Thierry Meyssan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thierry Meyssan
Description de l'image Thierry Meyssan Axis for Peace 2005-11-18 n1.jpg.
Naissance (62 ans)
Talence
Nationalité Drapeau de France Français
Pays de résidence Drapeau de la Syrie Syrie

Thierry Meyssan, né le à Talence (Gironde), est un écrivain français, président-fondateur du Réseau Voltaire. Il s'est fait connaître dans les années 2000 comme l'un des principaux diffuseurs des théories du complot sur les attentats du 11 septembre 2001. Il est aujourd'hui installé au Moyen-Orient, où il est proche du Hezbollah ainsi que des gouvernements iranien[1] et syrien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thierry Meyssan est le petit-fils du colonel Pierre Gaïsset, observateur militaire de l'ONU et président de la Commission d'armistice Israël-Liban[2]. Il est le fils de Michel Meyssan, ancien conseiller municipal de Bordeaux et proche de Jacques Chaban-Delmas.

Élevé dans le milieu de la bourgeoisie bordelaise catholique (sa mère dirigeait les œuvres interdiocésaines de la région Aquitaine)[3], il milite dans sa jeunesse dans le mouvement chrétien du Renouveau charismatique[4] et manifeste un vif intérêt pour les questions religieuses au point de suivre des études de théologie au séminaire d'Orléans. Une photo publiée sur le tard (en 1986) dans le magazine catholique La Vie, le montre au milieu d'une foule de fidèles rassemblés devant le balcon du pape (Paul VI à l'époque) à la Pentecôte 1975[5].

Dans les années 1980, il s'affirme homosexuel et libre-penseur, tournant le dos à son éducation catholique. Il se sépare de son épouse, avec laquelle il s'était marié en 1976. Le mariage religieux est reconnu nul par le Vatican en 1990, au terme d'une longue enquête[5],[6],[7].

Engagement associatif et politique[modifier | modifier le code]

1989-2002 : Projet Ornicar et lutte contre l'extrême-droite[modifier | modifier le code]

En 1989, Thierry Meyssan crée le projet Ornicar, destiné à « lutter contre les discriminations fondées sur la sexualité »[8]. Cette association participe à la rédaction du rapport Roth au Parlement européen[9], négocie avec des organisations intergouvernementales le statut des fonctionnaires internationaux gays et lesbiens[10], et fait inscrire la dépénalisation de l'homosexualité au sommet de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (CSCE).

Thierry Meyssan devient rédacteur en chef du mensuel d’information internationale Maintenant en 1994. En mars 1994, il fonde le Réseau Voltaire, dont l'objectif déclaré est la « défense de la liberté d'expression et de la laïcité »[11]. Cette association publie des enquêtes remarquées sur l'extrême droite[12] (en particulier sur le service d'ordre du Front national, qui mène à une enquête parlementaire).

À partir de 1994, il est également secrétaire national du Parti radical de gauche (PRG)[13],[14],[15]. De 1996 à 1999, il est coordinateur suppléant du Comité national de vigilance contre l'extrême droite, créé à l'initiative du PRG, qui rassemble chaque semaine les 45 principaux partis politiques, syndicats et associations de gauche pour élaborer une réponse commune face à la montée de l'intolérance[16].

Selon Gilles Alfonsi, militant du Parti communiste français et membre du Réseau Voltaire à cette époque, Thierry Meyssan était alors « franc-maçon, membre du Grand-Orient de France », d'où il tirait une partie de sa légitimité[17]. En 1996, le Réseau Voltaire lui-même est décrit par Le Monde comme « un collectif de la mouvance franc-maçonne, qui "défend les libertés collectives et individuelles". »[18]

Selon Alfonsi, le Réseau à l'époque « était approvisionné en informations par ses enquêtes propres et par des contacts – dont le président avait le monopole – au sein des ministères et des services de renseignement. »[17] Meyssan était notamment en lien avec les Renseignements généraux, dont le directeur Yves Bertrand déclare dans ses carnets s'être « appuyé sur Thierry Meyssan et son réseau Voltaire pour faire passer quelques torpilles. »[19]

2002 : L'Effroyable imposture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : L'Effroyable Imposture.

