François Desouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Desouche
Importez le logo de ce site Web
Importez le logo de ce site Web

URL www.fdesouche.com
Commercial Non
Publicité Sans
Type de site Blog d'actualité
Langue(s) Français
Inscription Gratuite, facultative
Siège social New Delhi (siège allégué)
Drapeau de l'Inde Inde
Propriétaire Tilak Raj (propriétaire allégué)[1]
Lancement 2005
État actuel En activité

François Desouche ou Fdesouche est un blog d'actualité de langue française d'inspiration identitaire et classé à l'extrême droite, qualifié de « très influent » par Arrêt sur images[2] et de « premier blog politique en France » par Le Figaro[3]. Produisant lui-même très peu de contenu, Fdesouche est essentiellement une revue de presse actualisée en continu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site a été lancé en 2005 sous la forme d'un blog individuel racontant la vie d'un « Français de souche » à Paris. En 2006, il se tourne vers une vision plus large de l'actualité politique. Ainsi, il constitue depuis cette date et avec l'aide de ses lecteurs une revue de presse du Web et d'émissions télévisées consacrée aux questions d'« identité, [d']immigration et [d']idéologie multiculturelle »[4]. Il a fait de la vidéo l'une de ses formes majeures de diffusion de l'information, en s'appuyant sur des sites comme YouTube, Dailymotion et RuTube.

Au sujet de l'affaire de l'agression d'un professeur à Porcheville en avril 2006[5] il fait partie des sites Internet ayant hébergé la vidéo (Happy slapping). Il s'est également fait connaître en diffusant la bande vidéo d'un vol, accompagné de violences et d'insultes francophobes[6],[7],[8], survenu en décembre 2008 dans un bus de nuit[9].

Le 21 octobre 2009, François Desouche est interviewé par le site d'informations Le Post selon lequel le blog est à l'origine de la polémique sur le livre de Frédéric Mitterrand, La Mauvaise Vie. Interrogée par Rue89, Marine Le Pen déclare être une lectrice régulière de fdesouche.com[10], comme d'autres (par exemple, la journaliste Élisabeth Lévy[8] ou l'homme politique suisse Oskar Freysinger, qui s'est directement adressé aux lecteurs de Fdesouche[11]), et avoir relayé sur France 2 les extraits du livre publiés par le blog[12].

Responsables du site[modifier | modifier le code]

François Desouche serait détenu par un Indien dénommé Tilak Raj[1],[13]. Le directeur de publication présumé, ou l'un de ses principaux collaborateurs, est présenté par certaines personnes comme étant un nommé Pierre Sautarel[14]. Ce dernier a été soupçonné par la justice (dans le cadre d'une procédure concernant une plainte pour diffamation qui aurait été déposée par un dirigeant de France terre d'asile) d'être l'administrateur de fait du site.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le blog est principalement une sélection d'articles, d'extraits de reportages ou de documentaires empruntés à des médias généralistes[4]. Aucune opinion n'est clairement exprimée par les auteurs[4]. Des articles sur des sujets de société et les traditions françaises sont aussi rédigés. Les problèmes liés à l'immigration, à certaines pratiques de l'islam, les violences urbaines ou les questions d'éducation sont les thèmes majeurs du blog[4].

Outre le blog principal, un blog économique et écologique Fortune a ouvert courant 2009, un forum (fermé au bout de quelques mois) en 2011, ainsi qu'un blog historique, Fdesouche Histoire, en 2012.

Positionnement[modifier | modifier le code]

Ce blog s'inscrit dans la mouvance identitaire. Pour l'émission de critique des médias Arrêt sur images, « ce blog est en ce moment l’un des principaux fournisseurs d’argumentaires d’extrême droite qui essaiment dans les forums les plus variés du Net[15] ». En 2009, le blog est présenté comme un site d'extrême droite[16] par des médias nationaux en raison de la diffusion de la vidéo de l'agression d'un jeune homme dans un bus parisien[9].

Le créateur du blog a choisi de garder l'anonymat et de faire héberger son site en Suède. Le site web d'actualité Le Post, dans une enquête d'octobre 2009, affirme l'existence de liens entre le site et des personnalités se positionnant à l'extrême droite[17]. Dans le même article, il est supposé que le créateur du site est Joris (ou Pierre) Sautarel[17],[18], ancien webmestre du site du Front national[19] et suppléant de Marie d'Herbais, candidate de ce même parti aux élections législatives de 2007 dans la deuxième circonscription de Seine-et-Marne. Afin d'assurer son financement, le site Fdesouche renvoie vers le site de l'entreprise commerciale "Esprit de clocher" par l'intermédiaire d'une bannière placée en en-tête[20].

Les gestionnaires du site ne se définissent pas comme des partisans de l'extrême droite et répondent à leurs détracteurs dans une tribune publiée sur leur blog[21].

Audience[modifier | modifier le code]

En 2009 le blog affirme[22] recevoir environ 80 000 visiteurs uniques par jour[23],[24],[25].

En février 2009, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) estimait[Comment ?] que ce site était plus fréquenté que ceux du Parti socialiste (PS) et de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)[26].

Actualité[modifier | modifier le code]

Le site fait l'objet de deux plaintes : l'une de l'association France terre d'asile via son président Pierre Henry, et l'autre de Arezki Dahmani, ancien président de l'université de Toulon et de l'association France plus[27].

