East Angus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

East Angus
Blason de East Angus
East Angus
Parc des Deux Rivières
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Estrie
Subdivision régionale Le Haut-Saint-François
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Lyne Boulanger
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Angussien, ienne
Population 3 872 hab.[1] (2018)
Densité 494 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 00″ nord, 71° 40′ 00″ ouest
Superficie 784 ha = 7,84 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire Heure de l'Est
Indicatif +1 819, +1 873
Code géographique 41060
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
East Angus

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
East Angus

Géolocalisation sur la carte : Estrie

Voir la carte administrative d'Estrie
City locator 14.svg
East Angus

Géolocalisation sur la carte : Estrie

Voir la carte topographique d'Estrie
City locator 14.svg
East Angus
Liens
Site web Site officiel

East Angus (prononcé [istε̃gys], c'est-à-dire Ist Ingusse) est une ville située dans la MRC du Haut-Saint-François, en Estrie, au Québec, au Canada[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Au confluent de la rivière Saint-François et Eaton, East Angus est la deuxième ville en importance de la MRC.

Histoire[modifier | modifier le code]

East Angus a été érigée en municipalité distincte le . Si la population était majoritairement anglophone lors de l'arrivée des premiers colons, l'arrivée de Canadiens-français au cours du XXe siècle a fait d'East Angus une ville majoritairement francophone. Selon le recensement de 2006, seulement 4 % de la population est anglophone[3].

La ville doit son nom à William Angus, un industriel prospère d’origine écossaise qui décida qui y fit construire un moulin à scie et une papeterie en 1881[4]., après un séjour dans la région, de construire une usine de pâtes et papiers aux abords de la rivière Saint-François. Maintes fois transformée et modernisée depuis sa fondation, la compagnie Cascades l’acquiert en 1983 et ferme la papetière en septembre 2014, l’entreprise conclu une entente afin de vendre ses actifs de fabrication et de transformation de carton plat à Graphic Packaging. La cartonnerie de East Angus emploie aujourd’hui environ 90 travailleurs.

Épousant toujours les rives de la rivière Saint-François à une vingtaine de kilomètres de la ville de Sherbrooke, au sud-ouest du Québec, East Angus s’est toutefois étendue dans les terres pour englober un territoire plus vaste et plus riche que jamais.

Conflit de travail[modifier | modifier le code]

Brompton Pulp & Paper Company, 1930

L'usine de pâtes et papiers a été l'hôte de plusieurs conflits de travail qui ont marqué l'histoire syndicale au Québec.

Le Québec débute sa Révolution tranquille au tournant des années 1960 et la société québécoise se transforme rapidement. La montée du mouvement indépendantiste avec les bombes du FLQ, les manifestations violentes contre toute forme d’oppression et les nombreuses grèves deviennent rapidement la norme dans cette société en ébullition. En 1968, plus de 160 grèves éclatent au Québec, dont celles des usines Domtar d'East Angus et de Windsor. Ce conflit de travail à East Angus va marquer profondément l'histoire de la ville, normalement paisible.

À East Angus et à Windsor, les négociations entre la compagnie Domtar et les syndicats achoppent et provoque une grève violente. Les 1200 employés des deux usines déclenchent une grève le . Celle-ci sera longue, violente et difficile. L'impasse dans les négociations est liée aux conditions salariales. Alors que Domtar offre une augmentation de 18 cents l'heure, le syndicat en demande 53 cents. À l'usine Kruger de Bromptonville, une nouvelle convention collective est signée dans laquelle les employés obtiennent 53 cents d'augmentation salariale l'heure.

La compagnie Domtar refuse de négocier malgré la diminution des demandes syndicales syndicat à 35 cents. Le refus de s’asseoir à la table des négociations provoque l’enlisement du conflit et la grève s’éternise pendant plusieurs mois. Le député de Compton, Claude Gosselin, alors ministre des Terres et des Forêts, propose alors sa médiation pour régler le conflit. C’est un échec. Devant la longueur des négociations, Domtar menace de fermer les deux usines alors que le syndicat exige que le gouvernement mette au pas la compagnie. L’affrontement

Compagnie de pâte et papier Brompton, East Angus.

Durant la grève, de juillet 1968 à janvier 1969, les villes de Windsor et d'East Angus sont presque complètement paralysées, Domtar étant le plus important employeur. La tension se faisant grandissante, des épisodes violents deviennent inévitables. À la fin juillet, une injonction est émise pour empêcher les syndiqués de bloquer l’entrée de l’usine aux mécaniciens, contremaîtres et gardiens de sécurité. À la mi-août, des voitures de contremaîtres sont vandalisées. Lors d’une manifestation, les grévistes pénétrèrent à l’intérieur de l’usine d’East-Angus et l’occupent pendant quelques heures tout en étant armés. Le 16 septembre, deux gardiens de la Pinkerton sont blessés dans une violente manifestation parce qu’ils sont entrés dans l’usine. Les syndiqués en furie marchent alors sur la ville et sont accompagnés par des sympathisants.

