Reworld Media

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Reworld Media
logo de Reworld Media

Création 2012
Fondateurs Pascal Chevalier
Forme juridique Société anonyme
Slogan influence engage amplify
Siège social 8, rue Barthélémy Danjou, 92100 Boulogne-Billancourt
Drapeau de France France
Direction Pascal Chevalier, Gautier Normand
Activité médias, presse, hors-presse
Site web reworldmedia.com

Reworld Media est un groupe de média français, créé en 2012 par Pascal Chevalier.

Le groupe, créé en 2012, a été construit par une succession d’acquisitions dans le secteur des médias. Il est le premier groupe de presse magazine français en nombre de journaux détenus depuis le 31 juillet 2019.

En 2019, le groupe revendique 500 collaborateurs dans le monde, une présence dans 11 pays et un chiffre d'affaires d'à peu près 200 millions d'euros[1].

Dans un secteur de la presse en crise, le groupe est cependant critiqué pour ses acquisitions et ses méthodes, privilégiant au travail journalistique la publication de contenus jugé commerciaux et « faciles ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe a notamment acquis en février 2013, Marie France auprès du groupe Marie Claire[2], et, en avril 2014, certains titres du groupe Lagardère Active, via le consortium 4B Media constitué avec le groupe Rossel[3],[4].

La société est cotée depuis le 16 juin 2014 sur NYSE Euronext Paris[réf. nécessaire].

Le 5 mars 2015, la société devient le premier actionnaire de Tradedoubler en prenant une participation de 19% dans la société[5].

Après le rachat par Reworld Media, 90 % des équipes des magazines, dont Marie-France et Be, en sont parties en faisant jouer leur clause de cession [6]. Depuis de nombreux recrutements ont été réalisés dans des secteurs comme le digital ou la production vidéo sous la marque Atelier b.

En septembre 2018, le groupe entre en négociations exclusives avec Mondadori, pour la vente de plusieurs dizaines de titres dont Auto Plus, Grazia, Biba, Modes et Travaux, Closer, Télé Star et Science et Vie, ce qui en ferait le premier groupe de presse français[7].

Le 18 février 2019, le groupe annonce avoir émis une offre de rachat sur Mondadori France pour la somme de 70 millions d'euros[8].

Le 30 juillet 2019, Reworld annonce avoir signé une offre d'achat dans le but d'acquérir Sports.fr et Football.fr, deux sites internet traitant de la thématique sports et appartenant au groupe Lagardère[9],[10].

Le 31 juillet 2019, le groupe rachète Mondadori France, qui possède notamment les revues Grazia, Closer et Science & Vie, faisant de celui-ci, le premier groupe de presse magazine français en nombre de journaux détenus [11],[12]. Le syndicat du journal dénonce « un passage en force » car une décision de justice était encore en cours du tribunal de grande instance de Nanterre, celui-ci avait jugé que le groupe Reworld n'avait pas consulté les salariés de Mondadori France, conformément à la loi française[13].

Les marques du groupe[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

E-commerce[modifier | modifier le code]

  • Eat your Box
  • Coffret Gourmand
  • Gourmand Market
  • Boutique Marie France

Événementiel[modifier | modifier le code]

  • Reworld Media Live

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Reworld Media Ventures fonds doté d'un capacité de financement de 20 millions d'euros
  • Atelier b société de production vidéo[14]
  • Content Squad société de production de contenus[15]
  • Tradedoubler spécialiste du marketing à la performance[16]
  • Leads Lab
  • Emailling Network
  • Jungle Native
  • R advertising
  • Zoom On
  • Test de Produits
  • Try & Review

Critiques[modifier | modifier le code]

Le groupe est critiqué par plusieurs journalistes, notamment sur ses méthodes de travail et son désintérêt pour le journalisme[17],[18].

Selon Justine Brabant d'Arrêt sur images, le groupe demande des quotas d'articles à écrire par jour et par mois ainsi que des contenus « junk news » (facile, piège à clic), privilégiant la quantités à la qualité[11]. La journaliste décrit le groupe comme « le cauchemar de l'avenir du journalisme ». Lorsqu'il rachète un média, il inciterait les journalistes avec une carte de presse à utiliser la clause de cession. D'après un ancien rédacteur en chef du groupe, ce dernier essayerait de s'en débarrasser car ils auraient trop de droits par rapport aux pigistes et aux stagiaires[12]. Ceux-ci seraient payés sous le statut d'autoentrepreneurs et non de journalistes. Un modèle économique axé principalement sur des articles promotionnels financés par des marques (« brand content ») avec des articles commandés à la rédaction directement par la régie publicitaire.

Un ancien journaliste critique la rémunération sous ce statut dans Libération[7] : « On me rémunérait 800 euros pour faire vingt contenus dans le mois. »

Le groupe demanderait à ses journalistes de mettre de la publicité cachée dans leurs articles[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « We are Reworld Media »,
  2. Philippe Larroque, « Marie Claire se déleste du mensuel Marie France », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  3. Le Monde du 2 avril 2014.
  4. Reworldmedia.com, 2 avril 2014.
  5. « [INFO FRENCHWEB] Reworld Media devient le premier actionnaire de Tradedoubler », sur FrenchWeb.fr, (consulté le 15 août 2019)
  6. « Presse magazine : grande braderie, grande inquiétude », France Inter,‎ (lire en ligne)
  7. a et b « Reworld : «Un conseil : ne bossez jamais pour eux» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2018).
  8. « Reworld Media confirme le rachat de Mondadori France », sur Investir (consulté le 19 février 2019)
  9. « Reworld souhaite racheter deux sites internet de sport à Lagardère », sur FIGARO, (consulté le 30 juillet 2019)
  10. Zone Bourse, « Reworld Media : offre pour deux sites sportifs de Lagardère | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le 30 juillet 2019)
  11. a b et c « Chez Reworld Media, "le journalisme, c'est un prétexte pour gagner de l'argent" », sur LExpress.fr, (consulté le 15 août 2019)
  12. a b et c « Reworld, ou le cauchemar de l'avenir du journalisme - Par Justine Brabant | Arrêt sur images », sur www.arretsurimages.net (consulté le 15 août 2019)
  13. « Reworld Media finalise l'acquisition des magazines français de Mondadori », sur Stratégies, (consulté le 15 août 2019)
  14. « REWORLD MEDIA LANCE ATELIER.B, UNE ENTITÉ DÉDIÉE À LA PRODUCTION VIDÉO », dirigeant.com,‎ (lire en ligne)
  15. « Production de contenus : Reworld Media lance Content Squad », CB News,‎ (lire en ligne)
  16. « Production de contenus : Pascal Chevalier: Avec TradeDoubler, Reworld Media change de dimension », CB News,‎ (lire en ligne)
  17. « «Grazia» : lettre ouverte à Pascal Chevalier, président de Reworld Media Group », sur Libération.fr, (consulté le 15 août 2019)
  18. « Reworld Media snobe la crise », sur Stratégies, (consulté le 15 août 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]