En mars 2002, quelques mois après les attentats du 11 septembre 2001, Thierry Meyssan publie le livre L'Effroyable Imposture, dans lequel il attribue leur responsabilité à « une faction du complexe militaro-industriel » des États-Unis. La publication du livre suscite un tollé dans la presse : dans un article du 20 mars 2002, le journal Libération qualifie Thierry Meyssan de négationniste[20] ; le 5 avril 2002, dans un article intitulé Délires en ligne, le journal Impact Médecine le qualifie de révisionniste[21].

Dans leur enquête consacrée aux coulisses de l'ouvrage, Guillaume Dasquié (directeur d'Intelligence Online) et Jean Guisnel (spécialiste des services de renseignements) identifient une source importante de Thierry Meyssan en la personne d'Hubert Marty-Vrayance, membre des RG[22]. Celui-ci, longtemps proche d'Yves Bertrand, est décrit par plusieurs sources comme « sulfureux », « intenable », voire une « brebis galeuse » des services, et mis à l'écart en avril 2002[23],[24],[25]. Yves Bertrand lui-même le qualifie de « maniaque de la conspiration »[25].

Chroniqué dans la presse étrangère et épuisé en France dès sa première semaine de publication, le livre L'Effroyable imposture touche un plus large public à partir de l'invitation de Thierry Meyssan à l'émission Tout le monde en parle de Thierry Ardisson[12]. En , le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) écrit à France Télévisions pour reprocher l'absence de recul critique des présentateurs lors du passage de Thierry Meyssan dans l'émission[26]. Copie de cette lettre est adressée à tous les médias audio-visuels sous convention. Depuis lors, Meyssan n'est plus invité sur les chaînes françaises.

Thierry Meyssan mène campagne pour que l'Assemblée générale de l'ONU ouvre une enquête internationale sur les attentats[27], sans y parvenir. L'entreprise reçoit peu de soutien, en dehors de celui de la Ligue arabe et du Conseil de coopération du Golfe[28],[7].

En juin 2002, Thierry Meyssan est déclaré persona non grata sur le territoire des États-Unis par le ministère de la Défense américain[29]. Selon une statistique du ministère de la Sécurité intérieure, datée de 2005, plus de 3 000 ouvrages ont été publiés dans le monde pour ou contre les assertions de Meyssan[30],[7].

Engagement « anti-impérialiste »[modifier | modifier le code]

En , Thierry Meyssan préside le colloque Axis for Peace, se présentant comme une réunion de diplomates, politiques, journalistes, venus débattre de la situation internationale et appeler à une mobilisation populaire internationale « en faveur du droit international et de la paix dans le monde » contre le courant néo-conservateur et l'impérialisme américain. La réunion rassemble environ 150 personnes venant de 37 pays.

Durant la guerre de l'été 2006, Thierry Meyssan se rend au Liban avec un groupe international[31] comprenant Dieudonné et Alain Soral. Le transit via la Syrie est organisé par Frédéric Chatillon, ex-responsable du GUD[32].

Se présentant comme un radical, il déclare être prêt « à travailler avec tout le monde, à l’exception de ceux qui ont participé activement aux agressions impérialistes » et s'inspirer de Jean Moulin qui « accepta de travailler avec tous ceux qui voulaient défendre la liberté, de l’extrême gauche à l’extrême droite ». Il déclare se sentir proche du Hezbollah en tant que principal réseau de résistance au Proche-Orient et éprouver beaucoup d’admiration pour son secrétaire général Hassan Nasrallah. Il met également en avant sa « contribution personnelle » à la révolution iranienne et ses « amitiés vénézuéliennes »[33].

Au cours de l'année 2007, Thierry Meyssan s'exprime sur les chaînes de télévision de nombreux pays : Addounia TV (Syrie), Al-Alam (Iran), Al Jazeera (Qatar), Al-Manar (Liban), Dubai TV (Émirats), GTRK (Kazakhstan), IRIB (Iran), KTR (Kirghizistan), News TV (Liban), NBN (Liban), PMR (Transnistrie), Russia Today (Russie), Sahar (Iran), SSC (Syrie), Telesur (Amérique latine), TSV (Transnistrie), Venezolana de Televisión (Venezuela).

