Diables rouges de Briançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Diables Rouges de Briançon)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diables rouges.
Diables rouges de Briançon
Description de l'image LogoDiablesRouges2016.jpg.
Fondation 1934
Siège 37, rue G. Bermond-Gonnet
05100 Briançon
Drapeau de la France France
Patinoire (aréna) Patinoire René Froger
(2 300 places)
Couleurs Rouge, blanc et noir
                 
Division Division 1
Capitaine Jaroslav Prosvic
Capitaines adjoints Peter Bourgaut
Radek Hovora
Entraîneur-chef Claude Devèze
Directeur général François Dusseau
Président Guillaume Lebigot
Équipe(s) affiliée(s) Castors d'Avignon (Division 2)
Site web Site officiel
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la saison à venir, voir :
Championnat de France de hockey sur glace 2016-2017
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la saison dernière, voir :
Championnat de France de hockey sur glace 2015-2016

Les Diables rouges de Briançon sont un club de hockey sur glace basé à Briançon dans les Hautes-Alpes. La SA les Diables rouges évolue en Ligue Magnus. L'association du hockey mineur est appelée Briançon Alpes Provence Hockey Club.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Championnat de France
Coupe de France
Coupe de la Ligue
Match des Champions
  • Vainqueur : 2013.
  • Finaliste : 2009.
Coupe des As
  • Vainqueur 1992.
Poule Nationale de Ligue Magnus
-
Champion de France Division 1
  • Vainqueur 1997.
Champion de France Division 2
  • Vainqueur 1994.
Champion de France Division 3
  • Vainqueur 1993.

Histoire de l'équipe[modifier | modifier le code]

Le club de hockey sur glace est fondé au printemps 1934 sous l'impulsion de Pierre Gravier. Il dispute son premier match le contre les Français Volants et s'incline sur le score de 30-0. Le match se dispute à la patinoire de la Chaumière, située dans le quartier des Cros près de la Guisane.

Il s'agit alors d'une section hockey sur glace du Club des sports d'hiver du Briançonnais (CSHB) qui fait partie de l'Étoile Sportive Briançonnaise (ESB). Le club prend par la suite le nom d'ESB. De 1975 à 1990, le club est renommée Hockey Club Briançonnais (HCB). Depuis 1990, il est nommé l'association du hockey mineur est nommée Briançon Alpes Provence Hockey Club. En 2011, l'équipe première devient la SA Diables rouges.

1935

  • Le club est engagé en championnat de France de 3e série.

1941

1949-1950

  • Le gardien tchèque Konya et son compatriote attaquant Vonka sont les premiers joueurs étrangers du club.

1952

  • Champion de France cadets.

1953

  • Champion de France juniors.

1962-1963

  • Le club cesse ses activités durant cette saison.

22 décembre 1968

2 décembre 1978

  • Inauguration de la Patinoire René Froger couverte et chauffée.

1982-1983

1983-1984

  • Sixième de la Nationale A, Briançon reçoit le trophée Marcel Claret de l'équipe la plus fair-play

1984-1985

  • Dixième de la Nationale A

1985-1986

1986-1987

  • Huitième de la Nationale 1A

1987-1988

1988-1989

1989-1990

  • Neuvième de la Nationale 1A

1990-1991

1991-1992

2013-2014

Le retour en Élite (2002-2009)[modifier | modifier le code]

Rencontre Briançon-Grenoble en 2006

En 2002-2003, le club bénéficie de la refonte de l'élite pour revenir au premier échelon français. Le Finlandais Juha Jokiharju arrive comme entraîneur-joueur tandis que Jasmin Gélinas et Dominic Fafard sont les deux autres étrangers de l'équipe. Le jeune Julien Figved se voit offrir une place de titulaire devant les filets. Emmenés par leur capitaine Éric Blais, les Hauts-Alpins vivent une saison difficile et terminent douzième de la Ligue Magnus.