C’est plus de 300 personnes armées de bâtons qui se dirigent vers le poste de police et l’hôtel de ville. On accuse les policiers municipaux d’être à la solde de la Domtar et le maire d’East Angus d’être un scab. En effet, celui-ci est un contremaître de l’usine et n’a pas respecté les lignes de piquetage. La foule tombe alors sur la brigade anti-émeute de la Sûreté du Québec (78 policiers) qui protègent la poste et l’hôtel de ville. Après les négociations, la brigade quitte les lieux et la foule se calme évitant de poser des actes regrettables. Le pont d’East Angus fut même bloqué par les grévistes à un certain moment. Le gouvernement ordonne alors la tenue d’une enquête sur la situation de l’industrie des pâtes et papiers.

Le 21 janvier 1969, les travailleurs entérinent la convention collective à 70 %. De nombreux travailleurs sont néanmoins insatisfaits de l’entente finale. La promesse de ne pas être poursuivis au criminel pour les actes de vandalisme a été l'élément central de l'entente. Domtar accorde finalement une augmentation de 30 cents l’heure. Le syndicat est condamné à 19 000 $ d’amende pour outrage au tribunal et versera 20 000 $ en compensation à Domtar pour les dommages causés à ses usines[5].

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[6].

East Angus
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Martin Mailhot Voir
2009 Robert G. Roy Voir
2013 Voir
2016 Lyne Boulanger Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1921 1931 1941 1951 1956 1961 1966 1971 1976
3 8023 5663 5013 7144 2394 7564 9094 7154 417
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016 -
4 0163 7013 6393 6423 5703 3573 7413 659-

Culture et éducation[modifier | modifier le code]

Église Emmanuel United d'East Angus (construction 1899)

Il existe deux salles de spectacle dans la municipalité, lesquelles ont accueilli des artistes populaires du Québec tels que Patrick Norman, Maxim Martin et Jean-Michel Anctil. Le Centre culturel possède une salle pouvant accueillir un peu plus de cent personnes alors que l'auditorium de la Polyvalente Louis-Saint-Laurent peut accueillir plus de 400 personnes.

East Angus compte trois écoles (deux de niveau primaire et une de niveau secondaire). La Polyvalente Louis-Saint-Laurent accueille un peu plus de 800 élèves, de 12 à 18 ans, provenant de toutes les municipalités de la MRC du Haut-Saint-François.

En janvier 2006, des classes de violons et de violoncelles ont été mises sur pied par Mme Isabelle Pomerleau, originaire de East Angus, afin de permettre à tous les enfants de l'école primaire du Parchemin de recevoir cette formation gratuitement.

Sports[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, le hockey est l'un des principaux sports pratiqués dans cette municipalité vu de l'aréna Robert Fournier et de l'association du hockey mineur des hauts st-françois. Les sharks est le nom de leur équipe qui participe à tous les années au tournoi provincial atome pee-wee de East Angus. Il existe également des équipes de soccer pour la saison d'été. De plus, la ville compte également un parcours de golf de 18 trous, le Club de golf East Angus.

Personnalités originaires d'East Angus[modifier | modifier le code]

  • Fernand Robidoux, chanteur (il compte parmi les premiers à enregistrer des chansons originales québécoises) et animateur de radio.
  • Pierre Bourgault, homme politique, essayiste, professeur d'université et animateur de radio.
  • Stéphane Dugal, joueur de hockey professionnel et propriétaire des Chevaliers d'East Angus
  • Claude-Gilles Gosselin, homme politique, ancien ministre des Terres et Forêts dans les cabinets Johnson et Bertrand
  • Donald Thompson, Abbé et homme d'affaires
  • Robin Doyon, Trompettiste solo de l'orchestre symphonique d'Edmonton.
  • Jean Luc Gagnon, Trompettiste à l'OSM et Professeur de trompette à l'Université de Montréal.
  • Bertrand Gosselin, auteur-compositeur-interprète (duo Jim et Bertrand)
Rose des vents Westbury Rose des vents
Westbury N Westbury
O    East Angus    E
S
Westbury

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Décret de population 2018 », sur mamot.gouv.qc.ca, (consulté le 20 mai 2018)
  2. Répertoire des municipalités: East Angus
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées statistiques
  4. Toponymie : East Angus
  5. Pierre Brousseau, Si Domtar m'était conté ! 1968-1985, par l'auteur, East Angus, mars 2001, 351 pages
  6. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]