Culture de Shulaveri-Shomu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Culture de Shulaveri-Shomu
Description de cette image, également commentée ci-après
Jarre datée du 6e millénaire av. J.-C..
Artefact mis en évidence sur le site de Shulaveri.
Définition
Autres noms

Des variantes selon les pays :

  • Culture de Shomu-Shulaveri
  • Culture de Shomutepe-Shulaveri
Lieu éponyme Shomutepe
Auteur I. Narimanov
Caractéristiques
Répartition géographique sud du Caucase
Période 6e et début du 5e millénaire
Signe particulier culture des premiers agriculteurs-éleveurs de la partie centrale de la Transcaucasie

La culture de Shulaveri-Shomu est la plus ancienne culture du Néolithique de la partie centrale de la Transcaucasie[1]. Elle tire son nom de deux sites archéologiques : Shomutepe[2] dans l'ouest de l'Azerbaïdjan et Shulaveri[3] dans l'est de la Géorgie. Elle a été caractérisée dans les années 1960 par I. Narimanov[4]. Ses origines sont méconnues. Des influences méridionales et occidentales sont vraisemblables[4]. Jusqu'à présent, on ne connaît quasiment rien du peuplement des régions occupées par cette culture avant son développement[5],[6].

Chronologie et répartition géographique[modifier | modifier le code]

Les sites de cette culture ont été identifiés dans le centre de l'Arménie, dans l'est de la Géorgie et dans l'ouest de l'Azerbaïdjan[7]. Elle se développe entre le début du 6e et le début du 5e millénaire[8]. Elle est remplacée au moins en partie par la culture chalcolithique de Sioni[7],[6], mais au 5e millénaire plusieurs cultures semblent coexister dans le sud du Caucase[5],[9].

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Les communautés préhistoriques pratiquaient l'agriculture et l'élevage et étaient au moins en partie sédentaires[4]. Différentes variétés de céréales étaient cultivées (blé, orge, froment, millet). Le stockage de ces dernières dans des silos a été formellement démontré à Göytepe en Azerbaïdjan[10] et est probable dans d'autres sites. Les communautés préhistoriques produisaient également des lentilles et des pois. L'exploitation de la vigne dès cette période est encore discutée. Des pépins de raisins ont en effet été découverts dans les sites de Shulaveri gora et Khramis Didi Gora dans l'est de la Géorgie et Shomutepe dans l'ouest de l'Azerbaïdjan[6],[7].

Les principales espèces animales élevées à l'époque étaient les chèvres et les moutons, les bovins et les porcs. Ces espèces représentent 80% des restes osseux à Shulaveri et 90% à Khramis Didi gora[7]. Dans certains sites, la chasse occupait un rôle important, notamment celle des cervidés[11]. Dès le début des recherches sur cette culture, on a supposé que le pastoralisme saisonnier devait être important[4]. Les preuves archéologiques de la pratique des transhumances demeurent cependant encore assez limitées.

Occupation du territoire[modifier | modifier le code]

Les sites connus attribuables à cette culture sont presque exclusivement des villages situés dans des zones favorables à l'agriculture et à l'élevage, par exemple dans l'est de la Géorgie dans la région de Basse Kartlie[7]. Cependant, l'absence d'autres types de site (abris sous roche par exemple) ou dans d'autres types de contextes (en montagne par exemple), n'est sans doute que le reflet de l'état des connaissances.

Les villages[modifier | modifier le code]

La plupart des villages sont des tells qui excèdent rarement 100 m de diamètre et quelques mètres de haut. Ils sont souvent regroupés dans les mêmes zones, généralement sur les rives des rivières descendant des contreforts du massif du Petit Caucase[4]. Leur durée d'occupation est très variable. Certains ont été fréquentés durant tout le Néolithique et au-delà. D'autres n'ont été habités que pendant quelques siècles au cours de cette culture. Ces villages sont constitués de structures circulaires de dimensions très variées réalisées le plus souvent en briques crues. Au moins une partie des plus petites, d'environ 1 m à 1,5 m de diamètre, ont servi de structures de stockage. Les plus grandes ont pu servir de huttes.

