Incendie de Fort McMurray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Incendie de Fort McMurray
Résidents de Fort McMurray en cours d'évacuation le 3 mai 2016 le long de la Route 63 alors que le feu envahit la zone.
Résidents de Fort McMurray en cours d'évacuation le 3 mai 2016 le long de la Route 63 alors que le feu envahit la zone.

Type Feu de forêt
Localisation Fort McMurray, Alberta
Coordonnées 56° 43′ nord, 111° 23′ ouest
Date -

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Incendie de Fort McMurray

Géolocalisation sur la carte : Alberta

(Voir situation sur carte : Alberta)
Incendie de Fort McMurray

L’incendie de Fort McMurray est un feu de forêt qui s'est déclaré le dans le secteur de services urbains de Fort McMurray de la municipalité régionale de Wood Buffalo, en Alberta, dans l'ouest du Canada. L'incendie prend rapidement de l'ampleur au point de menacer sérieusement la localité, décidant les autorités à l'évacuer en quasi-totalité ; environ 100 000 habitants sont concernés[1].

Départ et progression de l'incendie[modifier | modifier le code]

Vue de l'incendie le 1er mai.
Infographie à 19 h 45 (heure des Rocheuses) le 7 mai 2016 des incendies en Amérique du Nord (points rouges) dont celui de Fort McMurray (entouré en jaune) avec son panache de fumée (en gris) survolant une bonne partie du continent.

Le 1er mai 2016, un feu de forêt, d'origine probablement humaine[2], se déclare au sud-ouest de la ville de Fort McMurray. Un hiver doux et une déforestation sauvage qui explique la présence sur le sol de brindilles et de branches mortes ont créé des conditions favorables à la propagation de l’incendie[3]. Le départ de feu le 1er mai 2016 entraîne le jour même l'ordre d'évacuation donné par les autorités des lieux-dits de Prairie Creek et Gregoire. Devant l'ampleur de l'incendie, qui progresse en raison des conditions météorologiques favorables (températures élevées pour la saison, forts vents et faible degré d'hygrométrie), les autorités décrètent le 4 mai l'évacuation des localités d'Anzac, Gregoire Lake Estates, et Fort McMurray First Nation représentant environ 88 000 personnes. La progression de l'incendie se poursuit – avec au 7 mai, plus de 101 000 hectares ravagés et 2 000 habitations détruites dans différents lieux de l'agglomération de Fort McMurray – malgré l'intervention de lourds moyens de lutte et la mobilisation de l'armée canadienne[4]. Les dégâts représentent déjà, au 7 mai, 6 milliards d'euros de réparations. Quarante feux de forêt sont en activité en Alberta, dont 5 considérés comme incontrôlables[réf. nécessaire]. Pour tenter de combattre les flammes, plus de 3 000 pompiers[5], et plus de 110 hélicoptères, 27 avions de lutte contre les incendies et 295 engins de travaux publics (tels des bulldozers ou encore des pelles mécaniques) sont mobilisés[réf. nécessaire].

Au matin du 8 mai, ce sont 161 000 hectares (soit 1 610 kilomètres carrés) qui sont partis en fumée[6], dont environ 50 000 rien que le 7 mai[7].Le 9 mai, l'incendie est toujours en cours, les vents violents favorisant la progression des flammes. Plus de 50 foyers ont été recensés dont 7 qui sont incontrôlables[réf. nécessaire]. Le feu se dirige vers le nord-est, et les habitants réfugiés de Fort McMurray se sont réfugiés dans la ville la plus proche, à seulement 150 km des flammes[réf. nécessaire]. Le 17 mai, 8 000 personnes supplémentaires sont évacuées[8].