En mai 2007, il publie une étude sur « l'offensive israélienne contre le Liban, en juillet 2006, et le remodelage du Grand Moyen-Orient », sous le titre L'Effroyable Imposture 2. L'ouvrage est d'abord diffusé en version arabe au Liban et en Syrie. En France, le livre est édité par une société spécialement créée par le groupe Alphée de Jean-Paul Bertrand et diffusé par la Sodis d'Antoine Gallimard. Pour Al-Manar, la chaîne de télévision du Hezbollah : « Tout homme politique libanais devrait avoir lu et médité L'Effroyable Imposture 2 avant de s'exprimer[34] ».

Thierry Meyssan décide de vivre au Liban en août 2008.

Le , il participe à une soirée spéciale consacrée aux attentats du 11 Septembre par la chaîne russe ORT, pour un débat suivant la diffusion du film Zéro enquête sur le 11 Septembre de l'eurodéputé italien Giulietto Chiesa[35]. A cette occasion, la première chaîne de télévision russe le présente comme « le principal dissident occidental » et insiste sur son exil[36].

Par la suite, Thierry Meyssan travaille pour le magazine russe Profile[37] et collabore à la chaîne de télévision libanaise al-Manar (chaîne du Hezbollah) et à des chaînes de radio et de télévision iraniennes[38],[39].

Le , Dieudonné annonce au journal Le Monde que Thierry Meyssan sera probablement son colistier pour les élections européennes. Meyssan n'a jamais répondu publiquement à cet appel. Il n'est, en fin de compte, pas présent sur la liste ; au demeurant, il ne réunissait pas les conditions d'éligibilité du fait de sa domiciliation hors de l'Union européenne[40],[41].

En 2010, Thierry Meyssan signe la pétition de Paul-Éric Blanrue pour l'abrogation de la loi Gayssot[42].

Conflits libyen et syrien de 2011[modifier | modifier le code]

Lors de l'Intervention militaire de 2011 en Libye, Thierry Meyssan prend le parti du colonel Kadhafi et se rend à Tripoli pour soutenir le régime de ce dernier[43] ; il écrit à l'époque ne pas croire « que Tripoli puisse tomber » ni « que le colonel Kadhafi soit menacé », tout en accusant les journalistes occidentaux d'espionnage. Fin août, il doit fuir la Libye à la chute de Kadhafi[44].

Thierry Meyssan défend également le gouvernement syrien pendant la guerre civile syrienne. Il déclare notamment :

« Si ces observateurs [les observateurs de la Ligue arabe] font leur travail normalement, ils vont constater ce que le gouvernement syrien dit depuis longtemps et ce que toutes les personnes neutres qui se sont rendues sur place ont pu constater, qu'il y a un système de déstabilisation du pays avec des bandes armées qui viennent de l’extérieur, une guerre non conventionnelle qui est déjà effective, menée par des puissances occidentales dans ce pays, et qu'il n'y a pas du tout de soulèvement de masse et de répression. »

Ainsi Thierry Meyssan qualifie de « Contras » les opposants au président Bachar el-Assad, en référence aux « contre-révolutionnaires » du Nicaragua, financés par la CIA, dans les années 1980[45].

Thierry Meyssan joue son propre personnage dans un film de Mohammedreza Eslamloo, La Boîte noire du 11 Septembre. Le film tourné en anglais est présenté en version persane en Iran au 29e Festival du film de Fajr (février 2011). Ce long métrage est un des cinq films représentant l'Iran au Marché du film organisé en marge du 64e Festival de Cannes (mai 2011)[46],[47].

En 2013, Le Point souligne les liens étroits de Meyssan, désormais installé en Syrie, avec le gouvernement d'Assad, et le présente comme « conseiller particulier » du président syrien[48].

Déclarations diverses[modifier | modifier le code]

  • Dans un livre paru en Italie en 2007[49] et dans un entretien paru en octobre 2008[50], Thierry Meyssan affirme que le département de la Défense des États-Unis aurait lancé un contrat contre lui et qu'il aurait été protégé par les autorités françaises sous la présidence de Jacques Chirac.
  • En juin 2008, il accuse le président Nicolas Sarkozy d'avoir été élu en cachant aux Français ses liens avec les casinotiers, la banque Rothschild et la CIA. Il présente ses imputations à l’Eurasian Media Forum au Kazakhstan, puis dans un article publié par l'hebdomadaire russe Profil[51],[52].
  • Le 29 novembre 2010, Thierry Meyssan fait publier par le magazine russe Odnako un dossier où il remet en cause l'enquête de l'ONU sur l'assassinat de Rafiq Hariri, confiée par l'organisation au procureur allemand Detlev Mehlis. Meyssan présente des éléments nouveaux qui semblent impliquer l'Allemagne[53].
  • Après le massacre de l'équipe du journal Charlie Hebdo en janvier 2015, Thierry Meyssan affirme que « les commanditaires les plus probables [de l'attentat] sont à Washington » car de véritables djihadistes « ne se seraient pas contentés de tuer des dessinateurs athées, ils auraient d’abord détruit les archives du journal sous leurs yeux »[54]. Deux mois après les attentats, Charlie Hebdo qualifie ces arguments de « farfelus » et « loufoques »[55].

Critiques[modifier | modifier le code]

Sur un site Internet du ministère des Affaires étrangères, Thierry Meyssan et le Réseau Voltaire font partie d'une liste de sources accusées de pratiquer une « désinformation antiaméricaine » dans le monde[réf. nécessaire].

Thierry Meyssan est considéré comme une figure majeure du conspirationnisme. Un dossier intitulé L'imposture Thierry Meyssan est publié par Conspiracy Watch, un site français qui se donne comme objectif de rendre compte du conspirationnisme et des théories du complot[56]. En 2005, Arte consacre une soirée Théma aux théories du complot, où Meyssan tient le premier rôle[57],[58]. Un documentaire de Ted Anspach, intitulé Les Effroyables Imposteurs (2009, 45 minutes), dénonce les théories du complot en général et celles de Thierry Meyssan en particulier[59].

La presse française est très virulente envers Thierry Meyssan. Le 10 septembre 2011, Laurent Joffrin qualifie Thierry Meyssan de négationniste dans l'Obs[60]. En 2012, L'Express qualifie Thierry Meyssan d'« assadolâtre certifié », qui « pérore sans désemparer sur les plateaux d'Al-Manar, la chaîne du Hezbollah libanais, ou de la télévision d'État syrienne, où il lui arrive d'accuser nommément tel reporter parisien de jouer les espions pour les services français ». Le journal résume à cette occasion le discours de Meyssan de « logorrhée délirante et narcissique » d'un homme dont le cas « relève au mieux de la psychanalyse »[39]. Le 17 avril 2015, l'hebdomadaire L'Express qualifie Thierry Meyssan de « maître à fausser »[61].

Thierry Meyssan est critiqué par BFM TV pour « manipulation » d'une photo montrant la rencontre entre le sénateur John McCain et, selon lui, Abou Bakr Al-Bagdadi, le chef de l'État islamique, alors que l'image montre, selon BFM TV, non pas le soi-disant chef de Daech mais un traducteur dénommé Abou, habitant la banlieue d'Alep (en fait les interlocuteurs du sénateur américain sont cinq commandants rebelles venant de différentes régions de Syrie)[62].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le serment d'allégeance de Thierry Meyssan aux mollahs, Conspiracy Watch, 28 février 2010.
  2. Voir dédicace de L'Effroyable Imposture 2.
  3. Jean Birnbaum, Raphaël Chevènement, La Face visible de l'homme en noir, Stock, 2006, 216 p., chap. 1 (« Thierry Meyssan, ou la télévision "sous influence" »)
  4. La Vie, no 2124, 15 mai 1986.
  5. a et b Nicolas Chevassus-au-Louis, Théories du complot, on nous cache tout, on nous dit rien (livre numérique Google), Éditions First, Paris, 2014, 151 p. (« Le cas Meyssan »)
  6. Thierry Meyssan : le Réseau contre les réseaux, sur le site de Transfert.net, consulté le 23 mars 2010.
  7. a b et c Qui est vraiment Thierry Meyssan ?, ProChoixNews, 6 mai 2005, consulté le 27 mars 2015.
  8. « Existe-t-il un lobby gay en France ? », Rebel, avril 1993.
  9. « Le Parlement européen et les Gays », Rebel, août 1993.
  10. Source : Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT, Fonds Thierry Meyssan, Dossier « Statut du personnel des organisations gouvernementales ». Comprend les correspondances auprès d'une centaine d'organisations intergouvernementales, notamment les agences de l'ONU. Porte principalement sur l'égalité du statut du conjoint par rapport aux couples mariés (indemnités d'expatriation, accès au comité du personnel (restaurant d'entreprise, cours de langues, etc.) et la création d'associations de personnels
  11. Journal Officiel, 2 mars 1994.
  12. a et b - Patrick Rogel, Interview de Thierry Meyssan, IBnews, avril 2002.
  13. Jacqueline Remy, Le charlatan de l'info, L'Express, 14 mars 2005.
  14. Guillaume Weill-Raynal, Les nouveaux désinformateurs (livre numérique Google), Armand Colin, 2007, 224 p. (« Trois cas de "maillon faible" ») : « les radicaux de gauche [...] comptent néanmoins dans leur rang depuis 1994 un secrétaire national nommé... Thierry Meyssan, toujours en fonction aujourd'hui ».
  15. Boris Thiolay, Conspirationnisme : Thierry Meyssan, le maître à fausser, L'Express (en ligne), 17 avril 2015.
  16. « Comité national de vigilance contre l'extrême droite : des réponses communes » - Thierry Meyssan, L'Humanité Dimanche, 25 septembre 1997.
  17. a et b "Les impostures du Réseau Voltaire", Politis, 5 février 2015.
  18. Ariane Chemin, "La mobilisation laïque et républicaine des anti-Clovis", Le Monde, 26-27 mai 1996.
  19. Renaud Lecadre, "Des amis dans la presse", Libération, 17 novembre 2008.
  20. « La même rhétorique que le négationnisme », Libération, 30 mars 2002
  21. « Le terme "révisionniste" s'applique bien à Meyssan », L'Obs, 9 décembre 2013.
  22. Guillaume Dasquié et Jean Guisnel, L'Effroyable Mensonge : thèse et foutaises sur les attentats du 11 Septembre, Paris, Découverte, (ISBN 2-707-13825-8).
  23. Fabrice Tassel, "L'embarrassant commissaire des renseignements généraux", Libération, 7 décembre 2002.
  24. Piotr Slomar, "Un commissaire écroué dans une affaire de transmission de renseignements", Le Monde, 24 janvier 2006.
  25. a et b "« Gorge profonde » était un informateur de Thierry Meyssan", Conspiracy Watch, 28 octobre 2008.
  26. Émission Tout le monde en parle : courrier à France 2, La Lettre du CSA, no 151, avril 2002.
  27. (en) « Call for probe into terror attacks », in Gulf News, 9 avril 2002.
  28. Nombreux articles en langue arabe. En anglais, voir « (en) French author calls for probe into September 11 attacks » in Khaleej Times.
  29. (en) Stephen E. Atkins, The 9/11 Encyclopedia, ABC-Clio éd. 52011), p. 125.
  30. Cité dans le dossier de la revue Popular Mechanics « Debunking 9/11 Lies », mars 2005. Il est possible que cette statistique établie par les attachés d'ambassade cumule les versions en plusieurs langues de certains livres.
  31. Abel Mestre et Caroline Monnot, « Comment un ancien du GUD fait la promo de la Syrie », Droite(s) extrême(s),‎ (lire en ligne).
