La Ballade des gens qui sont nés quelque part

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Ballade des gens qui sont nés quelque part

Chanson de Georges Brassens
extrait de l'album Fernande
Sortie 1972
Enregistré
Durée 3:26
Genre Chanson française
Auteur-compositeur Georges Brassens
Label Philips

Pistes de Fernande

La Ballade des gens qui sont nés quelque part est une chanson de Georges Brassens, d'une durée de 3 min 26 s, figurant sur l'album Fernande, parue en 1972.

Thématique[modifier | modifier le code]

Brassens se moque des chauvins de tous horizons qui tirent orgueil et vanité du lieu de leur naissance, des « gens du terroir », des « porteurs de cocardes », « des enfants de leur mère patrie » qui selon lui gâchent le paysage : « Qu'ils sortent de Paris, ou de Rome, ou de Sète (…) ou même de Montcuq, ils s'en flattent mazette (…) les imbéciles heureux qui sont nés quelque part (…) ».

Reprises[modifier | modifier le code]

  • La chanson a été reprise par le groupe Tarmac sur l'album L'Atelier (2001).

Anecdote[modifier | modifier le code]

Cette chanson a été évoquée par Pierre Desproges dans son sketch du Tribunal des flagrants délires, lorsque l'invité était Jean-Marie Le Pen[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Desproges, Réquisitoires du Tribunal des flagrants délires, Points, , 382 p. (ISBN 2-7578-0179-1), p. 124

Voir aussi[modifier | modifier le code]