Pour la saison 2003-2004, Briançon recrute notamment le portier Philippe DeRouville, le défenseur Jean-François Jodoin, l'attaquant Mika Kannisto, l'ancien international junior tchèque Jan Boháč ainsi que ses compatriotes Tomas Kramny et Michal Divíšek. Le Suédois Robert Johannesson joue 4 matchs de championnat avant de partir sous d'autres cieux. Le Gapençais Philippe Combe vient assister au poste d'entraineur Juha Jokihajü pendant deux matchs avant de céder sa place à Luciano Basile. L'arrivée de l'entraîneur italo-canadien permet de mettre de l'ordre et de la discipline dans l'équipe. Son assistant finlandais déçu et blessé au doigt vit une saison difficile et ne fait que quelques apparitions sous le maillot briançonnais. Les diables rouges se montrent convaincants en poule nationale avant de s'incliner lourdement 7-1 sur la glace de Clermont lors du match aller. Le match retour débute mal puisque les sangliers arvernes mènent 1-0 à la fin du premier tiers. Mais les diables rouges emmenés par Cédric Boldron, quatre buts et Mika Kannisto, trois buts l'emportent 12-1 et remportent la Poule Nationale, synonyme de 9e place de la Ligue Magnus.

Lors de la saison 2004-2005, Luciano Basile recrute, entre autres, le gardien Frédérik Beaubien, le centre Martin Filip et le Canadien Julien Desrosiers. Dino Grossi, recruté initialement est finalement suspendu par la fédération française. Pour le remplacer Basile engage l'international slovène Edo Terglav. Autres mouvements, le départ à Gap de Mickaël Pérez, trouvé trop léger par son entraineur lors de la pré-saison. Le Suédois Jonas Lund ne parvient pas à s'imposer (une assistance en dix rencontres) et est prêté à Lyon. Briançon va alors profiter du lock-out 2004-2005 de la Ligue nationale de hockey pour engager l'attaquant Mark Rycroft. Très généreux et gros travailleur, il trouve à ses côtés un Julien Desrosiers qui termine meilleur buteur de la saison régulière avec 31 réalisations. Le défenseur Jasmin Gélinas de retour cette saison avec les diables rouges, termine sa carrière le 5 janvier 2005 à Mulhouse, après un malaise successif à une bagarre avec le joueur de LNH Steve Montador. En Coupe de France, l'équipe sort les scorpions mulhousiens de Steven Reinprecht en demi-finale 4-3 à René Froger. Elle s'incline 4-3 en finale contre Rouen grâce notamment à deux tirs de pénalités signés Kimmo Salminen. De retour en championnat, elle s'incline 3 victoires à 1, en quarts de finale contre le futur champion, Mulhouse. L'équipe se classe 5e de ce championnat.

En saison 2005-2006, l'effectif est chamboulé et compte 13 étrangers. Après une période d'essai, les défenseurs Tim Donnelly et Lukas Frank sont remplacés par le jeune slovène Jakob Milovanovič, promu par Terglav, et Miroslav Dvořák. En cours de saison, Gary Lévêque et Tomáš Balúch blessés, sont remplacés par les jokers Miroslav Mosnár et Justin Kinnunen. Lors de la demi-finale de la coupe de France face à Angers, Edo Terglav voit sa saison se terminer sur blessure et Gary Lévèque de retour marque le but en or en prolongation. En finale, l'équipe rate complètement son début de match et est rapidement menée 2-0 par Dijon. Kinnunen réduit la marque mais malgré une nette domination durant le reste de la rencontre, les diables rouges butent sur un Vladimír Hiadlovský, exceptionnel. Rob Millar, qui a raté un tir de pénalité lors du premier tiers, égalise dans la dernière minute de jeu. Mais le défenseur des ducs Sébastien Rousselin crucifie Briançon en prolongation. Les diables rouges échouent pour la deuxième fois consécutive à Méribel malgré un public briançonnais qui s'était une nouvelle fois déplacé en nombre pour soutenir son équipe. Le reste de la saison est un fiasco. Beaubien, blessé, cède sa place dans les cages à Michel Favre, jeune italien qui n'a quasiment pas joué de la saison. Dijon bat un Briançon meurtri et sans cœur, 3 victoires à 1 en quart de finale de Ligue Magnus, le club termine 5e. Déçu de nombreuses recrues comme Hubáček, Pelikovsky, et Rob Millar, Basile renouvelle une grande partie de l'équipe pour la saison suivante.

