Correspondances (sonnet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Correspondances est un sonnet écrit par le poète français Charles Baudelaire. C'est le quatrième poème du recueil Les Fleurs du mal publié en 1857. Il suit le poème Élévation et précède Les Phares.

Dans ce poème, Baudelaire explique la théorie des correspondances dans les deux quatrains, comparant la nature à un temple dont les symboles nous paraissent confus. Il met ensuite en pratique cette théorie en nous donnant divers exemples dans les deux tercets.


La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

II est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

— Charles Baudelaire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :