Teresa de Lauretis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Teresa de Lauretis (née en 1938, à Bologne) est une auteure d'origine italienne et professeure émérite d'histoire de la conscience à l'Université de Californie, Santa Cruz. Elle est l'initiatrice de l'expression « théorie queer ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Teresa de Lauretis a obtenu son doctorat en langues et littératures modernes de l'Université Bocconi de Milan avant de s'installer aux États-Unis. Avant de se joindre au corps professoral de l'Université de Santa Cruz, elle a enseigné dans le Colorado (Université du Colorado) et le Wisconsin (Université du Wisconsin). Elle a occupé des postes de professeure invitée dans plusieurs universités à travers le monde, y compris au Canada, en Allemagne, en Italie et aux Pays-Bas. En 2005, elle a reçu le titre honorifique de docteure en philosophie honoris causa de l'Université de Lund, en Suède.

Domaine de publication[modifier | modifier le code]

Ses domaines d'intérêt comprennent la sémiotique, la psychanalyse, la théorie du cinéma, la théorie littéraire, le féminisme, le lesbianisme et les études queer. Elle a également écrit sur la science-fiction. Parlant couramment l'anglais et l'italien, elle écrit dans les deux langues. En outre, son travail a été traduit en quatorze autres langues.

Teresa de Lauretis a été la première à utiliser l'expression « théorie queer » lors d'une conférence donnée en février 1990 à l'Université de Californie[1]. Elle avait entendu le terme queer être revendiqué par des groupes activistes de New-York vers la fin des années 1980, et a décidé de l'importer dans le milieu académique à des fins volontairement provocatrices, dans le but, notamment, de bousculer le caractère convenu des études gaies et lesbiennes[1]. Elle a néanmoins abandonné l'expression à peine trois ans plus tard, car la théorie queer était désormais appropriée, selon elle, par les forces et institutions dominantes auxquelles cette théorie avait pour but, au départ, de résister[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Teresa de Lauretis, Pascale Molinier et Marie-Hélène Bourcier, Théorie queer et cultures populaires : De Foucault à Cronenberg (27 avril 2007)
  • Teresa de Lauretis et Jacques Brunet-Georget, Pulsions freudiennes. Psychanalyse, littérature et cinéma (29 mai 2010)
  • Teresa de Lauretis, Marie-Claude Thomas, Yan Pélissier et Dominique de Liège, Quid pro quo, no 4, février 2009 (9 mars 2009)
  • (en) Teresa de Lauretis, Figures of Resistance, University of Illinois Press, 2007.
  • (it) Sui generis. Scritti di teoria femminista. Trans. Liliana Losi. Milan: Feltrinelli, 1996.
  • (en) The Practice of Love: Lesbian Sexuality and Perverse Desire. Bloomington: Indiana University Press, 1994.
  • (it) Differenza e indifferenza sessuale. Firenze: Estro Éditrice, 1989.
  • (en) Technologies of Gender: Essays on Theory, Film, and Fiction. Bloomington: Indiana University Press, 1987.
  • (en) Alice Doesn't: Feminism, Semiotics, Cinema. Bloomington: Indiana University Press, 1984.
  • (it) Umberto Eco. Firenze: La Nuova Italia, 1981.
  • (it) La sintassi del desiderio: struttura e forme del romanzo sveviano. Ravenna: Longo, 1976.
  • (en) Feminist Studies / Critical Studies. London: Macmillan, 1988.
  • (en) The Cinematic Apparatus. (co-edited with Stephen Heath). London: Macmillan, 1980.
  • (en) The Technological Imagination: Theories and Fictions. (co-edited with Andreas Huyssen and Kathleen Woodward). Madison: Coda Press, 1980.
  • (en) Queer Theory: Lesbian and Gay Sexualities, special issue of Differences: A Journal of Feminist Cultural Studies 3 (1991).
  • (en) Theoretical Perspectives in Cinema, special issue of Ciné-Tracts: A Journal of Film and Cultural Studies 1 (1977). (Guest edited with David Allen).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) David M. Halperin, « The Normalization of Queer Theory », Journal of Homosexuality, vol. 45,‎ , p. 339
  2. (en) Annamarie Jagose, Queer Theory : An Introduction, Melbourne, Melbourne University Press, , 153 p. (lire en ligne), p. 127

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]