Badari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Badari
Site d'Égypte antique
Image illustrative de l'article Badari
Tombe avec poterie badarienne découverte à Hiéraconpolis - British Museum.
Localisation
Coordonnées 27° 00′ 00″ N 31° 25′ 00″ E / 27, 31.41667 ()27° 00′ 00″ Nord 31° 25′ 00″ Est / 27, 31.41667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
City locator 4.svg
Badari

Badari est un site archéologique qui donne son nom à une culture néolithique de l'ancienne Égypte (Badarien ou Prédynastique ancien, XLIVe siècle av. J.-C., XXXIXe siècle av. J.-C.), époque à laquelle les Égyptiens n’écrivaient pas encore. Elle est caractérisée par un ensemble de nécropoles, localisées sur une trentaine de kilomètres au sud de la Moyenne-Égypte qui doivent leur nombre à la non complète sédentarisation du peuple égyptien (Badari, Hemamieh).

C’est un centre fort de civilisation, fusionnant des apports multiples du nord-est, du sud et de l’ouest. Le Ouadi Hammamat semble avoir été une voie privilégiée des contacts avec le nord-est, par la mer Rouge. Le site de Tasa, au nord du secteur, paraît plus influencé par les cultures du nord de la vallée du Nil.

À Badari, le contenu des pots d’offrandes atteste une pratique agricole (blé, orge, ricin), avec un riche outillage de faucilles de silex. Chasse et pêche sont abondamment pratiquées. La richesse du matériel badarien témoigne de relations avec l’Orient, spécialement l’Asie antérieure du sud-ouest et le Sinaï (cuivre), peut-être avec la Mésopotamie (stéatite émaillée). La céramique rouge à bord noir laisse supposer des contacts avec le Nil soudanais (Néolithique de Khartoum), l’industrie lithique s’apparente plutôt au modèle saharien.

Le site de Badari laisse peu de traces d’habitat. Seules des huttes ovales de structures légères ont été retrouvées. Par contre il laisse des centaines de tombes, évoluant de la tombe à fosse ovale à la fosse rectangulaire, souvent inhumations multiples de deux ou trois individus ensevelis en position contractée, tapissées en vannerie, pouvant contenir un mobilier funéraire important, notamment en poterie d’offrande. Plusieurs musées européens possèdent des objets de cette époque ancienne, dont la plus grande collection est probablement celle du Petrie Museum de l’University College de Londres. Parmi ceux-ci, on trouve une statuette de femme nue.

La belle qualité de la céramique caractérise le « badarien » : poterie rouge polie, à bord noir, parfois décorée (motifs géométriques en clair), ou brune à bord noir. Il s’y ajoute l’artisanat du cuir, de l’os, de l’ivoire et le travail de la pierre (palettes à fard en schiste, broyeurs, colliers de perles en cornaline, jaspe, albâtre, brèche et calcite). La présence de perles de cuivre et de turquoise est notable. La ronde-bosse représente des figurines féminines en terre cuite ou ivoire, parfois aussi animales.

Notes et références[modifier | modifier le code]