Guillaume Pitron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guillaume Pitron
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Œuvres principales
La guerre des métaux rares : la face cachée de la transition énergétique et numérique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Guillaume Pitron, né en 1980, est un journaliste français, spécialiste de la géopolitique des matières premières, auteur et réalisateur de documentaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d’un DEA de droit de l'université de Paris et d’un master de droit international de l’université de Georgetown, Guillaume Pitron est juriste avant de devenir journaliste pour le Monde diplomatique, Geo et National Geographic.

Il est le réalisateur de plusieurs documentaires sur l'exploitation des matières premières, notamment Boomerang : le côté obscur de la barre chocolatée[1] et La Sale Guerre des terres rares[2].

Après 6 ans d’enquête, il publie en 2018 un essai géopolitique : La Guerre des métaux rares : la face cachée de la transition énergétique et numérique aux éditions Les Liens qui libèrent qui reçoit plusieurs prix[3],[4]. Jusqu'à la fin des années 1990, les États-Unis, le Japon et l'Europe constituaient 90 % du marché des aimants aux terres rares[5]. L'auteur déplore la nouvelle dépendance vis-à-vis de la Chine pour les nouvelles technologies (mobilité électrique, générateur électrique…). La vente de Magnequench par General Motors, en échange de la construction d'une usine automobile à Shanghai, marque le début du basculement vers la Chine du centre de gravité de la valeur ajoutée de la filière[6]. L'auteur prône aussi la réouverture de mines en France afin d'éviter l’exportation des nuisances dans les pays et continents voisins et de garder la responsabilité des conséquences de la transition énergétique : « La mine responsable chez nous vaudra toujours mieux que la mine irresponsable ailleurs[7]. » Pour Guillaume Pitron, le recyclage des terres rares fait partie des promesses déçues d'un cycle de vie vertueux des terres rares[8],[9].

En , il présente avec son co-réalisateur Jean-Louis Pérez le film documentaire La Face cachée des énergies vertes co-produit par les chaînes Arte et la RTBF au Sunny Side of the Doc à la Rochelle[10]. « Un monde meilleur, libéré des énergies fossiles, est un "mythe" », disent les auteurs selon qui « le monde subit désormais une nouvelle "dépendance" aux métaux rares, que les nouvelles énergies utilisent. » Le film est diffusé en novembre 2020 sur Arte[11],[12]. « Cette enquête montre que nous délocalisons une pollution environnementale qui n’est pas exempte d’émissions de CO2 si l’on prend en compte tout le cycle de vie de produits. » L'extraction minière nécessaire aux « énergies vertes » est responsable de dégâts environnementaux (arasement de collines, creusement de mines à ciel ouvert, rejets de métaux lourds, utilisation et pollution des eaux, des nappes phréatiques…) et de rejets de gaz à effet de serre.

En 2020, il est interviewé dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Selon Pitron, le néodyme (terre rare de numéro atomique 60) « se trouve dans le moteur de la plupart des voitures électriques ». La vidéo met en avant que le moteur de nombreux véhicules électriques contient bien des terres rares (Tesla Modèle 3 AWD, Volkswagen e-Golf et BMW i3, par exemple), mais aussi que la Zoé de Renault, qui est le véhicule électrique le plus vendu en France et en Europe[13], ne contient aucune terre rare – son moteur étant de type synchrone sans aimant – pas plus que l'Audi e-Tron et la Mercedes E300 E à moteurs asynchrones.

En ligne avec l'affirmation de Guillaume Pitron, un article de L'Usine nouvelle, note que plus de 90 % des véhicules électriques utilisent les aimants permanents (qui contiennent des terres rares) dans leurs moteurs[14].

Pitron poursuit en affirmant que « la batterie […] est un composant essentiel qui contient certaines terres rares : il contient du graphite, il contient du cobalt […] et bien évidemment du lithium qui n'est pas un métal très rare mais qui est un métal important. »

L'utilisation des terres rares dans les véhicules hybrides et électriques est confirmée par un document « Ressources minérales : les terres rares » du BRGM[15] : « les terres rares sont (…) utilisées dans les batteries et moteurs des véhicules hybrides et électriques, dans une fourchette allant de 1,2 kg à 3,5 kg en fonction des technologies. »

À l'occasion de l'émission La terre au carré sur France Inter [16], en décembre 2020, Guillaume Pitron fait à nouveau le point sur les débats entourant les voitures électriques. Il rappelle notamment, en citant un avis de 2016 de l'Agence de l'environnement, de la maîtrise de l'énergie et de la transition écologique (ADEME)[17], que « sur le cycle de vie du véhicule, les impacts environnementaux du véhicule électrique sont (…) du même ordre de grandeur pour un véhicule électrique que pour un véhicule thermique. » Il appelle également à se méfier des analyses de cycles de vie exclusivement réalisées sur le continent européen, sans prise en compte du CO2 généré par les véhicules roulant dans les pays dont l'électricité provient largement de ressources fossiles comme la Chine.

