Narcisse Ancelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ancelle.
Narcisse Ancelle
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Château de Bazemont (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Narcisse Désiré AncelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Narcisse Ancelle, né à Plessis-de-Roye le et mort à Bazemont le , est un notaire et maire français.

Notaire de 1832 à 1851, puis maire de Neuilly-sur-Seine de 1851 à 1868, il est également le conseil judiciaire de Charles Baudelaire.

Ami et soutien moral de Caroline Aupick, mère de Baudelaire, il fut nommé conseil judiciaire du poète prodigue au terme d'une procédure initiée par Mme Aupick. L'intrusion, dans sa vie, du notaire qui devait l'empêcher d'aliéner son patrimoine exaspéra et humilia durablement Baudelaire. Ancelle, cependant, s'intéressa sincèrement à l'œuvre de son « pupille » et l'aida de son mieux. Héritier de Mme Aupick avec Félicité Baudelaire, belle-sœur du poète, et Louis Emon, ami des Aupick, Narcisse Ancelle communiqua aux Baudelairiens des archives essentielles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît en 1801 dans une annexe du château des princes de Condé à Plessis-de-Roye, château aujourd'hui disparu.

Le , il devient le conseil judiciaire de Charles Baudelaire[1].

Dans une lettre testamentaire en date du , Baudelaire lui annonce son intention de se tuer — il lui déclare : « Je donne et lègue tout ce que je possède à Mlle Lemer [...] Moi, je n'ai que Jeanne Lemer. Je n'ai trouvé de repos qu'en elle [...] »[2] —, mais ne met finalement pas à exécution son projet.

En 1872, Narcisse Ancelle achète le château de Bazemont, où il meurt en 1888[3].

Littérature[modifier | modifier le code]

Le critique littéraire et bibliographe Eugène Crépet fut à l'origine des publications posthumes de la Correspondance de Charles Baudelaire à Narcisse Ancelle. Cette correspondance épistolaire se compose de treize lettres autographes signées dont onze adressées à Narcisse Ancelle (1886) et deux à son épouse (1887) et (1888). Tous ces courriers furent prêtés par Narcisse Ancelle à Eugène Crépet, afin que ce dernier les étudie pour pouvoir préparer avec précision son ouvrage sur les poètes français[4]. Cette correspondance de Baudelaire sera présenté et annoté par Claude Pichois avec la collaboration de Jean Ziegler, fils de Jacques Crépet et petit-fils d'Eugène Crépet, sous le titre Charles Baudelaire, correspondance, Chez Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, en 2 volumes, en 1973.

Descendance[modifier | modifier le code]

Sa fille, Louise Eugénie Ancelle (1833-1900), épouse en 1860 à Neuilly Ferdinand Oreille de Carrière.

Il eut aussi deux fils, Alfred Ancelle, militaire, (1835-1893), et Albert Ancelle, magistrat, (1846-1919).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Delons 2002, p. 81–82.
  2. Correspondance, volume I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 124-125.
  3. Delons 1997, p. 66.
  4. Correspondance épistolaire de Baudelaire à Narcisse Ancelle et à son épouse

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Delons, « Du « parfait fléau » à l'ami dévoué : Narcisse Ancelle, un témoin essentiel de la vie de Baudelaire », Bulletin baudelairien, vol. 32, no 2,‎ , p. 63–72 (lire en ligne).
  • Catherine Delons (préf. Claude Pichois), Narcisse Ancelle, persécuteur ou protecteur de Baudelaire, Tusson, Du Lérot, , 225 p. (notice BnF no FRBNF38961911).
  • Charles Baudelaire, Correspondance, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois avec la collaboration de Jean Ziegler, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2 vol., 1973.
  • Claude Pichois et Jean-Paul Avice, Dictionnaire Baudelaire, Tusson, éditions Du Lérot, 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]