Matières premières critiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Depuis 2011, la Commission européenne définit une liste trisannuelle de matières premières critiques pour l'économie européenne dans le cadre de son Initiative Matières Premières, initiée en 2008. À ce jour, 14 matières premières ont été identifiées comme critiques en 2011, 20 en 2014, 27 en 2017 et 30 en 2020.

Elles sont notamment nécessaires à un certain nombre des technologies de la transition énergétique et du numérique.

Listes européennes des matières premières critiques[modifier | modifier le code]

2011 (14) 2014 (20) 2017 (27) 2020 (30)[1]
Antimoine Antimoine Antimoine Antimoine
. . Barytine Barytine
. . . Bauxite
Béryllium Béryllium Béryllium Béryllium
. . Bismuth Bismuth
. Borate Borate Borate
. Chrome . .
Cobalt Cobalt Cobalt Cobalt
. Charbon à coke Charbon à coke Charbon à coke
Fluorine Fluorine Fluorine Fluorine
Gallium Gallium Gallium Gallium
. . Gomme naturelle Gomme naturelle
Germanium Germanium Germanium Germanium
Graphite Graphite Graphite Graphite
. . Hafnium Hafnium
. . Hélium .
Indium Indium Indium Indium
. . . Lithium
. Magnésite . .
Magnésium Magnésium Magnésium Magnésium
Niobium Niobium Niobium Niobium
Platinoïdes Platinoïdes Platinoïdes Platinoïdes
. Phosphorite Phosphorite Phosphorite
. . Phosphore Phosphore
. . Scandium Scandium
. Silicium métal Silicium métal Silicium métal
. . . Strontium
Tantale . Tantale Tantale
Terres rares Terres rares légères Terres rares légères Terres rares légères
Terres rares lourdes Terres rares lourdes Terres rares lourdes
. . . Titanium
Tungstène Tungstène Tungstène Tungstène
. . Vanadium Vanadium

Théorie[modifier | modifier le code]

Les matières premières critiques sont définies comme étant « celles qui présentent un risque particulièrement élevé de pénurie d’approvisionnement dans les dix prochaines années et qui jouent un rôle particulièrement important dans la chaîne de valeur » [1], en d’autres termes elles sont à la fois caractérisées par un risque d’approvisionnement et une importance économique élevés.

Matrice de criticité théorique

Le risque lié à l’approvisionnement est directement influencé par la concentration géographique de la production des matières premières évaluées, ainsi que par la stabilité politique et/ou économique des pays producteurs. Ce risque est souvent amplifié par l’absence ou les possibilités réduites de substitution des substances évaluées dans leurs applications finales. Il s’agit d’un facteur non négligeable puisque les possibilités de substitution permettent potentiellement d’atténuer le RA en cas de perturbation de l’approvisionnement.

L’importance économique est estimée en évaluant l’ensemble des applications dans les produits finis, en utilisant la nomenclature statistique des activités économiques dans la Communauté européenne (NACE) à deux chiffres, correspondant aux secteurs de production, et la valeur ajoutée de ces méga-secteurs en comparaison du produit intérieur brut total de l’UE. Cela permet de s’affranchir de la taille du marché et du prix des matières premières évaluées, et de focaliser sur les bénéfices de ces matières premières sur l’économie de production de produits finis en vue d’assurer une comparaison entre chaque matière première individuelle.

L’estimation des seuils de criticité a été déterminée selon l’avis d’experts, et est donc sujette à des modifications lors des révisions de la méthodologie appliquée.

Enjeux[modifier | modifier le code]

Les enjeux liés à ces ressources sont nombreux et concernent un grand nombre de personnes et d'activités humaines. Il est possible de distinguer :

