Joseph-François Baudelaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-François Baudelaire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Enfant

Joseph-François Baudelaire ou plus couramment François Baudelaire (né en 1759 à La Neuville-au-Pont et mort en 1827 à Paris), est le père du poète Charles Baudelaire, né en 1821. François Baudelaire a été prêtre, répétiteur, fonctionnaire au Sénat et dessinateur à ses heures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le 7 juin 1759 à La Neuville-au-Pont (Marne). Fils de Claude Baudelaire et Marie Charlotte Dieu, il est issu d'une famille de vignerons.

Il se destine au sacerdoce. Ordonné prêtre, il est répétiteur à Paris, au collège Sainte-Barbe , puis auprès de deux enfants de la famille Choiseul-Praslin, Félix et Alphonse. Pour ses élèves, il rédige un manuel : De la langue latine illustrée par des figures. Vers 1793, il quitte l'état sacerdotal.

Le 18 floréal an V (= 7 mai 1797), il épouse à Paris Jeanne Justine Rosalie Janin, une artiste-peintre. Leur fils, Claude Alphonse Baudelaire, naît le 28 nivôse an XIII (= 18 janvier 1805).

Veuf le 23 décembre 1814, il se remarie à Paris, le 9 septembre 1819, avec Caroline Dufaÿs[1]. Son épouse a 34 ans de moins que lui[2]. Le 9 avril 1821, elle lui donne un second fils, le futur poète Charles Baudelaire.

Il meurt à Paris, rue Hautefeuille, le 10 février 1827.

Le 8 novembre 1828, sa veuve se remarie à Paris avec Jacques Aupick.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Une paire de gouaches : Vestale et colombes, signées et datées de 1804, 31 x 23 cm, sont passées en vente chez Binoche & Godeau, le 19 octobre, 1995, n° 16, adjugée pour 36 000 francs.
  • Une gouache : "Le chiffre d'Amour" présentée à la vente chez Aguttes le 11 juin 2012 sous le numéro 47[3] .
  • L'article de L'Estampille cité plus bas reproduit une dizaine de dessins tous conservé dans des collections particulières.
  • La base Joconde indique que le musée Grodet-Labadié de Marseille conserve une œuvre. Il s'agit d'un dessin à la plume daté de 1801, représentant le Tombeau d'Eugène.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Julia, « Les années de formation de Joseph-François Baudelaire », Bulletin Baudelairien, 15 (2), hiver 1980, p. 2-15.
  • Jean Adhémar, «L'éducation artistique de Baudelaire faite par son père», Gazette des Beaux-Arts, mars 1979.
  • Jean Ziegler[4], «F. Baudelaire (1759-1827) peintre et amateur d'art», Gazette des Beaux-Arts, mars, 1979.
  • Claudie Bertin, «Les Gouaches préromantiques de F. Baudelaire», L'Estampille, 1989.
  • Claude Pichois et Jean Ziegler, Baudelaire, Paris, Fayard, 2005.
  • Catherine Delons, L'Idée si douce d'une mère, Charles Baudelaire et Caroline Aupick, Les Belles Lettres, 2011.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Louise Julie Foyot (Madame Charles Dufaÿs), mère de Caroline Dufaÿs, avait une sœur, Pierrette Foyot, qui épousera l'explorateur François Levaillant.
  2. une fois veuve, elle n'appellera jamais autrement son défunt mari que le père Baudelaire.
  3. http://asp.zone-secure.net/v2/index.jsp?id=2637/5748/25163&lng=fr
  4. Descendant du peintre Jules-Claude Ziegler.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Voir une biographie fiable sur le site du Sénat.