Suspecté d'en être le directeur de publication, Pierre Sautarel a été mis en examen le 1er février 2012 pour diffamation publique envers Pierre Henry[28]. En mars 2012, Il passe ensuite sous statut de témoin assisté dans l'affaire Dahmani.

En juillet 2015, il est convoqué au commissariat et fait l'objet d'une perquisition pour avoir placé un lien vers un article critique à l'égard de Pierre Bergé[29],[30]. Emmanuel Pierrat, l’avocat de Pierre Bergé, précise que la simple présence d'un lien hypertexte « nous permet tout de même de le poursuivre comme s’il avait publié l’intégralité du texte »[31]. Plusieurs élus du Front national expriment leur soutien sur les réseaux sociaux[32].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mentions légales », Fdesouche.
  2. « Qui en veut à F. Desouche ? Mystérieuse suspension du site d'extrême-droite mercredi », Arrêt sur images, 28 octobre 2010.
  3. le figaro.fr, avril 2012
  4. a, b, c et d David Doucet, Vincent Glad, « Sortons Fdesouche du ghetto », Slate, .
  5. http://www.liberation.fr/societe/2007/06/27/happy-slapping-a-porcheville-le-videaste-condamne-a-un-an-de-prison_13656
  6. « Sale Français » (AFP, « Vidéo de l'agression dans un bus : la victime réfute tout caractère raciste », 10 avril 2009) ou « Français de merde » (François, « Questions ouvertes à propos de la vidéo du bus », fdesouche.com, 8 avril 2009
  7. Google, AFP, « Video de l'agression dans un bus: la victime réfute tout caractère raciste » ou reprise par Le Point, « Video de l'agression dans un bus: la victime réfute tout caractère raciste », le 10 avril 2009.
  8. a et b « Cachez-nous donc ce bus que nous ne saurions voir », Causeur.fr, 10 avril 2009.
  9. a et b « Violences : Agression dans un bus : la vidéo et la polémique », LCI, 8 avril 2009, à partir de 00:53.
  10. Peggy Corlin et Augustin Scalbert, « Un verre avec les extrémistes de la “réacosphère” », Rue89, 5 juillet 2008.
  11. Message d'Oskar Freysinger aux lecteurs de fdesouche, sur le site Fdesouche, le 19 décembre 2010.
  12. « Fachosphère : comment le blog Fdesouche catalyse les buzz », Le Post, 21 octobre 2009.
  13. Ch.-L. Usbek, « “Affaire Fdesouche” : rencontre avec Tilak Raj, le webmaster de Fdesouche.com », Novopress, 4 mars 2012
  14. [1], Les Inrocks.
  15. « La fachosphère à l’assaut du Net », Arrêt sur images, octobre 2008.
  16. France 3 : Édition nationale
  17. a et b « Le blogueur François Desouche roule-t-il pour le Front national ? », Le Post, octobre 2009.
  18. Gilles Klein, « Le blogueur d'extrême droite François Desouche identifié ? », 31 octobre 2009, sur arretsurimages.net.
  19. « Quand la webcampagne chamboule la com’ politique », Marianne 2, 23 novembre 2006.
  20. En bas de la page d'accueil du site www.espritdeclocher.com (accessible depuis le site Fdesouche), en cliquant sur les conditions générales de vente, l'internaute accède à la page Conditions générales de vente, où il est écrit "Les présentes conditions de vente sont conclues d'une part par Esprit de Clocher dont le siège social est à Levallois-Perret, immatriculée au registre du commerce de Nanterre sous le numéro A 437 710 502 et d'autre part, par toute personne physique ou morale souhaitant procéder à un achat via le site Internet « Esprit de clocher ” dénommée ci-après “ l'acheteur ”...." . En se basant sur le numéro SIREN, il ressort que le nom de l'entreprise qui utilise le nom commercial "Esprit de Clocher" est "Pierre Sautarel". Sa forme juridique est celui d'une "affaire personnelle commerçant" Sautarel Pierre à Levallois-Perret sur societe.com
  21. Petit bilan de fin d’année...
  22. Le Post : La fréquentation du blog de François Desouche remise en question
  23. « Souscription pour F.Desouche ? Pas gagné ! », arretsurimages.net, 23 décembre 2009
  24. Source : statcounter
  25. [2]
  26. « Les “cyberactivistes” d'extrême droite ont fait d'Internet leur nouveau terrain de jeu », Le Monde, 9 mars 2010.
  27. http://www.lesinrocks.com/2012/02/11/actualite/le-responsable-presume-de-fdesouche-mis-en-examen-112697/
  28. David Doucet,« Pierre Sautarel mis en examen le 1er février »,Les Inrockuptibles, .
  29. Haro sur Fdesouche !, bvoltaire.fr, 29 juillet 2015
  30. [http://www.fdesouche.com/631451-fdesouche-perquisition-chez-pierre-sautarel-smartphone-et-materiel-informatique-saisis
  31. Pierre Bergé contre Fdesouche, les liens de la diffamation, ecrans.liberation.fr, 30 juillet 2015
  32. «Je suis Charlie» détourné au FN pour soutenir le site FdeSouche, lefigaro.fr, 28 juillet 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]