Généalogie de Dreux III de Mello sur le site Medieval Lands
  4. a et b Université de Poitiers, « Geoffroy de Lusignan, seigneur de Jarnac », sur sigilla.org (consulté le 28 juin 2019)
  5. a b et c Louis Douët d'Arcq, Collection de sceaux, t. I, Paris, Henri Plon, , 696 p. (lire en ligne), p. 398 et 644
  6. Jean Marie de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. I, Paris, Potier, , 526 p. (lire en ligne), p. 500 à 502
  7. (la) Jean Besly, Recueil de documents historiques, pour la plupart relatifs au POITOU et aux provinces voisines, réunis et copiés par Jean BESLY. (XIIe-XVIIe siècle.), t. 2, Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Dupuy 805, xviie siècle (lire en ligne), p. 75
  8. Leo van de Pas, Worldroots

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Hérault, « Les Geoffroy de Lusignan », dans Histoire de Châtellerault, t. I, Châtellerault, Imprimerie A. Videau, , 424 p. (lire en ligne), p. 405-424
  • Clément de Vasselot de Régné, « Le « Parentat » Lusignan (xe-xive siècle) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent. Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell, université de Nantes, soutenue le 10 décembre 2018 », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, no 23.1,‎ (ISSN 1623-5770, DOI 10.4000/cem.16581, lire en ligne)