Culture de Rössen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’archéologie
Cet article est une ébauche concernant l’archéologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le fond de cet article d'histoire est à vérifier.

Améliorez-le, ou discuter des points à vérifier. Si vous venez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à vérifier.

L´extension de la culture de Rössen

La culture de Rössen est une culture du Néolithique moyen (4500-4300 av. J.-C.) centrée sur l´Allemagne. Elle doit son nom au site de Rössen, un village faisant partie de la commune de Leuna en Saxe-Anhalt. Vers l'ouest, elle touche la Belgique et le nord-est de la France, allant jusque dans l'Aisne[1], le bassin parisien[2] - ou elle se confronte et semble succéder à la culture de Cerny - et le Jura[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La céramique de Rössen est caractérisée par sa décoration faite par des doubles incisions (incisions en pied de chèvre) avec des incrustations de pâte blanche. La surface est le plus souvent brune ou gris-noir et lissée. Les objets en silex sont du même type qu´au rubané. Des établissements ont été localisés à Deiringsen-Ruploh et à Schöningen/Esbeck. Les maisons sont trapézoïdales et faisaient jusqu'à 65 m de long. Des séparations internes existaient, plusieurs petits groupes habitaient donc probablement à l´intérieur d´une maison. Certains établissements étaient entourés d´un talus en terre. La plupart se trouvent sur des tchernozioms, des terres noires. Les morts sont le plus souvent enterrés en position fœtale à une profondeur de 40 à 160 cm et parfois recouverts de plaques de pierre. Ils sont orientés vers l´est.

Cultures adjacentes[modifier | modifier le code]

La culture de Rössen est précédée par la culture rubanée, avec cependant des cultures de transition (complexes de Hinkelstein, Groszgartach et Planig-Friedberg) à l'ouest de la zone d'influence[4]. La culture de Rössen paraît s'être imposée sans concurrence : la plupart des établissements de Rössen sont pionniers et ne reprennent pas l'implantation de sites du Rubané[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dubouloz Jérôme, Lasserre-Martinelli Marina, Le Bolloch Mariannick. Eléments pour une chronologie relative fine des ensembles Rôssen final, post-Rôssen, Michelsberg, Chasséen, dans le Bassin parisien. In: Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 1984. La néolithique dans le nord de la France et le bassin parisien. pp. 111-123.
  2. Dubouloz Jérôme. Datation absolue du premier Néolithique du Bassin parisien : complément et relecture des données RRBP et VSG. In: Bulletin de la Société préhistorique française, tome 100, n°4, 2003. pp. 671-689.
  3. Pétrequin Pierre. Les influences danubiennes dans le Nord du Jura. In: Bulletin de la Société préhistorique française. Études et travaux, tome 64, n°2, 1967. pp. 327-338.
  4. Cf. l'article Étienne Patte, « Quelques sépultures du Poitou du Mésolithique au Bronze moyen », Gallia préhistoire, vol. 14, no 14-1,‎ , p. 139-244.
  5. Almut Bick: Die Steinzeit. Theiss WissenKompakt, Stuttgart 2006. ISBN 3-8062-1996-6