Culture de Mérimdé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La culture de Mérimdé (également Mérimdé Beni-Salame) (en arabe : مرمدة بني سلامة) est une culture néolithique qui correspond à la phase ultérieure de la culture du Fayoum A et à la culture Badari en Égypte pré-dynastique. Il est estimé que cette culture a évolué entre 4800 et 4300 av. J.-C.

Mérimdé réfère également au site archéologique du même nom, au sud-ouest du delta. C'est le plus ancien site-témoin d’une réelle sédentarisation en Égypte entre 5400 et 5000 av. J.-C..

Sur plus de 20 hectares, s’organise un ensemble de petites maisons de plan ovale (2 à 3 m de diamètre), en partie enterrées, bâties de part et d’autre de « rues » non rectilignes. Un mur de pisé supporte, soit un toit conique soutenu par un pilier central, soit un toit à double pente. À l’intérieur sont disposés un foyer et une jarre enterrée qui servait de réserve d’eau. À l’extérieur de nombreux silos, des aires à grain ont pu être identifiés. Une poterie rouge et noire, vernissée ou non, assez fruste, et un outillage de silex abondant caractérisent encore ce bourg agricole. À Mérimbé, l’élevage (bovidés, ovins, porcins) et la culture des céréales (blé et orge) sont pratiqués non seulement sur les terres inondables, mais aussi sur les autres, plus éloignées de la vallée grâce à une pluviométrie suffisante. La chasse (oies et canards, hippopotames, crocodiles et antilopes) et surtout la pêche fournissent une part essentielle des ressources. Dans un cimetière séparé, établi à proximité de l’habitat, les défunts sont inhumés dans des fosses ovales couchés sur le côté en position fœtale. Seuls de jeunes enfants sont enterrés dans l’habitat même. L’évolution du site peut être suivie en stratigraphie et en extension horizontale sur plus d’un demi-millénaire. Les fouilleurs de Mérimbé veulent voir dans la première époque des liens avec le Proche-Orient, des traces plus africaines (saharo-soudanaises) ensuite. Les derniers niveaux ont livré les premières figurines humaines en terre cuite connues en Égypte[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)