DQ Herculis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

DQ Herculis (en abrégé DQ Her) est un système binaire composé d'une naine blanche et d'une naine rouge[1]. Il est situé à une distance d'environ 200 parsecs[2] du Soleil, dans la constellation boréale d'Hercule. Il n'est pas observable à l'œil nu depuis la Terre, sa magnitude apparente étant de 15,16 dans le spectre visible[2].

DQ Herculis est le prototype d'une classe de variables cataclysmiques dites polaires intermédiaires (en) ou variables cataclysmiques de type DQ Her[3].

Nova Herculis 1934[modifier | modifier le code]

DQ Herculis est associée à l'événement Nova Herculis 1934, une nova survenue en 1934.

Observée pour la première fois le , il atteignit une magnitude apparente minimale (correspondant à une luminosité maximale) de 1,5 le [4].

Système binaire[modifier | modifier le code]

La binarité de DQ Herculis a été découverte en 1954 par Merle F. Walker[5].

Compagnon substellaire hypothétique[modifier | modifier le code]

Afin d'expliquer les variations de la période orbitale de DQ Herculis, Z. B. Dai et S. B. Qian ont émis l'hypothèse de l'existence d'un objet substellaire en orbite circumbinaire. D'une masse d'environ vingt fois celle de Jupiter, il pourrait s'agir d'une naine brune[6]. L'existence de cet objet n'a pas été confirmée.

Coordonnées[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

D'après Brad Ricca[7], Nova Herculis 1934 aurait inspiré Jerry Siegel et Joe Shuster, les créateurs de Superman, un super-héros de bande dessinée américaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P. Young et D. P. Schneider, « A quest for the red companion in six cataclysmic binaries », The Astrophysical Journal, vol. 247,‎ , p. 960-968 (DOI 10.1086/159105, Bibcode 1981ApJ...247..960Y, lire en ligne [[GIF]])
  2. a et b (en) DQ Herculis sur l’Encyclopédie des planètes extrasolaires.
  3. (en) « Object classification in Simbad » [html], sur Simbad,‎ (consulté le 10 mars 2015)
    Voir : « CV DQ Her type (intermediate polar) ».
  4. (en) W. H. Wright, « Comments on Nova Herculis 1934 », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 47, no 275,‎ , p. 47-49 (DOI 10.1086/124535, Bibcode 1935PASP...47...47W, lire en ligne [[GIF]])
  5. (en) Merle F. Walker, « Nova DQ Herculis (1934): an Eclipsing Binary with Very Short Period », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 66, no 392,‎ , p. 230 (DOI 10.1086/126703, Bibcode 1954PASP...66..230W, lire en ligne [[GIF]])
  6. (en) Z. B. Dai et S. B. Qian, « Plausible explanations for the variations of orbital period in the old nova DQ Herculis », Astronomy and Astrophysics, vol. 503, no 3,‎ , p. 883-888 (DOI 10.1051/0004-6361/200810909, Bibcode 2009A&A...503..883D, résumé)
    L'article a été reçu par la revue Astronomy and Astrophysics le 4 septembre 2008, accepté par son comité de lecture le 28 avril 2009, et prépublié le 23 juin 2009.
  7. (en) Laura Poppick et Staff Writer, « Superman's origins possibly born from star explosion », sur Space.com,‎ (consulté le 10 mars 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]