En saison 2006-2007, il décide de privilégier un recrutement de qualité plutôt que de quantité. L'équipe s'incline en quart de finale de la coupe de la Ligue face au futur vainqueur, Grenoble. Défaits 5-4 à Grenoble, l'équipe mène 3-0 lors du match retour mais s'incline finalement 5-4 au match retour. L'équipe emmenée par une des révélations de la saison, l'attaquant Pierre-Luc Sleigher obtient des victoires de suite, notamment celle obtenue à Rouen. Auteurs d'un début d'année 2007 difficile, les briançonnais terminent 3èmes de la saison régulière. Ils s'inclinent en demi-finale de la coupe de France 4-3 à Épinal. Remotivés pour les playoffs et solides devant le rempart Christian Bronsard, ils battent Amiens 3 victoires à 0, s'imposant par deux fois dans les derniers instants du temps réglementaires grâce à des buts de Jakob Milovanovič puis Sébastien Dermigny. En demi-finale, l'équipe affronte les brûleurs de loups de Grenoble qui bénéficie de l'avantage du terrain. À égalité une victoire partout après les deux matchs à Pôle Sud, les coéquipiers de Rémi Royer, irréprochable durant ces playoffs, remportent la troisième manche. Ils mènent 2-0 à la mi-match mais finissent par s'incliner 4-2. C'est le tournant de la série. Lors du cinquième match, les rouges privés sur blessures de Éric Blais, de retour après un break d'une saison et de Cédric Boldron, sont fatigués et malgré tous leurs efforts, ils s'inclinent 3-2 face à un effectif plus fourni et bien géré par Gérald Guennelon. Les diables rouges terminent 3e de la Ligue Magnus.

Pour la saison saison 2007-2008, Luciano Basile prend la décision de se séparer notamment de Martin Filip, de Rémi Royer alors que Pierre-Luc Sleigher et Mickaël Pérez partent vers d'autres cieux. Pour compenser, l'ex-international junior canadien Alexandre Rouleau pose ses valises à Briançon de même que J.C. Ruid, des anciennes connaissances de Jean-François Dufour. Le Hongrois Balázs Ladányi et le Slovène Mitja Šivic rejoignent leurs compatriotes déjà en place. L'équipe s'incline en finale de la coupe de la Ligue face à Rouen. Elle finit seconde du championnat derrière les dragons champions incontestables, après avoir battu Grenoble en demi-finale.

En 2008, l'équipe est battue en huitième de finale de la Coupe de France chez les Ducs de Dijon 3-1. Elle s'incline en finale de Coupe de la Ligue contre les Brûleurs de Loups de Grenoble, qui ont fait venir Alexandre Rouleau et Mitja Šivic à l'intersaison, 4-3 après prolongation. Les Briançonnais, premiers de la saison régulière pour la première fois de leur histoire, sont défaits trois victoires à une en finale de la Ligue Magnus contre cette même équipe. Le point victorieux pris par Briançon lors d'une finale élite est également une première. Les Grenoblois réalisent le quadruplé avec en plus le match des champions et la Coupe de France. Le gardien des diables rouges Tommi Satosaari est une révélation remporte le Trophée Jean Ferrand. Jean-François Dufour remporte lui le Trophée Charles Ramsay.