Les espaces entre les huttes servaient visiblement aux activités quotidiennes, comme l'atteste la découverte de meules en pierre.

Aruchlo et Imiris gora, en Géorgie, étaient entourés de fossés[7].

Productions matérielles[modifier | modifier le code]

[12]

Céramique[modifier | modifier le code]

La poterie est quasiment absente dans certains des plus anciens sites de cette culture[1]. Même dans les phases de développement ultérieures, elle demeure rare. Il s'agit pour l'essentiel de vases assez grossiers. Certains présentent des décors géométriques et anthropomorphes en relief [11],[13],[14]. Quelques tessons peints ont été découverts dans certains sites, comme Göytepe[15]. Des fragments de poteries assimilables à celles de la culture de Halaf ont été découverts à Aratashen en Arménie[16].

Outillage en roche taillée[modifier | modifier le code]

Les nombreux gisements d'obsidienne de la région ont été exploités pour la réalisation des outils taillés. Des lames, réalisées par différents modes de pression, y compris la pression au levier, sont présentes dans au moins une partie des sites[4],[17],[18]. D'autres matières premières sont ponctuellement attestées dans certains villages, par exemple du silex.

La plupart des outils sont des éclats ou des lames employés directement sans aucune transformation par la retouche. Des éléments en roche taillés vraisemblablement utilisés comme faucilles ont été découverts dans plusieurs sites[19],[7]. Certains portent encore des traces de bitume liées à leur emmanchement et, dans des cas exceptionnels, ce dernier est conservé[5].

Parmi les rares outils soigneusement retouchés, on trouve des trapèzes étroits, réalisés le plus souvent en obsidienne[4],[8].

Outillage en os et bois de cervidé[modifier | modifier le code]

Dans certains sites, par exemple Aruchlo en Géorgie, l'outillage en os et en bois de cervidé est particulièrement développé[11],[13]. Des poinçons de différentes dimensions sont les outils les plus nombreux. On trouve également des spatules, des cuillères et des pics.

Vases en pierre, outillage en pierre polie et matériel de mouture[modifier | modifier le code]

Dans quelques sites, de rares fragments de vases en pierre ont été découverts[16]. Les outils en pierre polie sont généralement rares. Il s'agit de haches de dimensions assez réduites. Certaines sont réalisées dans des roches vertes. Le matériel de mouture (meules et molettes) est abondant[7]. Des projectiles de fronde ont été découverts dans plusieurs sites. Ils sont en terre-cuite ou en pierre et mesurent quelques centimètres de long[8]. Quelques têtes de masse en pierre, de formes variées, sont également connues[14].

Objets en métal[modifier | modifier le code]

La métallurgie proprement dite, avec fonte du minerai, n'était pas pratiquée. Par contre, le travail à froid ou à température modérée des minéraux de malachite et d'azurite est attesté[16],[20]. Dans plusieurs sites, comme Aruchlo de très rares petits éléments réalisés en cuivre natif ont été découverts. Il s'agit d'éléments de parure. À Aratashen, un bracelet de 6 cm de diamètre, composé de 57 perles métalliques a été exhumé[16],[14].

Figurines, tampons et éléments de parure[modifier | modifier le code]

Statuette féminine en argile trouvée à Qargalartepesi et exposée au Musée de l'histoire d'Azerbaïdjan de Bakou.

La fréquence des figurines en terre-cuite est très variable selon les sites. Plus de soixante exemplaires ont été découverts dans le seul site de Khramis Didi gora. À Aruchlo et à Göytepe, seuls quelques exemplaires ont été découverts. Elles mesurent quelques centimètres de long. Elles représentent le plus souvent des femmes assises représentées de manière assez schématique. Une des figurines d'Aruchlo représente un bélier[11]. Quelques tampons en terre-cuite sont également documentés, par exemple à Aruchlo[11]. De rares éléments de parure ont été découverts dans plusieurs sites, notamment des perles en cornaline[14] ou des éléments en coquillage[8].

