Iota Herculis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Iota Herculis
Description de cette image, également commentée ci-après

Dessin historique de la constellation d'Hercule montrant Iota Herculis comme l'un des pieds du héros.

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 17h 39m 27,8864s[1]
Déclinaison +46° 00′ 22,795″[1]
Constellation Hercule
Magnitude apparente 3,7497[2]
Caractéristiques
Type spectral B3IV[1]
Indice U-B –0,71
Indice B-V –0,18[3]
Variabilité Beta Cephei
Astrométrie
Vitesse radiale −20,0[1] km/s
Mouvement propre μα = 7,48[2] mas/a
μδ = 4,53[2] mas/a
Parallaxe 7,17 ± 0,13 mas[2]
Distance 455 ± 8 al
(139 ± 3 pc)
Magnitude absolue –1,97
Caractéristiques physiques
Masse 6,7 ± 0,1 M[4]
Rayon 5,29 ± 0,45 R[5]
Gravité de surface (log g) 3,82 ± 0,06[5]
Luminosité 2 500 L[6]
Température 18 070 ± 294 K[5]
Métallicité –0,40[7]
Rotation 11 km/s[8]
Âge 37,8 ± 8,6 M a[4]

Autres désignations

ι Her, 85 Her (Flamsteed), HR 6588, BD+46 2349, HD 160762, FK5 663, HIP 86414, SAO 46872, GC 23965, CCDM J17395 +4601A

Iota Herculis (ι Her, ι Herculis) est une étoile de 4e magnitude de la constellation d'Hercule. Elle partage une similitude étymologique avec l'étoile Rigel de la constellation d'Orion, car toutes deux correspondent à un des pieds des héros mythologiques.

En chinois, 天棓 (Tiān Bàng), signifiant Fléau céleste, fait référence à un astérisme constitué de ι Herculis, ξ Draconis, ν Draconis, β Draconis et γ Draconis[9]. Par conséquent, ι Herculis elle-même est appelée 天棓五 (Tiān Bàng wu, la cinquième étoile du Fléau céleste).

Propriétés[modifier | modifier le code]

Iota Herculis est une sous-géante de type B qui est à la fin de sa phase de fusion de l'hydrogène[6]. Avec un type spectral B3IV, elle est beaucoup plus grosse que le Soleil, avec une masse égale à 6,5 fois celle du Soleil et un rayon 5,3 fois supérieur. Bien que sa magnitude apparente soit seulement de 3,79, elle est 2500 fois plus lumineuse que le Soleil, donnant une magnitude absolue de -2,11, plus brillante en réalité que la plupart des étoiles chaudes de type B de l'amas ouvert des Pléiades. La mission du satellite Hipparcos a estimé sa distance à environ 152 parsecs (pc) de la Terre, soit 496 années-lumière (al)[10] ; une mesure de parallaxe révisée par Floor van Leeuwen en 2007, établit cependant sa distance à 455 al avec une marge d'erreur beaucoup plus resserrée de seulement 8 al[2].

Système stellaire[modifier | modifier le code]

Iota Herculis est un système multiple. C'est une binaire spectroscopique ayant une période de 113,8 jours, indiquant que la composante la plus proche est à environ 1 ua[6]. Une autre compagne se trouve approximativement à 30 ua de l'étoile principale, donnant une période orbitale d'environ 60 ans. Une quatrième étoile a été identifiée orbitant autour de l'étoile principale avec une séparation angulaire de 116 arcsecondes et une magnitude visuelle de 12,1[11]. Ceci la mettrait à approximativement 18000 ua de distance, avec une période orbitale d'environ 1 million d'années.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) V* iot Her -- Variable Star of beta Cep type sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  2. a, b, c, d et e F. van Leeuwen, « Hipparcos, the New Reduction », VizieR, Centre de Données astronomiques de Strasbourg, (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752, consulté le 21 novembre 2010), p. 653–664
  3. J.-C. Mermilliod, Compilation of Eggen's UBV data, transformed to UBV (unpublished), , PDF (Bibcode 1986EgUBV........0M)
  4. a et b N. Tetzlaff, R. Neuhäuser et M. M. Hohle, « A catalogue of young runaway Hipparcos stars within 3 kpc from the Sun », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 410, no 1,‎ , p. 190–200 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2010.17434.x, Bibcode 2011MNRAS.410..190T, arXiv 1007.4883)
  5. a, b et c (en) E. L. Fitzpatrick et D. Massa, « Determining the Physical Properties of the B Stars. II. Calibration of Synthetic Photometry », The Astronomical Journal, vol. 129, no 3,‎ , p. 1642–1662 (DOI 10.1086/427855, Bibcode 2005AJ....129.1642F, arXiv astro-ph/0412542)
  6. a, b et c (en) James B. Kaler, « IOTA HER (Iota Herculis) », sur Stars
  7. Geraldine J. Peters et Lawrence H. Aller, « The Chemical Composition of IOTA Herculis », The Astrophysical Journal, vol. 159,‎ , p. 525 (DOI 10.1086/150328, Bibcode 1970ApJ...159..525P)
  8. « Bright Star Catalogue, 5th Revised Ed. (Hoffleit+, 1991) », VizieR, Centre de Données astronomiques de Strasbourg (consulté le 29 juin 2010)
  9. (zh) 中國星座神話, written by 陳久金. Published by 台灣書房出版有限公司, 2005, (ISBN 978-986-7332-25-7).
  10. (en) Perryman, M. A. C.; Lindegren, L.; Kovalevsky, J.; Hoeg, E. et al, « The HIPPARCOS Catalogue », Astronomy and Astrophysics, vol. 323,‎ , p. L49–L52 (Bibcode 1997A&A...323L..49P)
  11. « CCDM (Catalog of Components of Double & Multiple stars (Dommanget+ 2002) », VizieR, Centre de Données astronomiques de Strasbourg (consulté le 29 juin 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]