Le 18 mai, le feu a atteint les 423,000 hectares de brulés[9],[10]. A la mi-Juin, la pluie et les températures basses ont aidé les pompiers à contenir l’incendie, et le 4 juillet 2016, l’incendie est déclaré sous contrôle[11],[12]. Début 2017, le feu était encore considéré comme toujours actif [13],[14],[15] et il ne sera considéré comme éteint que le 2 août. Au total, il a parcouru 5 895 km2, et près de 2 500 maisons et édifices ont été détruits.

Retour des résidents[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement de l'Alberta a annoncé provisoirement une rentrée progressive des résidents dans Fort McMurray à partir du et se terminant le , étant donné qu'un ensemble de conditions clé est rempli, y compris que l'incendie ne constitue plus une menace et que les zones dangereuses puissent être sécurisées, que le gouvernement local puisse être rétabli et que les services essentiels tels que les services d'urgence, le transport, les services publics et les entreprises essentielles puissent être rétablis, ainsi que l'infrastructure qui soutient ces services. Certaines maisons endommagées ont été déclarées dangereuses pour la réinstallation en raison de la contamination par l'arsenic et des métaux lourds[16].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Camping et forêt calcinés par les flammes le 4 mai.

Deux semaines après le début de l’incendie, selon des calculs du Conference Board, la production de pétrole a été réduite de 1,2 million de barils par jour en moyenne, privant le PIB de la province de 1 milliard de dollars[8].

On estime en juillet 2016 qu'il a causé 3,58 milliards de dollars canadiens (2,49 milliards d'euros) de dégâts en faisant la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l’histoire canadienne[5].

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Les feux de Fort McMurray sont le sujet principal du documentaire long format Fort Mac And The Beast, réalisé par le journaliste français David Dufresne et lancé le 1er juillet 2016[17].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Canada: un incendie entraîne l'évacuation d'une ville », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  2. « Incendie à Fort McMurray : les différentes hypothèses sur le départ de feu », FranceTVinfo,‎ (lire en ligne)
  3. Laurent Horvath, « Incendie de Fort McMurray: L’Enfer du Décor », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. « Canada : le feu progresse et ravage la ville de Fort McMurray », Le Figaro, 5 mai 2016.
  5. a et b « Canada : l'incendie de Fort McMurray a causé 3,58 milliards de pertes », (consulté le 13 juillet 2016)
  6. https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/incendie-de-fort-mcmurray/incendie-a-fort-mcmurray-la-pluie-et-la-fraicheur-offrent-un-leger-repit-aux-pompiers_1442334.html
  7. JT de BFM TV, 7 mai 2016, 22 h 00.
  8. a et b « Les flammes continuent à faire des ravages au Canada, 8 000 personnes encore évacuées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. « Fort McMurray fire grows to 423,000 hectares, continues to threaten oilsands sites », CBC News, (consulté le 18 mai 2016)
  10. « Canadian Wildland Fire Information System », Natural Resources Canada, (consulté le 19 mai 2016)
  11. « Fort McMurray wildfire now considered under control », CBC News, (consulté le 5 juillet 2016)
  12. Wallis Snowdon, « Fort McMurray fire largely contained thanks to rain, firefighters' efforts », CBC News, (consulté le 13 juin 2016)
  13. The Globe and Mail, « Blaze will take months to extinguish, Alberta fire official says », The Globe and Mail Inc.,‎ (lire en ligne)
  14. Vincent McDermott, Fort McMurray Today, « Fort McMurray wildfire under control, but will smoulder underground during the winter », Sun Media Community Newspapers,‎ (lire en ligne)
  15. Peter Quinlan, « ‘The Beast’ is still burning east of Fort McMurray », Global News,‎ (lire en ligne)
  16. « Canada : après l'immense incendie de forêt, retour des habitants dans Fort McMurray aux allures de ville fantôme », L'indépendant,‎ (lire en ligne).
  17. Zone Environnement - ICI.Radio-Canada.ca, « Un troisième volet de Fort McMoney pour David Dufresne | Feu de forêt à Fort McMurray », sur Radio-Canada.ca (consulté le 30 septembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]