Le premier titre majeur[modifier | modifier le code]

DiablesRouges.gif

À l'inter-saison 2009-2010, Alain Bayrou est remplacé par Jean-Paul Garnero comme président de la SEM. Il permet néanmoins à Basile de construire une équipe compétitive. François Groleau est nommé entraîneur-assistant et s'occupe notamment du travail vidéo alors que le défenseur Stephane Gervais est également préparateur physique. Dufour et Milovanovič signent à Grenoble qui bat les Diables Rouges lors du Match des Champions 1-0 à Mulhouse. Rouen vainqueur de la Coupe de la Ligue éliminent les diables rouges en demi-finale. Mais le au Palais omnisports de Paris-Bercy, Briançon met fin à ses finales perdues. Le capitaine Edo Terglav soulève la Coupe de France, premier titre majeur de l'histoire du club. Les Diables Rouges battent Rouen 2-1 aux tirs aux buts. Luc Tardif Jr. ouvre le score mais Marc-André Bernier égalise. L'attaquant Bernier est une des recrues majeures de l'intersaison. S'il sort d'une saison blanche pour cause de blessure, il retrouve son compère François-Pierre Guénette avec qui il joue depuis qu'il son plus jeune âge. Après que le portier Ramón Sopko a stoppé toutes les tirs de fusillades adverses, Terglav qui n'a quasiment pas joué du match pour cause de blessure au genou trompe Trevor Koenig. L'équipe, deuxième de la saison régulière derrière Rouen est défaite par Angers en demi-finale de Ligue Magnus.

En 2010-2011, l'équipe termine sixième de la Ligue Magnus et s'incline en finale de la Coupe de la Ligue face aux Brûleurs de Loups de Grenoble 3-4 en prolongations. Cette équipe n'a failli ne jamais exister en raison des difficultés financières de l'été 2010 où le club a failli déposer le bilan. Sanctionné par la Fédération française de hockey sur glace, le club a notamment été exclu de la Coupe de France 2010-2011 et du Match des Champions[1]. Le club est alors repris par la Société anonyme sportive professionnelle Grand Briançonnais Hockey créée par dix sept entrepreneurs du Briançonnais. Sébastien Sode devient le président du club.

Victoire en Coupe de la Ligue[modifier | modifier le code]

L'équipe dirigeante décide de reconduire Luciano Basile à la tête de l'équipe. Les dirigeants parviennent à conserver leurs joueurs cadres dont le joueur le plus convoité Marc-André Bernier. Disposant d'un budget de recrutement serré, Basile, également sélectionneur de l'équipe d'Espagne décide d'engager un jeune gardien de 19 ans afin d'en faire son portier titulaire. Le pari est osé étant donné qu'Ander Alcaine n'a jamais évolué au niveau professionnel. Durant le mois d'août et pendant une semaine, les deux gardiens de l'équipe Alcaine et Aurélien Bertrand sont conseillés et entraînés par Jonathan Bernier, frère de Marc-André et gardien de but des Kings de Los Angeles dans la Ligue nationale de hockey. En Coupe de la Ligue, les Diables Rouges, premiers de la poule D, éliminent ensuite Chamonix puis Rouen pour atteindre la finale de l'épreuve[2]. Le match se dispute sur la glace de Méribel où ils comptent cinq défaites en finale de Coupe de la ligue et de Coupe de France. Après trois échecs à ce stade de la compétition, les Briançonnais l'emportent 4-1 face aux Pingouins de Morzine-Avoriaz[3] et décrochent la Coupe de la Ligue 2012.

Champions de France en 2014[modifier | modifier le code]

Durant l'intersaison, Briançon conserve une ossature importante avec des joueurs cadres comme les attaquants Bernier, Labrecque, Goličič, le gardien Quemener, les défenseurs Szélig et Trabichet. Luciano Basile mise sur l'américain Denny Kearney, conseillé par Roger Demment, un ancien diable rouge pour remplacer Toby Lafrance et fait revenir deux attaquants Damien Raux et Jaka Ankerst. Il décide de renforcer son troisième bloc notamment avec la venue des Strasbourgeois Lionel Tarantino et Pierre-Antoine Devin. La défense est renforcée par l'expérimenté Mathieu Jestin. La première paire défensive est composée par le défenseur défensif italo-américain Richard Crowley et le canadien Sébastien Bisaillon qui a joué deux matchs dans la Ligue nationale de hockey avec les Oilers d'Edmonton.

