Eyzahut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eyzahut
Eyzahut
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Dieulefit
Intercommunalité Communauté de communes Dieulefit-Bourdeaux
Maire
Mandat
Fabienne Simian
2014 - 2020
Code postal 26160
Code commune 26131
Démographie
Gentilé Eyzahutiens, Eyzahutiennes
Population
municipale
142 hab. (2016 en augmentation de 5,19 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 57″ nord, 5° 00′ 45″ est
Altitude Min. 285 m
Max. 872 m
Superficie 6,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Eyzahut

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Eyzahut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eyzahut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eyzahut
Liens
Site web http://www.eyzahut.fr/

Eyzahut est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pont-de-Barret Rose des vents
Salettes N Rochebaudin
O    Eyzahut    E
S
Le Poët-Laval

Eyzahut est situé à 30 km à l'est de Montélimar et à 25 km au sud de Crest. Les communes les plus proches sont Rochebaudin, Le Poët-Laval et Pont-de-Barret. Le village est accessible par la route départementale RD 263, depuis Souspierre, au sud et Salettes, à l'ouest. La route la plus facile est la RD183 depuis Charols ou Salettes.

Le point culminant de la commune est au sud, à une altitude de 805 m. Il est le siège d'une curiosité géologique, le Trou du Furet (altitude de 790 m), accessible uniquement par l'une des branches du sentier de randonnée du Pays de Dieulefit.

La commune est arrosée par plusieurs affluents du Roubion, la plupart y prenant leur source, dont le ruisseau de Rioussec, long de 6,5 km[1], le ruisseau de Salettes, long de 8,6 km[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village - dont le nom signifierait le domaine élevé - a eu au moins trois vies : cela a d'abord étéd'abord un oppidum pré-romain, puis un habitat gallo-romain (attesté par de nombreuses tuiles, des médailles et un cippe ou était inscrit « aux dieux manes offert par Verilla à la mémoire de Tertinius Maximianus »). Enfin, au Moyen Âge est apparu le site actuel, où il y eut au XIVe siècle un château, sans doute renforcé par une tour au sommet du Châtelard. Malmenées durant les guerres de religion, les défenses d'Eyzahut furent rasées en 1622 après l'un des derniers soulèvements protestants. Aujourd'hui, il n'en reste plus aucune trace[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Jean-Marie Delleaud    
2014 En cours
(au 13 novembre 2014)
Fabienne Simian[4]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 142 habitants[Note 1], en augmentation de 5,19 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
111147214217223199242243221
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
216225221234239214203188167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
17217213311310993956264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6352477886111127135142
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'hébergement touristique est présent sous deux types : un camping municipal de 40 emplacements, près de la piscine et des gîtes privés en bas du village. L e restaurant L'auberge du Furet accueille également les touristes et randonneurs.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'école à Eyzahut, les enfants sont donc scolarisés au RPI Charols/Pont de Barret, et pris en charge par une navette. Les collégiens vont au collège de Cléon d'Andran.

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique d'Eyzahut dépend du diocèse de Valence, doyenné de Cléon-d'Andran[9].

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

On trouve au village une piscine municipale comportant 3 bassins (ouverte uniquement durant l'été), un terrain de tennis, un boulodrome et une table de ping-pong en libre accès. La commune est également équipée de sentiers balisés pour la randonnée et on peut pratiquer le golf, l'équitation et l'accrobranche dans les communes limitrophes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Cécile Coulon écrivain et poète (1990-) a écrit plusieurs poèmes sur Eyzahut dans son recueil Les ronces publié en 2018 aux éditions Le Castor Astral.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. le Rioussec sur le site du SANDRE
  2. ruisseau de Salettes sur le site du SANDRE
  3. « Historique et Patrimoine », sur www.eyzahut.fr (consulté le 10 avril 2017)
  4. Eyzahut sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 13 novembre 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. paroisse catholique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :