Fernande (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fernande.
Fernande

Album de Georges Brassens
Sortie 1972
Enregistré Studio des Dames
Paris Drapeau de la France France
Durée 43 min 20 s
Genre Chanson française
Producteur Georges Meyerstein-Maigret
Label Philips

Albums de Georges Brassens

Fernande est le treizième album édité en France du chanteur Georges Brassens. Sorti sans titre à l'origine, il est identifié par celui de la première chanson du disque. L’édition originale est sortie en octobre 1972. L'album est certifié disque d'or en 1976 pour 100 000 exemplaires vendus et disque de platine en 1980 pour 400 000 exemplaires vendus[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Fernande 
Cette chanson a enrichi le répertoire de corps de garde des carabins, elle reste célèbre pour son refrain.
Stances à un cambrioleur 
Coup de chapeau aux Arsène Lupin. Chanson écrite suite aux cambriolages perpétrés dans sa maison de Crespières lorsqu’elle fut mise en vente.
La Ballade des gens qui sont nés quelque part 
Brassens fustige ici ceux qu'il considère comme des imbéciles heureux, chauvins, xénophobes ou racistes.
La Princesse et le croque-notes 
Une ambiance et un parfum de cour des miracles pour un détournement de mineure non consommé.
Sauf le respect que je vous dois 
Chanson au sujet des femmes qui prennent plaisir à détruire leurs amants.
Le Blason 
Brassens rend ici hommage au sexe féminin, à la manière de François Villon ou Pierre de Ronsard.
Mourir pour des idées 
« D'accord, mais de mort lente ». L'embrigadement et les idéologies sont ici dénoncés.
Quatre-vingt-quinze pour cent 
Critique du mâle, sûr et fier de lui, mais incapable, in fine, de satisfaire sexuellement sa compagne.
Les Passantes 
Regrets suscités par les « occasions ratées », « toutes ces belles passantes, que l'on n'a pas su retenir... ».
À l'ombre des maris 
Sur l'éternel thème du cocu et de La traîtresse.

Chansons[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire, toutes les chansons sont écrites et composées par Georges Brassens.

Face 1
No Titre Durée
1. Fernande 3 min 39 s
2. Stances à un cambrioleur 4 min 13 s
3. La Ballade des gens qui sont nés quelque part 3 min 26 s
4. La Princesse et le Croque-notes 4 min 18 s
5. Sauf le respect que je vous dois 3 min 08 s
6. Le Blason 5 min 13 s
Face 2
No TitreParoles Durée
1. Mourir pour des idées 4 min 42 s
2. Quatre-vingt-quinze pour cent[2] 4 min 35 s
3. Les PassantesPoème d'Antoine Pol[3] 4 min 11 s
4. Le Roi 3 min 53 s
5. À l'ombre des maris 4 min 48 s

Édition originale de l’album[modifier | modifier le code]

Novembre 1972 : Disque microsillon 33 tours/30cm, Philips (6332 116).

– Pochette : photo réalisée par Jacques Aubert (recto), commentaires de René Fallet (verso).
– Gravure : stéréophonique.

Interprètes[modifier | modifier le code]

Discographie liée à l’album[modifier | modifier le code]

Disques 45 tours[modifier | modifier le code]

Seules les premières éditions sont listées ci-dessous.

Identifications :
SP (Single Playing) = Microsillon 45 tours/17 cm (2 titres).
– Face 1 : Mourir pour des idées.
– Face 2 : Le Roi.
  • 1972 : SP Philips, série « Parade » (6837.095).
– Face 1 : La Princesse et le croquenote.
– Face 2 : Fernande.

Rééditions de l’album[modifier | modifier le code]

Identifications :
LP (Long Playing) = Microsillon 33 tours/30 cm.
CD (Compact Disc) = Disque compact.

Réédité sous diverses présentations, seules les premières rééditions de chacune d’elles sont listées ci-dessous.

  • Octobre 1972 : LP Philips, coll. « Les grands auteurs & compositeurs interprètes », n° XI (B 6325 074).
– Pochette : imitation bois en couverture, photo réalisée par Jacques Aubert. Commentaires de René Fallet au verso.
– Gravure : stéréophonique.
  • Octobre 1972 : LP Fernande, Philips, coll. « Les grands auteurs & compositeurs interprètes », n° 11 (Y 6499 472).
– Pochette ouvrante : photos de couverture réalisées par Jacques Denimal[4]. Les pages intérieures, illustrées de photographies, contiennent les paroles des chansons et les commentaires de René Fallet.
– Gravure : stéréophonique.
– Pochette identique à l’originale.
– Gravure : stéréophonique.
  • Octobre 1996 : CD Philips/Mercury-PolyGram, coll. « Les grands auteurs & compositeurs interprètes », n° XI (532 361-2).
– Reproduction du recto de la pochette originale en couverture du livret. Commentaires de René Fallet.
  • 1997 : CD Philips/Mercury-PolyGram (532 361-2).
Digipak avec reproduction du recto de la pochette originale en couverture du livret. Commentaires de René Fallet.
Note : Les deux CD, décrits ci-dessus, respectent l’ordre des chansons inscrites au recto de la couverture :
No TitreParoles Durée
1. Mourir pour des idées 4 min 45 s
2. Le Roi 3 min 54 s
3. Quatre-vingt-quinze pour cent 4 min 35 s
4. La Ballade des gens qui sont nés quelque part 3 min 25 s
5. Sauf le respect que je vous dois 3 min 08 s
6. Stances à un cambrioleur 4 min 12 s
7. Le Blason 5 min 13 s
8. La Princesse et le croque-notes 4 min 20 s
9. Fernande 4 min 00 s
10. Les PassantesPoème d'Antoine Pol[3]. 4 min 10 s
11. À l'ombre des maris 4 min 50 s
  • Septembre 2001 : CD Fernande, Philips/Mercury-PolyGram, n° 11 (586 354-2).
– Reproduction recto/verso de la pochette réalisée par Jacques Denimal, en couverture du livret[4]. Commentaires de René Fallet.
– Réplique recto/verso de la pochette originale.

Classement[modifier | modifier le code]

Classement (1972) Meilleure
place
Drapeau de la France France (SNEP)[6] 1

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Certifications (Albums) du SNEP (Bilan par artiste) », sur infodisc.fr, Dominic DURAND / InfoDisc (consulté le 10 octobre 2015)
  2. En dépit des paroles de la chanson, c'est bien le vrai titre ; voir ce site de partitions
  3. a et b Poème amputé des deux strophes retranscrites ci-dessous :

    À la fine et souple valseuse
    Qui vous sembla triste et nerveuse
    Par une nuit de carnaval
    Qui voulut rester inconnue
    Et qui n'est jamais revenue
    Tournoyer dans un autre bal

    À ces timides amoureuses
    Qui restèrent silencieuses
    Et portent encor' votre deuil
    À celles qui s'en sont allées
    Loin de vous, tristes esseulées
    Victimes d'un stupide orgueil.
  4. a et b Photographies prises dans l’atelier de Jacques Favino, luthier à Paris.
  5. Issu du coffret, L’Intégrale des albums originaux, mentionné dans la section « Coffrets discographiques » de l'article consacré à Georges Brassens.
  6. « Tous les albums classés par artiste », Dominic DURAND/InfoDisc (consulté le 10 octobre 2015)