Harmonie du soir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Harmonie du soir est un faux pantoum[1], une forme très rare dans la poésie française, écrit par le poète Charles Baudelaire. Il s'agit d'un poème du recueil Les Fleurs du mal publié en 1857.

« Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige,
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !
— Charles Baudelaire »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Versification Et Métrique De Charles Baudelaire, de Albert Cassagne, Réimpression de l'édition de Paris 1906, (ISBN 2-05-100390-4)

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Baudelaire Harmonie du soir analyse
  • Pourquoi Baudelaire ?, Yves Bonnefoy, au Collège de France, séminaire, 10 janvier 2012 : https://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/seminar-2012-01-10-17h30.htm [archive] (audio), 55"58 minutes.