Carboplatine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Carboplatine
Image illustrative de l’article Carboplatine
Image illustrative de l’article Carboplatine
Identification
Nom UICPA Diammine(cyclobutane-1,1-dicarboxylato(2-)-O,O')platinum
No CAS 41575-94-4
No ECHA 100.050.388
No EC 255-446-0
Code ATC L01XA02
DrugBank DB00958
PubChem 5352133
SMILES
InChI
Apparence Solide
Propriétés chimiques
Formule brute C6H12N2O4Pt  [Isomères]
Masse molaire[1] 371,254 ± 0,016 g/mol
C 19,41 %, H 3,26 %, N 7,55 %, O 17,24 %, Pt 52,55 %,
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T


Écotoxicologie
DL50 343 mg·kg-1 rat oral
89,36 mg·kg-1 souris i.v.
72 mg·kg-1 rat s.c.
118 mg·kg-1 souris i.p.
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité complète
Demi-vie d’élim. 1,1 à 2 heures
Excrétion

hépatique

Considérations thérapeutiques
Voie d’administration Intra-veineux
Grossesse tératogène et mutagène comme tous les agents alkylants ; envisager une contraception chez les femmes en âge de procréer.

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le carboplatine est un complexe du platine utilisé comme molécule anticancéreuse dans le traitement des cancers des ovaires, les cancers bronchiques à petites cellules et les cancers de la sphère ORL.

Il est régulièrement intégré à des protocoles depuis les années 1990.

Historique[modifier | modifier le code]

Depuis la découverte de l'action anticancéreuse du cisplatine en 1965 par l'équipe de Barnett Rosenberg de l'université du Michigan, des composés analogues ont été synthétisés, dont le carboplatine. Celui-ci obtiendra son autorisation de mise sur le marché américain en 1989 et sera commercialisé par la firme Bristol-Myers Squibb[2].

Mécanisme d'action[modifier | modifier le code]

Son action est proche de celle du cisplatine et de la famille des agents alkylants de l'ADN.

Le carboplatine se fixe sur la molécule d'ADN induisant des liaisons alkyles, créant des ponts inter-brins ou intra-brins. La réplication de l'ADN est inhibée aboutissant à la mort cellulaire préférentielle des cellules cancéreuses.

Pharmacocinétique[modifier | modifier le code]

La posologie de carboplatine peut être calculée avec la formule de Calvert ou la formule d'Egorin.

La formule de Calvert prenant en compte l'AUC, le poids, l'âge du patient et sa clairance rénale. L'AUC désirée varie généralement de 4 à 8 mg/ml/min.

Si clairance de la créatinine ≥ 60 ml/min, il existe une relation linéaire entre la dose administrée et la concentration plasmatique de platine total et de platine sous forme libre ultrafiltrable. Après administrations répétées plusieurs jours de suite il n'existe pas de phénomène d'accumulation.

Le carboplatine est excrété principalement par voie urinaire sous forme inchangée, après 25 heures 95 % de la dose est retrouvée dans les urines.

Indications[modifier | modifier le code]

  • Carcinome de l'ovaire d'origine épithéliale
  • Carcinome bronchique à petites cellules
  • Carcinome épidermoïde des voies aérodigestives supérieures

Effets indésirables[modifier | modifier le code]

  • Troubles gastro intestinaux: Nausées et vomissements (80 % des patients), prévenus par des antiémétiques (Corticoides, sétrons...) diminuant généralement après 24 h, douleurs (8 %), constipation (6 %)
  • Myelotoxicité :Thrombopénie (25 %), Anémie (15 %), Neutropénie(14 %), réversible
  • Ototoxicité (15 %), bourdonnements d'oreille
  • Néphrotoxicité (10 %), réversible[3]
  • Neurotoxicité (4 %) : Picotement et perte de sensibilité (difficulté pour fermer les boutons et impression de marcher sur de la ouate)
  • Réactions allergiques (2 %) : éruption érythémateuse, fièvre sans cause apparente, prurit, rash, urticaire, plus rarement bronchospasme et hypotension.
  • Troubles de la vision, troubles du goût (dysgueusie) (1 %)

Contre-indications[modifier | modifier le code]

  • Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 20 ml/min.)
  • Antécédent d'allergie au carboplatine ou à d'autres produits contenant du platine.
  • En association avec le vaccin contre la fièvre jaune,
  • Au cours de la grossesse.
  • Allaitement

Spécialités à base de carboplatine[modifier | modifier le code]

  • Belgique : Carboplatine Mayne ; Carboplatinum ; Carbosin ; Paraplatin
  • France : CARBOPLATINE AGUETTANT ; CARBOPLATINE DAKOTA PHARM ; CARBOPLATINE FAULDING ; CARBOPLATINE G GAM; CARBOPLATINE MERCK; CARBOPLATINE TEVA® ; PARAPLATINE
  • Suisse : Carboplatine «Ebewe» ; Paraplatin

Divers[modifier | modifier le code]

Le carboplatine fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Compendium suisse des médicaments : spécialités contenant Carboplatine

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. « Histoire du carboplatine » (consulté le 5 décembre 2014)
  3. EVidal
  4. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013