  • des enjeux économiques. Le prix des métaux augmente aussi avec leur rareté ou leur inaccessibilité, et pas seulement en fonction de la demande. Dans le cadre de la transition écologique, l'économie circulaire invite à recycler ces ressources ainsi qu'à les économiser et/ou à les remplacer par des alternatives quand cela est possible ; ce qui pourrait être grandement facilité par une généralisation du principe des écotaxe et de l'écoconception[2].
  • des enjeux géostratégiques. Ces produits rares sont d'une part nécessaires aux industries impliquées par la défense et d'autre part sources de conflits pour leur appropriation (ex. : le Coltan en Afrique).
  • des enjeux sociaux. Dans un contexte de mondialisation croissante, et de mobilité des individus, les télécoms et les réseaux sociaux dépendent de plus en plus de ces ressources.
  • des enjeux sanitaires. Plusieurs de ces métaux ou minéraux sont toxiques ou reprotoxiques. Paradoxalement, certains sont toxiques mais également utilisés comme médicaments (et alors également non recyclés bien que très coûteux ; le coût moyen d'un traitement de cancer bronchique varie entre 20 000 et 27 000 euros[3],[4],[5]). Ainsi, le platine toxique et cancérigène est aussi très utilisé comme un anticancéreux sous forme de carboplatine ou encore cisplatine (qui sont cytotoxiques) éventuellement utilisés avec d'autres molécules dont la gemcitabine (GEM), la vinorelbine (VIN), le docétaxel (DOC) et le paclitaxel (PAC).
  • enjeux énergétiques. La production de ces métaux et de leurs composés requiert une quantité importante et croissante d'énergie, et quand ils se raréfient il faut les chercher plus profondément, plus loin et le minerai est parfois moins concentré. En 2012 ils ont nécessité de 7 à 8 % de toute l'énergie consommée dans le monde[6].
  • enjeux environnementaux. Les mines dégradent l'environnement. La dispersion de minéraux et métaux toxiques non recyclés le dégrade aussi. Par ailleurs, les aimants de moteurs électriques ou de turbines hydrauliques et de génératrices d'éoliennes, ou certains composants de panneaux solaires, nécessitent d'utiliser des minéraux ou métaux rares.

Urgences[modifier | modifier le code]

Selon l'ONU (2011[7], puis 2013) la demande en métaux rares dépassera rapidement de 3 à 9 fois le tonnage consommé en 2013[6], il est urgent et prioritaire de recycler les métaux rares (produits en quantité inférieure à 100 000 t/an) en circulation dans le monde pour économiser les ressources naturelles et l'énergie[6], mais cela ne suffira pas. Il faudrait limiter l'obsolescence programmée des objets qui en contiennent, et recycler l'intégralité des éléments d'ordinateurs, de téléphones portables ou d'autres objets électroniques retrouvés dans les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), ce qui implique qu'on leur recherche des alternatives, qu'ils aient été écoconçus et que les consommateurs et collectivités changent de comportement en faveur d'un tri sélectif visant un recyclage quasi total des métaux. Il faut dans le même temps réduire la demande, insistent Ernst Ulrich von Weizsäcker et Ashok Khosla, coprésidents du Groupe international d'experts sur les ressources (GIER) créé en 2007 par l'ONU (hébergé par le PNUE) pour analyser l'impact de l’utilisation des ressources sur l’environnement de 2013.

Rien qu'en Europe, environ 12 millions de tonnes de déchets métalliques ont été produits en 2012, et cette quantité tend à croître de plus de 4 %/an (plus vite que les déchets municipaux)[6]. Or, moins de 20 métaux, sur les 60 étudiés par les experts du GIER, étaient recyclés à plus de 50 % dans le monde.

Pour 34 composants, ils étaient recyclés à un taux de moins de 1 % du total jeté dans les poubelles.

Selon le PNUE, même sans techniques de pointe, ce taux pourrait être fortement amélioré[6].

L'efficacité énergétique des modes de production et de recyclage doit aussi être développée.

Les données précises et fiables sur la localisation des gisements accessibles ou existants de métaux et minéraux rares sont très peu disponibles (lacunaires ou tenues secrètes par les producteurs ?). Selon Patrice Christmann du BRGM, le GIER n'a pas pu trouver plus de deux articles scientifiques détaillant ce « patrimoine naturel minéral ».