Le 7 septembre 2013, Briançon remporte le match des champions face à Rouen 4-2. Tarantino se blesse rapidement au genou ; Briançon recrute le Suédois Jimmy Jensen. Le , Briançon dispute le premier Winter Game de l'histoire en France contre Grenoble au Stade des Alpes. Les Briançonnais remportent cette première 5-4, devant 19 767 spectateurs, un record pour la Ligue Magnus[4]. Les Diables rouges terminent deuxième de la saison régulière derrière Rouen. Ils éliminent Villard-de-Lans trois victoires à une, puis Dijon quatre succès à zéro. En finale, ils l'emportent en sept matchs face à Angers. L'ultime victoire 5-1 a lieu le 6 avril 2014 à la Patinoire René-Froger. Briançon remporte la première Coupe Magnus de son histoire.

Champions de France 2014
Diables rouges de Briançon

Gardiens de but : Aurélien Bertrand, Corentin Lapointe, Ronan Quemener

Défenseurs : Sébastien Bisaillon, Gašper Cerkovnik, Florian Chakiachvili, Loïc Chapelier, Richard Crowley, Mathieu Jestin, Viktor Szélig (A), Teddy Trabichet (A), Thibaut Farina

Attaquants : Jaka Ankerst, Marc-André Bernier (C), Pierre-Antoine Devin, Cédric Di Dio Balsamo, Matthieu Frecon, Boštjan Goličič, Jimmy Jensen, Denny Kearney, David Labrecque, Damien Raux, Sébastien Rohat, Thybaud Rouillard, Lionel Tarantino

Entraîneur en chef : Luciano Basile. Entraîneur adjoint : Edo Terglav.

Lors de l'intersaison, Luciano Basile ne trouve pas d'entente avec les dirigeants et part à Gap. Six joueurs de l'équipe l'accompagnent.

Les dirigeants choisissent la continuité et Edo Terglav est nommé entraîneur de Briançon. Les Diables rouges obtiennent une place pour disputer la Ligue des champions 2014-2015. Ils terminent derniers de la poule D face au Frölunda HC, au Genève-Servette et au EC Villach SV sans marquer le moindre point. L'équipe perd le match des champions face à Angers, termine dernière de la phase de poule de la coupe de la ligue, et s'incline en demi-finale de Coupe de France. Elle est éliminée en quart de finale de la Ligue Magnus par Angers.

Les logos[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la saison 2013-2014, marquant les 80 ans du club, les Diables rouges reprennent leurs initiales (CSHB) et couleurs (bleu et blanc) originelles afin d'appuyer le patrimoine du club par ce lien historique. Un troisième jeu de maillot bleu et blanc est utilisé pour les matchs de coupes nationales.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Entraîneurs et présidents[modifier | modifier le code]

Les entraîneurs[5],[6]
Période Nom Nationalité
Avant 1970 André Bermond Drapeau de la France France
1970-1972 Michel Tartarin Drapeau de la France France
1972-1975 Roger Demment Drapeau des États-Unis États-Unis
1975-1977 Jim King Drapeau du Canada Canada
1977-1985 Roger Demment Drapeau des États-Unis États-Unis
1985-1987 André Lauzon Drapeau du Canada Canada
1987-1989 Nelson Tremblay Drapeau du Canada Canada
1989 Ján Šimún Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
1989-1990 Zdeněk Bláha Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
1990-1991 Richard Sevigny Drapeau du Canada Canada
1991-1992 André Peloffy Drapeau du Canada Canada Drapeau de la France France
1994-1996 Marc Peythieu Drapeau de la France France
1996-1997 Michel Leblanc Drapeau du Canada Canada Drapeau de la France France
1997-1998 Ari Salo Drapeau de la Finlande Finlande
1998-1999 András Farkas Drapeau de la Hongrie Hongrie
1999-2002 Michel Leblanc Drapeau du Canada Canada Drapeau de la France France
2002-2003 Juha Jokiharju Drapeau de la Finlande Finlande
2003 Philippe Combe Drapeau de la France France
2003-2014 Luciano Basile Drapeau du Canada Canada Drapeau de l'Italie Italie
2014-2015 Edo Terglav Drapeau de la Slovénie Slovénie
2015-janvier 2016 Patric Wener Drapeau de la Suède Suède
Janvier 2016 Alexis Billard Drapeau de la France France
Avril 2016 Claude Devèze Drapeau de la France France
Les présidents[5],[6]
Période Nom
1935-? Pierre Gravier
Émile Roul
Brochier
1941-? René Froger
1952-? Antoine Faure
1958-1970 Georges Bermond-Gonnet
1970-1984 Yvon Peythieu
1984-1985 Jean-Paul Garnero
1985-1987 Bernard Voiron
1987-1988 Philippe Pacull
1988-1989 Christian Séard
1989-1990 Philippe Pacull
1989-1991 Robert de Caumont
1993-1998 Philippe Pacull
1999 Bernard Rouillard
1999-2001 Jean-Pierre Bortino
2001 - 10 juillet 2009 Alain Bayrou
10 juillet 2009 - 1er septembre 2010 Jean-Paul Garnero
1er septembre 2010 - janvier 2015 Sébastien Sode & Luc Rougny
Janvier 2015 - septembre 2015 Guillaume Lebigot & Luc Rougny
Depuis septembre 2015 Guillaume Lebigot

