La Ballade des gens qui sont nés quelque part

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Ballade des gens qui sont nés quelque part

Chanson de Georges Brassens
extrait de l'album Fernande
Sortie 1972
Enregistré
Durée 3:26
Genre Chanson française
Auteur-compositeur Georges Brassens
Label Philips

Pistes de Fernande

La Ballade des gens qui sont nés quelque part est une chanson de Georges Brassens, d'une durée de 3 min 26 s, figurant sur l'album Fernande, parue en 1972.

Thématique[modifier | modifier le code]

Brassens se moque des chauvins de tous horizons qui tirent orgueil et vanité du lieu de leur naissance, des « gens du terroir », des « porteurs de cocardes », « des enfants de leur mère patrie » qui selon lui gâchent le paysage : « Qu'ils sortent de Paris, ou de Rome, ou de Sète (…) ou même de Montcuq, ils s'en flattent mazette (…) les imbéciles heureux qui sont nés quelque part (…) »[1].

Reprises[modifier | modifier le code]

  • La chanson a été reprise par le groupe Tarmac sur l'album L'Atelier (2001).

Anecdote[modifier | modifier le code]

Cette chanson a été évoquée par Pierre Desproges dans son sketch du Tribunal des flagrants délires, durant la diffusion de l'émission dont l'invité était Jean-Marie Le Pen[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site paroles.net, texte de la chanson, consulté le 16 décembre 2018
  2. Pierre Desproges, Réquisitoires du Tribunal des flagrants délires, Points, , 382 p. (ISBN 2-7578-0179-1), p. 124

Voir aussi[modifier | modifier le code]