Pratiques funéraires et rituelles[modifier | modifier le code]

Il y a encore quelques années, les pratiques funéraires de cette culture étaient totalement méconnues. Seules quelques tombes, souvent d'attribution chronologique douteuse, avaient été exhumées au sein des villages[7]. La découverte récente dans le site de Mentesh Tepe d'une sépulture collective change totalement notre perception des pratiques funéraires à cette période[21].

Sites principaux[modifier | modifier le code]

  • Aknashen (Arménie)
  • Aratashen (Arménie)
  • Aruchlo (Géorgie)
  • Gadachrili (Géorgie)
  • Göytepe (Azerbaïdjan)
  • Hajı Elamxanlı (Azerbaïdjan)
  • Imiris gora (Géorgie)
  • Khramis Didi gora (Géorgie)
  • Masis Blur (Arménie)
  • Mentesh Tepe (Azerbaïdjan)
  • Shomutepe (Azerbaïdjan)
  • Shulaveri (Géorgie)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lombard P., Chataigner C., 2005, Le Néolithique et le Chalcolithique en Transcaucasie : l’exemple des bassins de la Kura et de l’Araxe, in Guilaine J. (dir.), Aux marges des grands foyers du Néolithique. Périphéries débitrices ou créatrices ?, Errance, Paris, p. 63-84
  2. Akhundov T. I., 2012, U istokov kavkazskoy tzivilizatzii. Neolit Azerbaijana. Kniga pervaya. Shomutepe, Elm, Bakou, 387 p.
  3. Kiguradze T., 1986, Neolithische Siedlungen von Kvemo-Kartli, Georgien, Materialien zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie 29, München, 60 p.
  4. a b c d e f et g Lyonnet B., Guliyev F., 2010, Recent discoveries on the Neolithic and Chalcolithic of Western Azerbaijan, TÜBA-AR, vol. 13, p. 219-228
  5. a b et c Korobkova G. F., 1996, The Neolithic Chipped Stone Industries of the Southern Caucasus, in Kozłowski S. K., Gebel H. G. (Eds), Neolithic Chipped Stone Industries of the Fertile Crescent, and Their Contemporaries in Adjacent Regions, Proceedings of the Second Workshop on PPN Chipped Lithic Industries, 3rd-7th April 1995, Warsaw University, ex oriente, Berlin, p. 57-89
  6. a b et c Kiguradze T., Menabde M., 2004, The Neolithic of Georgia, in Sagona A. (Ed), A View from the Highlands: Trans-Caucasus, Eastern Anatolia and Northwestern Iran. Cultural contacts and Diversity, Studies in Honour of C.A. Burney, Peteers Press, Leuwen, p. 345-398
  7. a b c d e f g h et i Hamon C., 2008, From Neolithic to Chalcolithic in the Southern Caucasus: Economy and Macrolithic Implements from Shulaveri-Shomu Sites of Kwemo-Kartli (Georgia), Paléorient, vol. 34 n. 2, p. 85-135
  8. a b c et d Nishiaki Y., Guliyev F., Kadowaki S., Arimatsu Y., Hayakawa Y., Shimogama K., Takehiro M., Akashi C., Arai S., Salimbeyov S., sous presse (2015), Hacı Elamxanlı Tepe: Excavations of the earliest Pottery Neolithic occupations on the Middle Kura, Azerbaijan, 2012, Archaäologische Mitteilungen aus Iran und Turan (AMIT), vol. 45, 63 p.
  9. Makharadze Z., 2007, Nouvelles données sur le Chalcolithique en Géorgie orientale, in Lyonnet B., Les cultures du Caucase (VIème-IIIème millénaires avant notre ère). Leurs relations avec le Proche-Orient, CNRS Editions, Paris, p. 123-132
  10. Kadowaki S., Maher L., Portillo M., Albert R. M., Akashi C., Guliyev F., Nishiaki Y., 2015, Geoarchaeological and palaeobotanical evidence for prehistoric cereal storage in the southern Caucasus: the Neolithic settlement of Göytepe (mid 8th millennium BP), Journal of Archaeological Science, vol. 53, p. 408-425