Un rapport[8] de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) publié en mai 2021 alerte les États sur l'explosion de la demande mondiale du secteur énergétique en métaux critiques causée par la décarbonation des économies : cette demande pourrait être multipliée par 4 si le monde se conforme aux engagements de l'accord de Paris. La plus grande part de cette croissance proviendra des besoins des véhicules électriques et de leurs batteries, suivis par ceux des réseaux électriques, puis par les panneaux solaires et l'éolien. Les besoins en lithium pourraient être multipliés par 42 d'ici à 2040, ceux en graphite par 25, ceux en cobalt par 21 et ceux en nickel par 19. Or ces matériaux sont concentrés dans une poignée de pays : trois États extraient 50 % du cuivre dans le monde : le Chili, le Pérou et la Chine ; 60 % du cobalt est issu de la République démocratique du Congo ; la Chine extrait 60 % des terres rares dans le monde et contrôle plus de 80 % de leur raffinage. Selon l'AIE, les États doivent constituer des réserves stratégiques pour éviter toute rupture d'approvisionnement[9].

Stratégie européenne[modifier | modifier le code]

L'Union européenne a lancé en 2008 son « Initiative Matières Premières »[10].

La Commission européenne présente le 3 septembre 2020 sa stratégie pour renforcer et mieux contrôler son approvisionnement en une trentaine de matériaux jugés critiques, en particulier les terres rares, afin de mener une révolution verte et numérique. La liste comprend par exemple le graphite, le lithium et le cobalt, utilisés dans la fabrication de batteries électriques ; le silicium, composant essentiel des panneaux solaires ; les terres rares utilisées pour les aimants, les semi-conducteurs et les composants électroniques. La Commission estime que l'UE aura besoin de 18 fois plus de lithium et de cinq fois plus de cobalt d'ici à 2030 pour tenir ses objectifs climatiques. Or beaucoup de ces matériaux existent en Europe ; la Commission estime que l'Europe pourrait d'ici à 2025 assurer 80 % des besoins de son industrie automobile. Le recyclage sera développé. Là où les ressources européennes seront insuffisantes, la Commission promet de renforcer les partenariats de long terme avec le Canada, l'Afrique ou l'Australie notamment[11].

