Ermites de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ermites de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel
Image illustrative de l'article Ermites de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel
Ermites du Carmel
Type Ordre mendiant
Création XIIe siècle (il y a 806 ans)
Reconnaissance canonique 1226, et définitivement en 1274
Fondateur(s) Saint Berthold, Saint Brocard, Albert de Jérusalem
Spiritualité Carmélitaine, Contemplative
Liste des ordres religieux

Les Ermites de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel sont une branche de l'ordre des Grands carmes. L'Ordre du Carmel, originellement composé de moines ermites, a évolué au XIIIe siècle vers une communauté monastique de frères mendiants. À la fin du XXe siècle, des carmes décident de renouer avec le mode de vie érémitique originel et fondent en 1991 un premier ermitage aux États-Unis. Cette famille érémitique compte aujourd'hui une dizaine de commuautés. Ces communautés érémitique sont placées sous l'autorité du Prieur général des Grands carmes. Notre Dame du Mont-Carmel est la principale sainte patronne de ces communautés.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les Ermites de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel[1],[2] sont une branche de l'ordre des Grands carmes, qui étaient originellement des moines ermites mais dont l'ordre a été réorganisé en communauté monastique de frères mendiants durant le XIIIe siècle (suite au départ des ermites vers l'Europe)[3],[4]. Les frères carmes (Grands carmes) de l'Ordre du Carmel ne sont pas considérés comme étant des moines, au même titre que les carmélites cloitrées[5]. Cependant, les Carmes ermites sont une nouvelle communauté d'hommes ou de femmes, vivant dans la clôture d'un couvent, suivant l'ancienne vie monastique des premiers carmes, sous l'autorité du Prieur général des Carmes (Grands carmes). Notre Dame du Mont-Carmel est la principale sainte patronne de ces communautés carmélites.

À la fin du XXe siècle, certains Carmes ont souhaités revenir à la vie érémitique-contemplative d'origine. En 1991, nait une première communauté de "Carmes Ermites" au Texas (États-Unis). Une autre suivra dans le Minnesota[6]. Ces communautés sont placées sous la direction du prieur général des Carmes. D'autres suivent alors leur exemple : un ermite vient s'installer dans une chapelle à Villefranche-de-Rouergue (France). Il existe également d'autres ermitages qui sont placés sous la supervision directe de certaines provinces carmélitaines :

  • Ermitage du Mont Carmel (Florence, États-Unis);
  • Ermitage Carmelitain (Sedaeng, Indonésie);
  • Ermitage Notre Dame del Granato (Capaccio-Paestum, Italie);
  • Ermitage Hornachuelos (Cordoue, Espagne).

Ils sont habités par un ou deux ermites.

La vie érémitique[modifier | modifier le code]

Les deux communautés américaines mènent une vie contemplative exclusivement consacré à la prière (individuelle et communautaire), l'étude biblique et le travail manuel. Les ermites suivent la règle primitive du Carmel donné par saint Albert de Jérusalem aux ermites du Mont Carmel en 1209. Leur vie érémitique consiste à vivre chacun dans sa cellule, retiré du monde, et méditer jour et nuit la parole de Dieu[6].

La structure des couvents de carmes ermites est essentiellement celle des monastères ou laure, très semblables à ceux des Chartreux ou des Camaldules. Chaque ermite, en effet, vit dans une cellule avec une chambre à coucher, salle de bains, bureau, un oratoire pour la prière et éventuellement un potager[7]. Au centre entre les différentes cellules se dresse la chapelle ou à l'église. Habituellement, les ermites dînent seuls. Les activités communautaires sont surtout liturgique, en particulier la messe.

Les carmes de Lake Elmo ont aussi redécouvert l'ancien rite carmélitain, appelé le Rite du Saint-Sépulcre, et ont reçu la permission du Prieur général de suivre ces textes, qui ont été traduit en anglais.

Communautés érémitiques sous l'autorité du Prieur Général (Grands Carmes)[modifier | modifier le code]

Une Carmélite lisant dans la cellule de son couvent (un carmel ou un ermitage).

Communautés de Frères[modifier | modifier le code]

Communautés de Carmélites[modifier | modifier le code]

Voir Aussi[modifier | modifier le code]

Liens Externes[modifier | modifier le code]

(en) Hermitical Communities sur le site Order of Carmelite (site de l'ordre des Grands carmes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hermitical Communities », sur THE ORDER OF CARMELITES, www.ocarm.org (consulté le 1 octobre 2013)
  2. (en) « About the Hermits », sur Carmelite Hermitage of the Blessed Virgin Mary, www.decorcarmeli.com (consulté le 1 octobre 2013)
  3. (en) « The Early Hermits of Mount Carmel », sur Blog by The Sea, blog-by-the-sea.typepad.com,‎ (consulté le 1 octobre 2013)
  4. E. Friedman; The Latin Hermits of Mount Carmel: A Study in Carmelite Origins. Rome, 1979.
  5. Les Grands carmes ne vivent pas cloitrés dans leur couvent et ont souvent des missions apostoliques à l'extérieur de leur couvent.
  6. a et b (es) « Ermitaños de la Bienaventurada Virgen María del Monte Carmelo », sur Divinas Vocaciones Religiosas, divinavocacion.blogspot.pt,‎ (consulté le 5 octobre 2013)
  7. (en) « Our Life », sur Hermits of the Blessed Virgin Mary of Mount Carmel, www.carmelitehermits.org (consulté le 5 octobre 2013)


Sources[modifier | modifier le code]

Traductions des articles en:Hermits of the Most Blessed Virgin Mary of Mount Carmel et it:Eremiti della Beata Vergine del Monte Carmelo.