  32. - Christophe Forcari, Dieudonné, côté obscur, Libération, 2 janvier 2009.
  33. Un humaniste dans la Résistance, voltairenet.org, seconde partie, 30 août 2008.
  34. Source : Al-Manar, émission Le Discours de l'heure, 6 juillet 2007.
  35. Le débat télévisé sur le site de la chaîne.
  36. « Que s'est-il passé le 11 septembre ? », Kanal Pervyi, 12 septembre 2008.
  37. Vincent Cocquebert, « Dans le role du Meyssan », Technikart, no 129,‎ (lire en ligne).
  38. Hala Kodmani, « Des réseaux français au service de la Syrie », Libération,‎ (lire en ligne).
  39. a et b Vincent Hugeux et Hala Kodmani, « Syrie: la légion française d'Assad », L'Express,‎ (lire en ligne).
  40. Emmanuel Berretta, Dieudonné, le possédé de l'« antisionisme », Le Point, 7 mai 2009.
  41. Abel Mestre et Caroline Monnot, « Les amis de Dieudonné disent “merci” à M. Guéant », Le Monde, 5 mai 2009.
  42. http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2010/11/01/lecrivain-yann-moix-la-petition-et-les-negationnistes/.
  43. Libye : quand Meyssan vole au secours de Kadhafi, Jeune Afrique, 11 août 2011
  44. La guerre en Libye relance les délires complotistes, Le Point, 3 septembre 2011
  45. Pierre Haski, Syrie : quand le général dissident était l’ami de Dieudonné, Rue89, 29 juillet 2012.
  46. (en) DEFC to present latest productions at Cannes Film Market, Tehrantimes.com, 2 mai 2011 : « The political documentary “The 9/11 Black Box” by director Mohammadreza Eslamlu refers to the term ‘9/11 black box’, which was frequently used by President Mahmoud Ahmadinejad in his speech at the UN headquarters in New York. / The film is about a committed Iranian documentarian named Mohammad who has an apocalyptic view toward contemporary events that are happening in the world. Accompanied by the French journalist and political activist Thierry Meyssan, Mohammad tries to make a documentary according to Meyssan’s research on 9/11 ».
  47. Clarisse Fabre, « L'Iran introduit Dieudonné en catimini au Festival », Le Monde, 24 mai 2012 : « Dans The Black Box, Thierry Meyssan joue son propre rôle, dénonçant le pouvoir des États-Unis et d'Israël. En février 2011, le film avait été sélectionné au Festival international du film de Fajr, en Iran : M. Meyssan y avait reçu un "prix spécial des droits de l'homme" ».
  48. Romain Guibert, « Thierry Meyssan, l'ami français de Bachar el-Assad », Le Point, no 2138, semaine du 5 septembre 2013.
  49. (it) Zero, Perché la versione ufficiale sull'11/9 è un falso, collectif, Piemme, 2007. Le livre n'a pas été vendu en librairie, mais sous forme de coffret avec DVD, en kiosque. Il ne dispose donc pas d'ISBN, bien qu'il ait été diffusé à 42 000 exemplaires.
  50. « Si j’avais plié, je n’aurais pas eu à partir », entretien publié par le Réseau Voltaire, le 13 octobre 2008.
  51. (ru) Article original de la revue Profil no 23 du 16/06/2008 : ОПЕРАЦИЯ САРКОЗИ (Opération Sarkozy)
  52. Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française
  53. Source : (ru) Кто убил Рафика Харири.
  54. « Charlie Hebdo : les premières réactions complotistes », Conspiracy Watch, 7 janvier 2015
  55. Antonio Fischetti, « Conspirationnistes et djihadistes, même combat », Charlie Hebdo, no 1180,‎ , p. 8 Document utilisé pour la rédaction de l’article
    « Dès le 7 janvier, Thierry Meyssan développait une brochette d'arguments, plus farfelus les uns que les autres. »
    « Argument loufoque, qui ne pouvait naître que dans la cervelle de cet ami du Hezbollah. »
  56. « Dossier - L'imposture Thierry Meyssan », Conspiracy Watch, consulté le 2 janvier 2015.
  57. 9/11 : Tous manipulés !, soirée Théma du 13 avril 2005, composée de deux documentaires à charge et d'un débat.
  58. Selon le dossier de presse fourni par son éditeur, daté de juillet 2007.
  59. Première diffusion sur Arte le .
  60. « Pourquoi les complotistes sont des ennemis de la démocratie », L'Obs, 10 septembre 2011
  61. « Conspirationnisme : Thierry Meyssan, le maître à fausser », L'Express, 17 avril 2015.
  62. Le sénateur John McCain aux côtés des chefs rebelles, sur le site JDS, 27 mai 2013 : « He spent about an hour meeting with five different rebel commanders who came from all over Syria [...] ».
  63. Photo Pentagate [PDF].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]