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Entraîneurs des Diables Rouges récompensés au niveau national
Année Nom Nationalité Trophée
2009 Luciano Basile Drapeau du Canada Canada Drapeau de l'Italie Italie Trophée du meilleur entraîneur
2010 Luciano Basile Drapeau du Canada Canada Drapeau de l'Italie Italie Trophée du meilleur entraîneur
2013 Luciano Basile Drapeau du Canada Canada Drapeau de l'Italie Italie Trophée du meilleur entraîneur

Les joueurs[modifier | modifier le code]

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Edo Terglav ; retiré le
9
Dennis Murphy ; retiré le
11
Richard Bermond
15

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Joueurs des Diables Rouges récompensés au niveau national
Année Nom Nationalité Trophée
1988 Georges Roul Drapeau de la France France Trophée Jean-Pierre Graff
1989 André Côté Drapeau du Canada Canada Drapeau de la France France Trophée Charles Ramsay
1988 Petri Ylönen Drapeau de la Finlande Finlande Drapeau de la France France Trophée Jean Ferrand
1992 Peter Almasy Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Drapeau de la France France Trophée Raymond Dewas
1991 Corrado Micalef Drapeau du Canada CanadaDrapeau de l'Italie Italie Trophée Jean Ferrand
2009 Tommi Satosaari Drapeau de la Finlande Finlande Trophée Jean Ferrand
2009 Jean-François Dufour Drapeau du Canada Canada Trophée Charles Ramsay
2010 Ramón Sopko Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Trophée Jean Ferrand
2011 Loïc Lampérier Drapeau de la France France Trophée Jean-Pierre Graff

Capitaines[modifier | modifier le code]

Capitaines des Diables Rouges
Nom Nationalité Période
Georges Bermond-Gonnet Drapeau de la France France 1940 - ?
Maurice Roul Drapeau de la France France 19..-1973
Gilles Gaillard Drapeau de la France France 1973-1983
Yvon Peythieu Drapeau de la France France ?
Marc Peythieu Drapeau de la France France ?
Gilles Chevalier Drapeau de la France France ?
Dennis Murphy Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de la France France ?
Georges Roul Drapeau de la France France 1993-1998
Christophe Robert Drapeau de la France France ?
Éric Blais Drapeau de la France France 2000-2005
Jean-François Jodoin Drapeau du Canada Canada Drapeau de la France France 2005-2006
Edo Terglav Drapeau de la Slovénie Slovénie 2006-2012
Marc-André Bernier Drapeau du Canada Canada 2012-2015
Tomas Larsson Drapeau de la Suède Suède 2015-2016
Jaroslav Prosvic Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 2016-2017

Effectif[modifier | modifier le code]

Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif 2016-2017[7]
No Nom Nat. Position Arrivée
+038, Richard , GaetanGaetan Richard Drapeau : France G Formé au club
+032, Kristín , MatejMatej Kristín Drapeau : Slovaquie G 2016 - HK FTC Nové Zámky
+064, Richard , KévinKévin Richard Drapeau : France D Formé au club
+089, Eischen , ThomasThomas Eischen Drapeau : France D 2016 - Remparts de Tours
Campbell , TrevorTrevor Campbell Drapeau : États-Unis D 2016 - Fuel d'Indy
+061, Martinka , OndřejOndřej Martinka Drapeau : République tchèque D 2016 - Scorpions de Mulhouse
+027, Obuch , MartinMartin Obuch Drapeau : Slovaquie D 2016 - Scorpions de Mulhouse
+003, Lehericey , NicolasNicolas Lehericey Drapeau : France D 2016 - Lions de Lyon
+081, Portier , FlorianFlorian Portier Drapeau : France D 2016 - Chamois de Chamonix
+004, Bertin , AlexAlex Bertin Drapeau : Italie D 2016 - HC Valpellice
+047, Punčochář , PetrPetr Punčochář Drapeau : République tchèque D 2016 - HC České Budějovice
+010, Bourgaut , PeterPeter BourgautA Drapeau : France A 2015 - Étoile noire de Strasbourg
+018, Farnier , LoïcLoïc Farnier Drapeau : France A Formé au club
+067, Colomban , RobinRobin Colomban Drapeau : France A Formé au club
+074, Bernillon , KévinKévin Bernillon Drapeau : France A 2015 - Lions de Champlain St. Lawrence
+028, Villiot , GaëtanGaëtan Villiot Drapeau : France A Formé au club
+019, Léveillé , KarlKarl Léveillé Drapeau : Canada A 2016 - Drakkars de Caen
+080, Prosvic , JaroslavJaroslav ProsvicC Drapeau : Slovaquie A 2016 - Albatros de Brest
+017, Drolet, FrancisFrancis Drolet Drapeau : Canada A 2016 - Corsaires de Nantes
+022, Hovora , RadekRadek HovoraA Drapeau : République tchèque A 2016 - Dogs de Cholet
+020, Kapička , MichalMichal Kapička Drapeau : République tchèque A 2016 - Scorpions de Mulhouse
+025, Damy , HugoHugo Damy Drapeau : France A 2016 - Drakkars de Caen
+026, Asselin , JanickJanick Asselin Drapeau : Canada A 2016 - Aces de l'Alaska
Haaser , AurélienAurélien Haaser Drapeau : France A 2016 - Formé au club
Parisot , GeoffreyGeoffrey Parisot Drapeau : France A 2016 - Pingouins de Morzine-Avoriaz-Les Gets


Histoire de rivalité[modifier | modifier le code]

Briançon dispute dans son championnat le derby alpin face aux voisins des Brûleurs de loups de Grenoble[8] et aussi le derby haut-alpin face aux Rapaces de Gap.

Groupe de supporters[modifier | modifier le code]

Logo de l'Unité diabolique

Un groupe de supporters des Diables rouges de Briançon porte le nom suivant : « Unité Diabolique ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En raison de la Seconde Guerre mondiale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Communiqué FFHG sur www.hockeyfrance.com
  2. (fr) « Coupe de la ligue 2012 », sur www.hockeyarchives.com (consulté le 29 décembre 2011).
  3. (fr) « Briançon - Morzine-Avoriaz (Coupe de la ligue, finale) », sur www.hockeyarchives.com (consulté le 29 décembre 2011).
  4. « Briançon remporte le Winter Game 5-4 face à Grenoble », sur www.ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le 23 décembre 2013)
  5. a et b « Historique - Briançon », FFHG (consulté le 19 janvier 2016)
  6. a et b « L’histoire du hockey à Briançon » (consulté le 19 janvier 2016)
  7. « Briançon 2016-2017 », sur eliteprospects.com
  8. « Briançon – Grenoble, histoire de rivalité », sur www.ledauphine.com (consulté le 3 avril 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Fortoul, Briançon... une ville en passion. La belle histoire du hockey sur glace : 1934-2006, Imprimerie des Escartons, (ISBN 2-910929-08-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]