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Matière
première
Applications
(résumé)
Réserves
prouvées
Production
annuelle
Observations/
remarques
Cuivre électronique, joaillerie 630 millions de tonnes 16 millions de tonnes très malléable et très bon conducteur d’électricité.
Europium, terbium et yttrium électronique 10 000 tonnes au total LED.
Antimoine retardateur de flamme 1,8 million de tonnes 169 000 tonnes peintures, textiles, plastiques ; tous matériaux ignifugés.
Phosphore agriculture 71 milliards de tonnes en 2012 selon l'USGS[12] 191 millions de tonnes Essentiel au métabolisme de tous les êtres vivants, et capital pour la productivité de l'agriculture moderne.
Hélium Recherche scientifique 4,2 milliards de m3 180 millions de m3 Nécessaire à la recherche scientifique et aux grands programmes spatiaux.
Dysprosium et néodyme Aimant haute performance 20 000 tonnes au total Nécessaires pour transformer l’énergie mécanique en énergie électrique, dans la plupart des types de centrales électriques.
Rhénium aérospatiale, avion de chasse, avion de ligne 2,5 millions de tonnes 49 tonnes C'est le métal le plus difficile à obtenir au monde ; il permet aux turboréacteurs de résister aux plus hautes températures.
Uranium énergie, armement 2,5 millions de tonnes 54 000 tonnes Utilisé dans l'industrie nucléaire.
Rhodium et platine catalyseurs, joaillerie Pt : 30 000 tonnes. Rh : 3 000 tonnes. Pt : 200 tonnes. Rh : 30 tonnes. Indispensables dans le secteur du transport, notamment pour les pots catalytiques.
Or électronique, joaillerie 51 000 tonnes 2 500 tonnes C'est le métal le plus recherché au monde, avec une valeur stratégique millénaire.
Indium électronique, énergie 640 tonnes 11 tonnes Indispensable aux écrans tactiles et panneaux solaires photovoltaïques.
Zinc alliage 250 millions de tonnes 12 millions de tonnes Il tient un rôle capital dans l'industrie : il empêche l'acier de se corroder.
Technétium 99m et hélium 3 imagerie médicale, recherche scientifique, défense nulles produit artificiellement Le technétium 99m est utilisé dans le diagnostic des cancers et des maladies cardiovasculaires. Il n'est produit que par cinq réacteurs dans le monde. Quant à l'hélium 3, la Terre n'en contient que 3,5 kg.
Argent électronique, joaillerie 300 000 tonnes 21 000 tonnes L'argent est un des meilleurs conducteurs électriques connus.
Germanium hautes technologies Sous-produit du zinc, indispensable aux fibres optiques.
Béryllium industrie nucléaire Extraction difficile car toxique, indispensable aux réacteurs nucléaires.
Scandium Aéronautique Indispensable pour renforcer l'aluminium des structures qui doivent être solides mais légères comme dans les avions.
Tritium bombes H
Tungstène métallurgie, armement. Sa grande résistance à la chaleur est utilisée pour faire les filaments des lampes à incandescence classiques et halogènes.
Gallium photovoltaïque Améliore la performance des panneaux solaires mais difficile à recycler.
Tantale électronique Indispensable pour faire des condensateurs miniaturisés en électronique. Métal avec une grande résistance chimique et à la chaleur.
Niobium Industrie Il donne toute sa résistance à l'acier des oléoducs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Critical Raw Materials », sur ec.europa.eu (consulté le 11 mai 2021)
  2. Le CESE mise sur l'éco-conception et le recyclage pour économiser les ressources minérales Orienter l'économie française vers une industrie économe en matières premières est une priorité qui doit s'inscrire dans le cadre de la stratégie nationale de transition écologique, estime le CESE qui propose une série de mesures pour cela], actu-environnement 2014-01-14
  3. Comella P, Frasci, Panza N, Manzione L, De Cataldis G, Cioffi R, Maiorino L, Micillo E, Lorusso V, Di Rienzo G, Filippelli G, Lamberti A, Natale M, Bilancia D, Nicolella G, Di Nota A, Comella G (2000 ), Randomized trial comparing cisplatin, gemcitabine, and vinorelbine with either cisplatin and gemcitabine or cisplatin and vinorelbine in advanced non-small-cell lung cancer: interim analysis of a phase III trial of the Southern Italy ; Cooperative Oncology Group. J Clin Oncol 2000 ; 18 : 1451-7.
  4. Schiller JH, Harrington D, Belani CP, Langer C, Sandler A, Krook J, Zhu J, Johnson DH (2002 ) Comparison of four chemotherapy regimens for advanced non-small-cell lung cancer (; Eastern Cooperative Oncology Group). N Engl J Med ; 346 : 92-8.
  5. Schiller, D Tilden, M Aristides, M Lees, A Kielhorn, N Maniadakis, S Bhalla (2004), En France comme dans d’autres pays d’Europe, le coût du traitement d’un cancer bronchique non à petites cellules par cisplatine-gemzar est inférieur à celui des associations cisplatine-vinorebine, cisplatine-paclitaxel ou cisplatine-docétaxel (Retrospective cost analysis of gemcitabine in combination with cisplatin in non-small cell lung cancer compared to other combination therapies in Europe Lung Cancer) ; Revue des Maladies Respiratoires Vol 22, N° spécial juin 2005 pp. 185-198 Doi:RMR-06-2005-22-6-0761-8425-101019-200505465 J ; 43 : 101-12.
  6. a b c d et e Rapport du Panel international des ressources du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) du 24 avril 2013
  7. Rapport PNUE de mai 2011
  8. (en) The Role of Critical Minerals in Clean Energy Transitions, Agence internationale de l'énergie, mai 2021.
  9. Transition énergétique : l'AIE invite les Etats à constituer des stocks de métaux, Les Échos, 9 mai 2021.
  10. « Policy and strategy for raw materials - Internal Market, Industry, Entrepreneurship and SMEs - European Commission », sur Internal Market, Industry, Entrepreneurship and SMEs - European Commission, (consulté le 27 juillet 2020).
  11. Transition énergétique : le plan de Bruxelles pour accéder aux matières premières, Les Échos, 3 septembre 2020.
  12. USGS, "Phosphate Rock" , consulté 2012-05-13.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

vidéographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]