  11. a b c d et e Hansen S., Mirtskhulava G., Bastert-Lamprichs K., Benecke N., Gatsov I., Nedelcheva P., 2006, Aruchlo 2005-2006. Bericht über die Ausgrabungen im neolitischen Siedlungshügel, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, vol. 38, p. 1-34
  12. Hayrapetyan A., Martirosyan-Olshansky K., Areshian E., Avetisyan P., 2014, Preliminary Results of the 2012. Excavations at the Late Neolithic Settlement of Masis Blur, in Gasparyan B., Arimura M. (Eds), Stone Age of Armenia, Kanazawa University, Kanazawa, p. 177-190
  13. a et b Hansen S., Mirtskhulava G., Bastert-Lamprichs K., Görsdorf J., Neumann D., Ullrich M., Gatsov I., Nedelcheva P., 2007, Aruchlo 2007. Bericht über die Ausgrabungen im neolitischen Siedlungshügel, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, vol. 39, p. 1-30
  14. a b c et d Bastert-Lamprichs K., Benecke N., Hansen S., Neef R., 2011, Der Beginn der Landwirtschaft im Südkaukasus. Die Ausgrabungen in Aruchlo in Georgien, Eurasien-Abteilung des Deutschen Archäologischen Instituts, “Otar-Lordkipanidze-Zentrum für Archäologische Forschung” des Staatlichen Historischen Museums von Georgien, Pinguindruck, Berlin, 48 p.
  15. Guliyev F., Nishiaki Y., 2012, The starting point of civilization – the early village of Goytepe, Institute of Archaeology and Ethnography, National Academy of Sciences of Azerbaijan, Baku, 31 p.
  16. a b c et d Badalyan R., Lombard P., Avetisyan P., Chataigner C., Chabot J., Vila E., Hovsepyan R., Willcox G., Pessin H., 2007, New data on the Late Prehistory of the Southern Caucasus. The excavations at Aratashen (Armenia): preliminary report, in Lyonnet B., Les cultures du Caucase (VIème-IIIème millénaires avant notre ère). Leurs relations avec le Proche-Orient, CNRS Editions, Paris, p. 37-61
  17. Chabot J., Pelegrin J., 2012, Chapter 6 – Two Examples of Pressure Blade Production with a Lever: Recent Research from the Southern Caucasus (Armenia) and Northern Mesopotamia (Syria, Iraq), in Desrosiers P. M. (Ed), The Emergence of Pressure Blade Making. From Origin to Modern Experimentation, Springer, New York, p. 181-198
  18. Badalyan R. S., Harutyunyan A. A., Chataigner C., Le Mort F., Chabot J., Brochier J. E., Balasescu A., Radu V., Hovsepyan R., 2010, The Settlement of Aknashen-Khatunarkh, a Neolithic site in the Ararat Plain (Armenia) : Excavation results 2004-2009, TÜBA – AR, vol. 13, p. 185-217
  19. Arazova R. B., 1986, Kamennye orudii͡a︡ truda rannikh zemledelʹchesko-skotovodcheskikh plemen Zapadnogo Azerbaĭdzhana, Elm, Bakou, 162 p
  20. Lyonnet B., Guliyev F., Helwing B., Aliyev T., Hansen S., Mirtskhulava G., 2012, Ancient Kura 2010-2011: The first two seasons of joint field work in the Southern Caucasus, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, vol. 44, p. 1-190
  21. Poulmarc'h M., 2014, Pratiques funéraires et identité biologique des populations du Sud Caucase, du Néolithique à la fin de la culture Kura-Araxe (6e-3e millénaire av. J.-C.) : une approche archéo-anthropologique, Université Lumière Lyon 2, Lyon, vol. 1, 414 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le site de Göytepe fait l'objet d'une valorisation scientifique. La réalisation d'un parc archéologique et d'un musée est envisagée à brève échéance.

Articles connexes[modifier | modifier le code]