Ces affirmations font aujourd'hui débat car le passage cité par Pitron n'est pas la conclusion de l'étude de l'ADEME et ne parle pas de pollution en général comme il l'affirme, mais bien de pollutions spécifiquement traitées dans l'étude. Ainsi l'étude conclut au contraire positivement que : « Les atouts du véhicule électrique résident dans sa capacité de diversification énergétique du secteur des transports, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’amélioration de la qualité de l’air en ville – grâce à des émissions nulles à l’échappement – et de réduction des nuisances sonores. » Due à la quantité de CO2 nécessaire à sa production, le bilan carbone de la voiture électrique ne devient favorable vis à vis de la voiture thermique qu'à partir de 40 000 km parcourus[18].

Guillaume Pitron intervient aussi dans une vidéo sur le bilan écologique de la voiture électrique éditée par Le Monde où il met l'accent sur la démesure entre la masse de roche qu'il faut extraire pour obtenir une faible quantité de néodyme[18].

En 2021, Guillaume Pitron, dans son livre L’Enfer numérique, met en évidence comment l'ère numérique de la communication a des conséquences catastrophiques sur notre environnement. L'empreinte de l’industrie numérique mondiale est triple de celle d’un pays comme la France ou l’Angleterre. Son impact physique en eau, en matériaux et en énergie est l'envers de la vision dématérialisée des services apportés. Les technologies numériques utilisent 10 % de l’électricité produite dans le monde et rejetteraient près de 4 % des émissions globales de CO2[19].

Publications[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Côté obscur de la barre chocolatée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Marc Belpois, « Trois questions à Guillaume Pitron, réalisateur de La Sale Guerre des terres rares », Télérama, .
  3. Éric Tariant, « Les non-dits de la transition énergétique », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne).
  4. Anne-Sophie Lechevallier, « Une enquête sur les métaux rares récompensée », Paris Match, .
  5. Pitron 2018, p. 161.
  6. Pitron 2018, p. 210.
  7. Lucile Leclair, « Guillaume Pitron, La guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique », Revue Projet,‎ , p. 90-92.
  8. Pitron 2018, p. 84.
  9. Louise Thiers, « La guerre des métaux rares a déjà commencé, Interview de Guillaume Pitron », sur futura-sciences.com, .
  10. « Un documentaire explore la face cachée des énergies vertes », L'Expansion, .
  11. « Documentaire : La Face cachée des énergies vertes », sur Reforme.net, .
  12. « Arte dévoile "la face cachée des énergies vertes" dans un documentaire », sur europe1.fr, .
  13. « Véhicules électriques : Renault, leader des ventes en Europe en 2020 », sur Auto Journal, (consulté le ).
  14. Myrtille Delamarche, « Des terres rares à gogo dans l'auto », (consulté le ).
  15. « Ressources minérales : les terres rares », 10 juin 2021, du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).
  16. Mathieu Vidard, « La terre au carré : à propos de "La face cachée des énergies vertes" », sur France Inter, (consulté le ).
  17. « Les potentiels du véhicule électrique », ademe.fr, avril 2016.
  18. a et b Marc Bettinelli, Marceau Bretonnier, « La voiture électrique est-elle vraiment plus écologique ? », sur Le Monde, (consulté le ).
  19. « L’Enfer numérique : la face cachée de nos e-mails », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  20. « Guillaume Pitron, lauréat du prix Érik Izraelewicz de l’enquête économique 2017 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Le palmarès du prix Roberval 2018 », sur Livres Hebdo, .
  22. « Guillaume Pitron, lauréat du prix du livre d’économie 2018 », sur Les Echos, .
  23. « 20e journée du livre d'économie : le prix revient à Guillaume Pitron pour La Guerre des métaux rares », sur Le portail des ministères économiques et financiers, .
  24. « Prix TURGOT 2019 : La guerre des métaux rares de Guillaume Pitron sacré meilleur livre d’économie financière », sur FranceTransactions.com (consulté le ).
  25. Voir sur thinkerview.com.
  26. Voir sur arte.tv.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]